Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
22/05/2012 - 22:29

Italie: retour à la case départ

Revue de presse Europe du 23 mai 2012

Italie: retour à la case départ - Italie: retour à la case départ dans l'enquête sur l'attentat de Brindisi - Aux Pays-Bas, Wilders passe par la justice pour bloquer le MES - Nikolic élu, la Serbie cherche ses marques.



Italie: retour à la case départ
Aux Pays-Bas, Wilders passe par la justice pour bloquer le MES
Le député eurosceptique néerlandais Geert Wilders a intenté mardi une action en justice pour reporter la ratification parlementaire du Mécanisme européen de stabilité (MES), qui doit permettre à l'Union européenne d'apporter une aide d'urgence à ses Etats en difficulté économique. Un tribunal de La Haye a confirmé qu'il avait reçu la plainte du dirigeant du Parti de la liberté (PVV), sans préciser quand l'audience aurait lieu. La majorité de la classe politique et les observateurs jugent cependant peu probable que le tribunal empêche le Parlement de discuter du MES avant de décider mercredi de le ratifier ou non. "Il y a peu de chance qu'il (Wilders) gagne", estime Douwe Jan Elzinga, professeur de droit constitutionnel à l'université de Groningue, qui considère que l'action de Geert Wilders vise surtout à "attirer l'attention" en vue des élections législatives prévues le 12 septembre. Geert Wilders, qui défend une sortie des Pays-Bas de la zone euro, a provoqué la chute du gouvernement le mois dernier en refusant de soutenir des coupes budgétaires. Le PVV, dont la plate-forme se concentre sur la lutte contre l'islam et l'immigration, est la troisième formation politique du Parlement mais a récemment perdu du terrain dans les sondages.(fr.reuters.com) C'est un coup de com stupide.

Italie: retour à la case départ dans l'enquête sur l'attentat de Brindisi
Après la mise hors de cause d'un suspect, l'enquête sur l'attentat à Brindisi redémarre presque à zéro. Une lycéenne est morte samedi dans l'explosion d'une bombe devant un lycée. Retour à la case départ dans l'enquête sur l'attentat devant un lycée qui a tué une élève à Brindisi. Les policiers ont recommencé ce mardi à analyser une vidéo de l'auteur présumé du massacre, après avoir mis hors de cause un homme interrogé la veille. "Je n'ai rien à voir avec la bombe, hier, ça a été une journée de cauchemar pour moi", a déclaré l'ex-suspect, dans une vidéo exclusive diffusée sur le site du journal La Stampa où il est filmé dos à la caméra. Deux frères avaient été longuement entendus lundi par la police parce que l'un d'eux ressemblait à un individu filmé par des caméras de surveillance au moment de l'explosion. Celle -ci a tué samedi Melissa Bassi, 16 ans, et blessé très grièvement cinq de ses camarades.(l'express.fr) Comment justifier cet attentat?

Nikolic élu, la Serbie cherche ses marques
L'Union européenne affirme être prête à travailler avec le nouveau président, qui devra former une coalition au Parlement. Il a beau vouloir rassurer, les caricaturistes s'obstinent à dessiner Tomislav Nikolic armé d'une «cuillère rouillée» - un clin d'œil à une phrase tristement célèbre de son ancien mentor Vojislav Seselj qui menaçait «d'égorger les Croates» à l'aide de cet ustensile de cuisine. Élu à la surprise générale dimanche avec près de 50 % des voix, le nouveau président nationaliste a visiblement un passé qui ne passe pas. Lundi matin, les médias belgradois avaient encore du mal à digérer cette victoire que la plupart des journalistes ont annoncé les traits décomposés. Certains l'ont commenté avec des sanglots dans la voix, et des mots comme «honte nationale» et «gueule de bois» ont surgi pour décrire ce lendemain d'élection. «Il s'agit d'un vote contre Boris Tadic et non pas en faveur des idées de Nikolic», a estimé le politologue Dusan Janjic. Jadis porté aux nues, le président sortant a concentré les critiques, les plus cinglantes étant parfois celles des milieux pro-européens. Vesna Pesic, figure historique de l'opposition contre Slobodan Milosevic, a mis en cause son «arrogance». «Tadic n'a pas su entendre les revendications d'une population de plus en plus touchée par la crise économique et la privatisation».(lefigaro.fr) Ce président sera-t-il à la hauteur?

Source: Yahoo actualités


Référencement Internet et création de sites Web ici

Emmanuel Nouioua




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Octobre 2013 - 18:52 Fête des bergers et des traditions de Provence