Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Monde: Toute l'Actu
11/10/2011 - 18:55

Epidemie de choléra en Afrique

Epidemie de choléra en Afrique - L'épidémie de choléra s'étend en Afrique de l'Ouest et centrale - La perestroïka birmane se confirme par la remise en liberté de 6 300 prisonniers - Drôle de guerre à Tora.



Epidemie de choléra en Afrique
L'épidémie de choléra s'étend en Afrique de l'Ouest et centrale
L'épidémie de choléra progresse en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale et est l'une des plus graves dans l'histoire de ces régions, avec plus de 85.000 personnes contaminées à ce jour, ont fait savoir mardi l'Unicef et l'OMS. Au moins 2.466 décès dus au choléra ont été comptabilisés jusqu'à présent, ajoutent les deux agences de l'Onu. L'épidémie gagne du terrain en progressant par les cours d'eau reliant ou longeant les pays de la région, avec une mortalité très élevée, indique l'Unicef. "L'étendue et l'échelle de l'épidémie signifient que la région est confrontée à l'une des plus importantes épidémies de son histoire", a déclaré Marixie Mercado, porte-parole de l'Unicef, lors d'un point de presse à Genève. Le Tchad connaît sa pire épidémie de choléra, neuf districts sur dix signalent des cas au Cameroun et le taux de mortalité dans l'ouest de la République démocratique du Congo (RDC) dépasse les cinq pour cent, a-t-elle ajouté. Avec un traitement approprié, estiment les ONG humanitaires, le taux de mortalité devrait être inférieur à 1%.(fr.reuters.com) Une nouvelle épidémie biblique ou le Tout-Puissant cherche à punirai ses pauvres idiots de pécheurs? Mais nous on a rien fait pour une fois.

La perestroïka birmane se confirme par la remise en liberté de 6 300 prisonniers
Depuis des semaines, la rumeur courait dans Rangoun que le gouvernement birman pourrait élargir les quelque 2 100 prisonniers politiques détenus sous l''ancien régime', avant que la junte au pouvoir s'autodissolve en mars pour laisser la place à un gouvernement civil dominé par d'anciens militaires. Mardi 11 octobre, la télévision d'Etat birmane a annoncé la libération, à partir de mercredi - jour du départ en Inde du président Thein Sein pour sa première visite officielle à New Delhi -, de plus de 6 300 'prisonniers', sans préciser si ce chiffre visait les seuls détenus politiques. Le régime a déjà remis en liberté, dans le passé, des prisonniers de droit commun en fin de peine. Quelques heures auparavant, la Commission nationale pour les droits de l'homme, mise en place en septembre par le gouvernement, avait réclamé, dans un quotidien officiel, la libération des 'prisonniers de conscience' afin de répondre aux appels de la communauté internationale. (lemonde.fr) Donc remplacer un régime militaire, par un régime civil avec d'ancien militaire a ca tête... sommes nous sur que la junte s'autodissolve?

Drôle de guerre à Tora
Le calme domine la vallée de Tizine. Nul taliban, dans ces gorges perdues du district de Surobi, à l'est de la région de Kaboul. Le dernier événement notable, l'explosion d'une bombe artisanale sous une voiture de la police afghane, a eu lieu en 2010. Autant dire une éternité. Dans ce cul-de-sac argileux, ravagé par les crues dès l'automne, les villageois ont planté du maïs pour leurs bêtes, et du cannabis. Ces taches vert vif sont posées bien à l'écart des passages, minés depuis l'occupation soviétique. La sécurité règne à Tizine. Ce mercredi 28 septembre, c'est pourtant une colonne de trente blindés afghans, français et américains, couverts par les drones et les avions de l'OTAN, qui prend la piste défoncée menant à Teree-Kaley, village des plus reculés. Dans cette région sous responsabilité française, l'heure est à la 'transition'. Les forces afghanes doivent maintenant se placer en première ligne pour assurer la sécurité du pays d'ici à 2014. Les Occidentaux, rester en appui. Les forces françaises sont entrées dans une drôle de guerre. Car la 'transition' masque un changement majeur : Paris a décidé d'une pause dans les opérations. Le coup de frein a été confirmé par l'Elysée après un gros accrochage le 7 septembre en Kapisa, région voisine sous mandat français. Un lieutenant est mort, vingt soldats ont été blessés. Rompant avec ses habitudes, l'état-major donnait alors un bilan des pertes ennemies.(lemonde.fr) Un mort dans une armé en guerre provoquant le départ de la zone de conflit de toute une armé ne peut signifier qu'une chose, la faiblesse de cette armée.

Source: Yahoo actualités

Emmanuel Nouioua




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Septembre 2012 - 23:26 Pomme d'Amour: Prêt à Porter Femmes Dakar