Sommaire

Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Monde: Toute l'Actu
02/08/2012 - 22:11

Gay pride choc à Jérusalem

Gay pride choc à Jérusalem, gays et lesbiens d'Israël se sont retrouvés, jeudi, dans la ville sainte, avec en tête un souvenir : le drame de 2005. "Tous ensemble, fièrement et sans peur", "Ma fille est lesbienne ! Où est le problème ?", "On aime sans condition", "L'homophobie tue". Sur les pancartes et les bannières brandies jeudi par les quelques trois mille participants à la Gay Pride de Jérusalem, les slogans étaient sans concession.



Gay pride choc à Jérusalem
Gays et lesbiens d'Israël se sont retrouvés, jeudi, dans la ville sainte, avec en tête un souvenir : le drame de 2005. "Tous ensemble, fièrement et sans peur", "Ma fille est lesbienne ! Où est le problème ?", "On aime sans condition", "L'homophobie tue". Sur les pancartes et les bannières brandies jeudi par les quelques trois mille participants à la Gay Pride de Jérusalem, les slogans étaient sans concession. Mais à part les drapeaux arc-en-ciel et quelques arches de ballons, eux-aussi aux couleurs du mouvement homosexuel, la parade qui fêtait son dixième anniversaire dans la ville sainte a fait plutôt dans la modestie : pas de chars style carnaval de Rio, pas d'hommes torses nus, ni de femmes en bikini ou tenue provocante. Quelques travestis à l'allure sage et quelques porteurs de kippas, la calotte portée par les juifs pratiquants. Pas de quoi affoler les badauds, très peu nombreux d'ailleurs. Ils avaient été prévenus plus tôt dans la journée que l'artère centrale dans laquelle se déroulait l'évènement serait fermée à la circulation. "Beaucoup de travail reste à faire". Quant aux responsables de la ville, ils avaient pris leur précaution. Des centaines de policiers, y compris quelques-uns à cheval, avaient été déployés tout au long du parcours. Il fallait éviter à tout prix les incidents, à commencer par le drame de 2005, lorsque trois participants à la Gay Pride avaient été poignardés par un extrémiste ultra-orthodoxe.(lepoint.fr) Rassurons nous tout de même en pensant que les policiers déployés ne devaient veillés qu'a la protection des paradeurs et non à les surveiller. Après tout, beaucoup de gens pensent que Jérusalem est une ville où on ne rigole pas, et c'est peut dire. Car le mure des lamentations comme attraction touristique, on a vraiment connu mieux.

Source: Yahoo actualités

Référencement Internet et création de sites Web ici

Emmanuel Nouioua




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Octobre 2013 - 18:52 Fête des bergers et des traditions de Provence




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo