Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Espace nord-américain : Etats-Unis-Canada-Québec

Portrait de Washayah Whitebird, le seul élu communiste connu (où revendiqué comme tel) du monde anglo-saxon et des Etats-Unis d'Amérique - traduction Nico Maury


Washayah Whitebird, le seul élu explicitement communiste dans le monde anglophone
L'introduction de WAHSAYAH WHITEBIRD sur son profil facebook se lit comme suit: "Oui, je suis le communiste du coin. Si vous voulez m'ajouter, cool. Ne vous attendez pas à ce que je sois un libéral." Puis, ce qui est assez surprenant, c'est suivi de "membre du conseil municipal à Ashland, dans le Wisconsin".

En mai, Whitebird a été élu dans la communauté rurale où il travaille, à la charcuterie de la ville, et est ouvertement membre du Parti communiste américain, qui fête son centième anniversaire.

Mais d'abord, il veut éclaircir un autre sujet: son nom unique.

"Il provient de la langue ojibwe et de la tribu des Indiens Chippewas de Bad River, dit-il en riant. C'est pourquoi un homme de race blanche se présente avec un nom aussi étrange".

Après avoir battu le titulaire avec 52% des voix à 42%, le marxiste amérindien représente maintenant une circonscription de quelque 900 personnes sur une ville de 8 000 habitants, avec le pouvoir de "voter sur les ordonnances locales et de dépenser pour le compte de la ville, conjointement avec le reste du conseil".

Ce faisant, en 2019, cela signifie qu'il est devenu le seul élu élu communiste du monde anglophone.

Il est heureux de l'attention qu'il apporte pour la gauche, notamment en luttant contre la diabolisation du parti avec un demi-siècle de maccarthysme. En adhérant ouvertement au CPUSA et en exerçant une charge publique, il permet de sortir de la caricature hystérique de Fox News.

"Même sous une forme limitée, notre activité au niveau local et à des niveaux de gouvernement plus larges reflète également ce que nous disons et faisons comme communistes, par opposition à ce que des experts du talk-show de la droite disent au public de ce que sont les communistes".

Cela lui donne une chance de parler au public d'une manière différente des médias traditionnels, qui ne permettent pas de la faire. C'est aussi une victoire du marxisme, ce parti de la vie quotidienne au détriment de l'idée abstraite.

"Il est parfois difficile de voir comment un nouveau système peut émerger du présent lorsque nous avons été absorbés par la plus grande idéologie hégémonique du capitalisme qui prévaut dans le monde."

Mais, ajoute-t-il rapidement, il ne devrait pas être le seul sur le marché.

"Je suis vraiment heureux que des camarades à travers le monde soient attirés pour mon élection. Mais en disant la vérité, j'aimerais que cela soit plus banal, afin qu'une victoire aussi mineure dans une petite ville ne reçoive pas une telle attention".

"Nous tous, communistes, devrions nous engager dans les gouvernements locaux et proposer les meilleures campagnes pour agir. C'est un excellent moyen de développer une compréhension du fonctionnement interne des gouvernements locaux et des gouvernements plus larges. Nous développons donc des méthodes qui bénéficieront et seront populaires parmi les masses avec des niveaux de changement progressifs."

Il n'est toujours pas social-démocrate, même à une époque où le «socialisme démocratique», via Bernie Sanders, Alexandra Ocasio Cortez et les 57.000 Démocrates-socialistes aient popularisé l'idée qu'un modèle scandinave, de taxes plus élevées et de meilleurs services publics, serait bon pour les États-Unis.

"Je ne pense pas que nous obtiendrons une révolution communiste par le vote, il y a beaucoup trop de lois en place qui protègent la hiérarchie capitaliste. Mais il ne faut pas hésiter à occuper un poste public de toute façon, cela sert à mieux critiquer les institutions existantes."

Il a rejoint le CPUSA simplement pour en savoir plus sur le marxisme, avoir une éducation politique allant au-delà de ce qui était disponible en ligne, il reçu une éducation via la Ligue de la jeunesse communiste, et il est au parti depuis. Bien que loyal, il a des réserves sur la récente histoire du parti qui soutient les démocrates au moment des élections, sans discernement, au lieu de soutenir ou de présenter de véritables candidats de gauche.

"Si vous vous présentez en tant que socialiste, sans parler du communisme, je peux dire que des personnes vont avoir leurs préjugés… Mais si vous évitez les injures, que vous vous concentrez sur les problèmes que les gens, vous soyez honnête et cordial avec la plupart des gens, Ce sera un bon moyen de contacter les gens et de parler au public de choses dont ils ont rarement entendu parler. Ne laisse pas les bêtises vous atteindre.

C'est important d'être ouvert, souligne-t-il.

“Bien sûr, certains diront: “Vous ne pouvez pas être communiste, tout le monde déteste les communistes! Mais j'aime bien ton programme, mais tu ne devrais pas dire que tu es communiste, cela gâchera tout ce que tu accompliras pour le reste d'entre nous. Pour eux, je dis qu'ils sont libres de ne pas s'aligner sur moi s'ils sentent que mon existence gêne l'idéologie capitaliste, mais je le fais explicitement pour ne pas être assimilé à un capitaliste. "

Alors que Sanders, le socialiste a bien réussi aux primaires démocrates de 2016, c'est le triste raciste Donald Trump qui a remporté l'élection présidentielle. Les États-Unis sont maintenant nettement polarisés.

Plus de dix ans se sont écoulés depuis le krach financier de 2008 sans aucun redressement significatif en vue - la génération actuelle de travailleurs et de professionnels est confrontée au fait que leur situation est bien pire que celle de leurs parents. Alors que la population de plus en plus métisse et les plus jeunes des grandes villes commencent à être progressivement déçus du capitalisme, à la campagne, la colère est souvent dirigée contre eux mêmes plutôt que vers l'élite.

Le sentiment raciste résiduel et la nostalgie coloniale se sont durcis autour de l'idée que "les Blancs ont construit ce pays et devraient le récupérer" - que la pauvreté parmi les Blancs est principalement due à l'immigration illégale (et légale), aux impôts "gaspillés" au profit des minorités ethniques socialement irresponsables et criminelles - ainsi que vers le sentiment justifié de trahir car les emplois partent à l'étranger, où la production est moins chère.

Maintenant que Trump n’a pas tenu ses promesses dans ce dernier point - les "emplois américains" ne sont pas revenus aux États-Unis - tout ce qui reste à lui et à ses disciples est le fanatisme.

Cela pourrait conduire à une période dangereuse où des membres de l'extrême droite frustrés auront recours au terrorisme pour déclencher leur guerre des races. Il y a eu 100 arrestations liées au terrorisme national cette année aux États-Unis, un chiffre déjà supérieur à celui de l'ensemble de 2018 - dont la majorité était motivée par le suprématisme blanc.

Les États-Unis vivent maintenant à une époque d'extrême: est-ce la raison pour laquelle il est nécessaire que la gauche se dévoile aussi maintenant?

"Le fascisme est à la hausse en Occident, et beaucoup d'entre eux sont enhardis, exaltés au sein des éléments les plus réactionnaires et ils prennent le pouvoir", reconnaît Whitebird.

"J'avance dans l'arène politique pour la même raison que d'autres partis plus exotiques: l'échec du capitalisme néolibéral à sauver l'environnement, à satisfaire les besoins personnels, à la santé, au logement, etc."

"Nous, en tant qu'extrême gauche, ou comme certains experts américains l'ont appelé, les" alt-left", ne devons pas laisser les fascistes être les seuls à contester ces positions. Les réactionnaires pourraient bien être élus si le public ne dispose pas de candidats alternatifs motivés pour prendre ses fonctions."

Mais qu'en est-il de sa propre sécurité? L’extrême droite a qualifié Obama de communiste et a comploté pour le tuer, mais Whitebird en est un et les Amérindiens en plus. En prenant des fonctions publiques, n'est-il pas devenu une énorme cible pour les nazis de la nouvelle école et les vieux lyncheurs?

"Étant donné qu’il s’agit d’une région rurale, cette possibilité existe. Il y a des groupes de suprémacistes blancs dans la région de Superior / Duluth, à seulement 60 miles de ma ville d'Ashland. Je ne saurais dire que je suis capable d'évaluer la probabilité d'attaques racistes dans la ville, cela ne me concernait pas depuis quelque temps, mais s'il y a des attaques… eh bien, je mourrai un jour. Mais je préférerais vivre ma vie en faisant ce que je veux. "

The Morning Star

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération des Bouches Rhône (13) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Boques del Roine (13) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile