Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



L'Orient rouge, communisme en Chine, Viêt Nam et Asie du Sud-Est

Le Tibet m'agace, la bonne conscience petite-bourgeoise occidentale se polarise sur les robes safran des moines tibétains. OUI a l'arrêt des violences, NON aux manipulations des médias occidentaux contre la Chine, un peuple insulté !


Tibet, savoir raison garder face aux manipulations
TIBET : Enquête sur une photo manipulée

Regardez bien cette photo "Soldats chinois déguisés en moines", que vous avez sans doute reçue ou recevrez bientôt.

Elle circule beaucoup sur le Net, avec le commentaire : « Londres - 20 mars - Le GCHQ, l’agence gouvernementale de communications qui surveille électroniquement la moitié du monde depuis l’espace, a confirmé l’accusation du Dalaï Lama, selon laquelle l’Armée Populaire de Libération chinoise, déguisée en moines, a provoqué les émeutes qui ont tué ou blessé des centaines de Tibétains… »

Cette photo est censée le prouver, et elle a donc indigné beaucoup de gens. Maintenant, regardez attentivement cette photo, et jouons au jeu des sept erreurs...

Les 7 erreurs...

1. Avez-vous déjà vu une « photo - satellite » prise avec un tel angle de vue ?

2. On nous dit que les soldats se déguisent en moines pour jouer les agents provocateurs. Sont-ils assez stupides pour mener une telle opération secrète en pleine rue ?

3. On nous dit que la photo est récente, juste avant les événements. Qu’est-ce qui le prouve ?

4. J’ai interrogé un ami connaissant le Tibet. Il dit que cette photo ne peut avoir été prise ce 14 mars, sous un soleil printanier, car le printemps n’est arrivé que le 21 mars cette année au Tibet.

5. Il me dit aussi que ces couleurs des vélo - taxis de Lhassa ont changé à partir de 2005.

6. Il dit également que ces uniformes des policiers ne sont plus utilisés depuis longtemps.

7. Il fallait donc mener une petite enquête qui nous a fait découvrir une toute autre version...

Mais alors d’où vient-elle ?

En réalité, la photo date de 2003. Lors du tournage d’un film, les moines ont refusé de jouer les figurants. Ce sont donc des soldats qui en ont été chargés, et ils reçoivent ici leurs uniformes de figurants. Pratique courante là-bas, semble-t-il. En tout cas, rien à voir avec les récentes images TV montrant des moines exercer des violences et détruire des magasins à Lhassa.

Bon, ça semblait tellement gros qu’il fallait quand même vérifier. Eh bien, en fait, vous pouvez trouver confirmation sur... le site pro-indépendantiste qui diffuse la photo ’accusatrice’ :

http://buddhism.kalachakranet.org/c...

La photo y est sous-titrée : This is not an uncommon ’tactical move’ from the Chinese government, as could be seen on the back-cover of the 2003 annual TCHRD Report
This photo was apparently made when monks refused to play as actors in a movie, so soldiers were ordered to put on robes. (Ceci n’est pas un ’mouvement tactique’ inhabituel de la part du gouvernement chinois, comme on peut le voir sur la couverture arrière du rapport 2003 du Tibetan Centre for Human Rights and Democracy. Cette photo semble avoir été prise lorsque des moines ont refusé de jouer dans un film, de sorte que des soldats ont reçu instruction de porter ces robes.)

Interrogé sur cette manipulation, le webmaster du site a répondu qu’il a quand même associé la photo au texte accusant les Chinois « afin de montrer le genre de leurres que les Chinois ont utilisé dans les émeutes récentes ». Chacun appréciera cette déontologie journalistique.
Ensuite, toutes sortes de groupements ont purement et simplement supprimé ce commentaire pour faire croire que la photo était récente et qu’il s’agissait d’une conspiration de l’armée chinoise. Depuis, la photo fait le tour du monde...

"Photos - satellites" ? Ce n’est pas la première fois...
1. Ce n’est pas la première fois qu’on prétend nous démontrer la vérité avec des photos - satellites. En 1990, les Etats-Unis ont prétendu disposer de photos - satellites (qu’ils n’ont jamais montrées) « prouvant » que Saddam Hussein allait envahir l’Arabie Saoudite. Ce truc de diabolisation a joué un grand rôle pour manipuler l’opinion. J’ai analysé ce médiamensonge dans mon livre Attention, médias ! (page 21)
2. En 2003, les Etats-Unis ont diffusé des photos - satellites « prouvant » que l’Irak possédait des armes de destruction massive.
3. Plus récemment, ils ont récidivé contre l’Iran (taisant le fait qu’Israël possède deux cents têtes nucléaires illégales).

Une image peut-elle mentir ?
C’est donc le moment de rappeler qu’on peut mentir avec des images. Sans parler des techniques graphiques actuelles, de grands cinéastes comme Chris Marker ont brillamment démontré comment un commentaire peut faire dire n’importe quoi à une image et sembler crédible. En fait, l’image elle-même ne nous dit pas :
1. Quand et où elle a été prise.
2. Ce qu’elle montre vraiment.
3. Ce qu’elle cache (à côté, avant, après...)

Tous, nous nous sommes déjà fait piéger par de telles images dans le passé. Certes, chacun se fera son opinion sur la question du Tibet en essayant de vérifier les deux versions, en étudiant les intérêts en jeu des deux côtés, notamment de George Bush que le Dalaï Lama admire tant. Mais en tout cas nous avons droit à une info non manipulée. Nous suggérons aux personnes qui ont diffusé cette image de diffuser aussi le rectificatif. Merci pour votre attention.

Tibet, savoir raison garder face aux manipulations
Le Dalaï Lama jadis fidèle au Gouvernement central

Un télégramme datant d'il y a 60 ans, démontre que le Dalaï Lama fut autrefois loyal envers le Gouvernement chinois. Dans ce message expédié, le Dalaï Lama déclare soutenir la direction du Gouvernement central dirigée par le Parti communiste chinois.

En 1951, l'émissaire spécial du Dalaï Lama a signé un accord de libération pacifique du Tibet avec le Gouvernement central, à Beijing. Par la suite, le Dalaï Lama a expédié un télégramme au président Mao Zedong, lui indiquant que le gouvernement local du Tibet ,ainsi que ses moines et sa population, supportaient pleinement cet accord et souhaitaient aider l'Armée populaire de Libération à se déployer au Tibet. Il ajouta que cela contribuerait à consolider la défense nationale , chasser la puissance impérialiste et protéger la souveraineté du territoire chinois.

Le gouvernement local, les moines et la population du Tibet soutiennent le déploiement de l'Armée populaire de Libération au Tibet.

Consolider la défense nationale, chasser la puissance impérialiste et protéger la souveraineté du territoire chinois.

Le télégramme est conservé par l'Administration nationale des Archives.

" L'attitude actuelle du Dalaï Lama est en totale contradiction avec ce qui s'est réellement passé dans l'Histoire."

L'actuel Dalaï Lama est né dans la province du Qinghai, et fut nommé Lhamo Dhondup. Durant l'année 1940, il fut choisi comme l'une des réincarnations du 13ème Dalaï Lama puis fut approuvé par le Gouvernement central du Kuomintang.

Les documents historiques conservés dans les Archives nationales attestent que le Tibet était soumis à la Loi du Gouvernement central depuis la dynastie des Yuan depuis plus de 700 ans. Le système instauré par le bouddhisme tibétain , visant à la sélection du Bouddah vivant, qui peut être le Dalaï Lama ou le Panchen Lama, fut autorisé par l'Empereur durant la dynastie des Qing.

" Le système a été établi durant le règne de l'Empereur Qianlong. Tous les noms des garçons sélectionnés, en vue de la réincarnation en tant que bouddah vivant, sont insérés dans une urne en or. Puis l'Empereur effectuait le tirage au sort parmi les noms et choisissait celui qui deviendrait un bouddah vivant."

Informations sur Robert Ménard, RSF et les groupies pro-Tibet qui sont soutenue par la CIA

A propos de Robert Ménard et de "Reporters sans frontières"

Ménard partout dans les médias, RSF supplantant à la fois Amnesty International, la ligue Internationale des droits de l'homme et tous les syndicats de journalistes, voilà qui commence à agacer ces derniers. Ils envoient des signes pour le dire. Mais ils avalisent par leur silence une monstruosité ménardienne et ne tolèrent pas que d'autres qu'eux fassent le ménage.
RSF a été fondé en 1985 par Jean-Claude Guillebaud, journaliste au Nouvel-Observateur, Rony Brauman, alors président de Médecins sans frontières et Robert Ménard alors journaliste à Montpellier . Les deux premiers ont rapidement démissionné.

Jean-Claude Guillebaud avait exprimé il y a plusieurs années des réserves analogues à celles qu'il a confiées à Marianne le 2 avril 2008. La répétition est cependant bien venue (pourquoi dans Marianne et pas dans le Nouvel-Obs ?).
Ecoutons Robert Ménard parler de ses désaccords avec Rony Brauman dans son livre « Ces journalistes que l'on veut faire taire », Albin Michel, mars 2001 : « [en 1994] Rony Brauman dénonce le « climat pourri » qui règne dans l'association, notre dépendance à l'égard de la Commission européenne... ». Il déplore également l'autoritarisme de Robert Ménard et la « dictature domestique qu'il fait régner sur RSF. », penchant confirmé par l'intéressé : « Je suis autoritaire. [...] Je ne sais pas discuter et j'aime décider seul. ».

Mais, depuis les départs de ces deux co-fondateurs, il s'est passé un événement plus grave dont il est scandaleux que personne ne parle dans la presse politique. Je traite cet événement dans mon livre sur Reporters sans frontières. De nombreux sites Internet l'ont fait également. La presse qui fait l'opinion s'est tue.

Revenons encore une fois sur cette horreur escamotée et qui aurait fait couler des hectolitres d'encre si elle avait été proférée par Le Pen ou par George W. Bush.
Robert Ménard était l'un des invités de l'émission « Contre expertise » sur France Culture le 16 août 2007. Il s'y est posé la question de la légitimité de la torture. Citant le cas de familles de preneurs d'otages torturées en représailles par les services de police au Pakistan, il fait mine de se demander jusqu'où il faut aller dans ces pratiques : « Moi je sais plus quoi penser ». Il ajoute : « Je ne dis pas, je ne dirai pas qu'ils ont eu tort de le faire » et il livre le fond de sa pensée jusqu'alors implicite : « ...moi, si c'était ma fille que l'on prenait en otage, il n'y aurait aucune limite, je vous le dis, je vous le dis, il n'y aurait aucune limite pour la torture. ».

Faut-il rappeler au patron de RSF que l'apologie de la torture est interdite en France, que même si les USA ont voté une loi pour en autoriser l'usage, elle est condamnée par l'ONU, la Convention de Genève, Amnesty international et par toutes les ONG ?

Enfin : presque toutes les ONG.

Au journaliste Eric Nolleau qui lui reprocha ses propos sur la torture samedi 29 mars dans l'émission « On n'est pas couché » sur France 2, Ménard répondit : « Vous êtes un menteur » avant d'en donner une version fausse avec un aplomb sidérant.

Robert Ménard vient d'être décoré de la Légion d'honneur.
Les informations ci-dessus proviennent en partie de mon livre « La face cachée de Reporters sans frontières. De la CIA aux Faucons du Pentagone », éditions Aden.

Cet ouvrage présente la particularité de circuler dans toutes les salles de rédaction, de figurer dans le fonds de l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, d'avoir été sélectionné par 17 médias pour un prix, mais de subir la loi de l'Omerta.

Parenthèse : un exemplaire en a été envoyé au Nouvel-Observateur il y a plus de quatre mois déjà.

Excepté Maurice Lemoine (Le Monde Diplomatique), aucun des dizaines de journalistes qui l'ont lu et qui travaillent pour des médias en vue n'ont écrit une ligne sur lui. Plusieurs ont dialogué en privé avec moi et m'ont dit qu'ils regrettaient de ne pouvoir le faire.

Grâce au bouche à oreille et à quelques sites Internet, grâce aux conférences que je fais sur le sujet un peu partout en France et qui remplissent les salles et les amphis, le premier tirage sera bientôt épuisé. Sauf événement imprévu, il n'y en aura probablement pas de second en langue française.
Traduit en espagnol, le livre prend son envol à l'étranger (Amérique latine). Des éditions en d'autres langues sont envisagées.

Il est donc possible que les écrits d'un auteur français sur une ONG française soient surtout ignorés du public français.

Allez savoir pourquoi !
Merci de poser la question autour de vous.

Maxime Vivas

Quand Reporters Sans Frontières couvre la CIA sur la Torture

Lors des procès de La Havane, en 2003, Nestor Baguer a publiquement mis en cause Robert Ménard, qu’il a accusé de collusion avec les services secrets états-uniens. Dans la même période, Reporters sans frontières (RSF), dont M. Ménard est le directeur exécutif, a mené campagne contre le gouvernement cubain, qu’il accuse d’emprisonner les journalistes dissidents. Depuis lors, la polémique n’a cessé de s’envenimer jusqu’à ce que la journaliste états-unienne Diana Barahona, du Northern California Media Guild, franchisse un pas de plus en accusant Reporters sans frontières d’être financé par la NED/CIA et d’écrire ses rapports sous l’influence de l’administration Bush.

Nous avons relayé cette controverse sur notre site espagnol, Red Voltaire, et nous regrettons de l’avoir fait sans nuances. En effet, l’enquête de notre correspondant canadien, Jean-Guy Allard, et les vérifications de notre bureau français montrent que le financement direct de RSF par la NED/CIA est anecdotique et récent, de sorte qu’il n’a pas pu avoir d’influence sur son activité. Nous présentons donc nos excuses à Reporters sans frontières. Nous regrettons d’autant plus cette erreur qu’elle masque des faits forts surprenants.

Initialement conçue pour envoyer des reporters témoigner de l’action d’ONG humanitaires, Reporters sans frontières a évolué pour devenir une organisation internationale de soutien aux journalistes réprimés. L’association a été reconnue d’utilité publique par décret du Premier ministre Alain Juppé, le 19 septembre 1995. Ce statut lui a donné un accès plus facile aux financements publics qui représentent, dans les derniers comptes publiés 778 000 euros. Ils proviennent des services du Premier ministre français, du ministère français des Affaires étrangères, de l’Agence intergouvernementale de la francophonie, de la Commission européenne, de l’OSCE et de l’UNESCO. RSF peut aussi compter sur le mécénat privé (FNAC, CFAO, Hewlett Packard, Fondation Hachette, Fondation EDF etc.) pour environ 285 000 euros. Toutefois, l’essentiel du budget provient de la générosité du public, notamment lors de la vente de l’album annuel pour la liberté de la presse et d’opérations spéciales, soit 2 125 000 euros sur un budget total de 3 474 122 euros.

Or, l’activité concrète de Reporters sans frontières est très éloignée de ce que les donateurs croient financer. Le fonds d’assistance aux journalistes opprimés, c’est-à-dire le paiement des honoraires des avocats des journalistes emprisonnés, le soutien matériel à leurs familles, le développement des Maisons des journalistes, tout cela qui représente le cœur de l’activité officielle de l’association et la raison de la générosité du public ne reçoit que... 7 % du budget général ! Vous avez bien lu : pour 1 euro donné pour les journalistes opprimés, seuls 7 centimes arrivent à destination

Où passe donc le reste ?

La véritable activité de Reporters sans frontières est de conduire des campagnes politiques contre des cibles déterminées. Elles seraient légitimes si, comme la Fondation Soros, elle n’instrumentalisait pas la liberté de la presse au point de l’évoquer pour justifier des violations graves du droit international. À titre d’exemple, RSF s’est félicité de l’enlèvement du président constitutionnel d’Haïti par les Forces spéciales états-uniennes appuyées par une logistique française, au motif que Jean-Bertrand Aristide aurait été un « prédateur de la liberté de la presse » ; un qualificatif étayé par une vision tronquée des évènements qui visait à faire passer le président haïtien pour le commanditaire de meurtres de journalistes. Force est d’observer que, ce faisant, Reporters sans frontières soutenait médiatiquement une opération dans laquelle le gouvernement français s’était fourvoyée, alors que ce même gouvernement français subventionnait l’association.

Le caractère idéologique des campagnes de Reporters sans frontières tourne parfois au ridicule. Ainsi, l’association s’est-elle indignée du projet de loi vénézuélien visant à soumettre les médias au droit général, mais elle ne s’est pas préoccupée du rôle du magnat de l’audiovisuel Gustavo Cisneros et de ses chaînes de télévision dans la tentative de coup d’État militaire pour renverser le président constitutionnel Hugo Chavez.

C’est en définitive à propos de Cuba que la polémique s’est cristallisée, tant il est vrai que RSF a fait de la dénonciation du régime castriste l’axe principal de ses campagnes. Selon l’association, les 21 journalistes emprisonnés dans l’île auraient été accusés abusivement d’espionnage au profit des États-Unis et seraient en réalité victimes de la répression gouvernementale. Pour lutter contre ce gouvernement, RSF a organisé diverses manifestations, dont une qui a mal tourné, le 14 avril 2003 devant l’ambassade de Cuba à Paris. Dans son enthousiasme, l’association a également troublé la session de la Commission des droits de l’homme, au siège de l’ONU à Genève. Ses militants avaient pris à partie la présidence libyenne de la Commission et molesté des diplomates. En conséquence, Reporters sans frontières a été suspendu pour un an de son statut d’observateur au Conseil économique et social (Ecosoc) de l’ONU. Robert Ménard n’a pas manqué de stigmatiser les dérives de cette commission, selon lui aux mains des spécialistes des violations des droits de l’homme. Pourtant, les sanctions à l’encontre de RSF ont été votées par des États parfaitement démocratiques comme l’Afrique du Sud, le Brésil ou le Bénin.

Interrogé par téléphone, Robert Ménard récuse les allégations selon lesquelles RSF aurait été acheté par l’argent de la NED/CIA pour mener campagne contre Cuba. Il explique que l’association a demandé une subvention à l’Agence états-unienne pour venir en aide aux journalistes opprimés en Afrique et qu’elle a en définitive reçu seulement 40 000 dollars à la mi-janvier 2005. Dont acte.

Poursuivant la discussion, M. Ménard récuse également les accusations de notre collaborateur Jean-Guy Allard, par ailleurs journalistes à l’agence nationale Granma Internacional. Dans son ouvrage, Le Dossier Robert Ménard. Pourquoi Reporters sans frontières s’acharne sur Cuba, celui-ci relate les liens personnels étroits que le directeur exécutif de l’association entretient avec les milieux d’extrême droite anticastriste à Miami, notamment avec Nancy Pérez Crespo. Haussant la voix, il nous accuse de projeter des présupposés idéologiques sur les choses, alors que lui et son association s’astreindraient à la plus grande neutralité. Puis, il nous accuse d’accorder du crédit à de la « propagande communiste » (sic).

Vérification faite, Robert Ménard fréquente bien l’extrême droite de Miami et RSF est bien financé par le lobby anticastriste pour mener campagne contre Cuba. En 2002, Reporters sans frontières a signé un contrat, dont les termes ne sont pas connus, avec le Center for a Free Cuba, à l’issue duquel il a reçu une première subvention de 24 970 euros. Celle-ci a été augmentée à 59 201 euros pour 2003. Le montant 2004 n’est pas connu.

Le Center for a Free Cuba est une organisation créée pour renverser la révolution cubaine et restaurer le régime de Battista. Elle est présidée par le patron des Rhums Bacardi, dirigée par l’ancien terroriste Frank Calzon, et articulée à une officine de la CIA, la Freedom House.

Le contrat signé avec le Center for a Free Cuba a été négocié en 2001 avec le responsable de l’époque de cette organisation : Otto Reich, le champion de la contre-révolution dans toute l’Amérique latine. Le même Otto Reich, devenu secrétaire d’État adjoint pour l’hémisphère occidental, fut l’organisateur du coup d’État manqué contre le président élu Hugo Chavez ; puis, devenu émissaire spécial du président Bush, il supervisa l’opération d’enlèvement du président Jean-Bertrand Aristide.

RSF, c’est 7 % de soutien aux journalistes opprimés et 93 % de propagande impériale états-unienne.

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération des Bouches Rhône (13) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Boques del Roine (13) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile