Sommaire

Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Monde: Toute l'Actu
09/08/2006 - 11:28

Marchés agricoles et mondialisation

La suspension sine die des négociations du cycle de Doha, dit « du développement », de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), annoncée à Genève le 24 juillet dernier par son directeur général, M. Pascal Lamy, est-elle une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

Une très mauvaise nouvelle, à en croire les médias dominants qui versent des larmes de crocodile sur le sort des pays pauvres prétendument affectés par la non conclusion d’un accord qui aurait facilité l’accès de leurs productions aux marchés des pays riches.



Pour comprendre l’imposture de ce discours, il faut d’abord démonter ses présupposés:

Marchés agricoles et mondialisation
- Le premier, qui fonde tous les autres, est que l’ouverture totale des marchés, le libre-échangisme sans limites, serait bénéfique à tous, pays et populations pauvres et riches. Les pays non industrialisés, mais qui voudraient le devenir, auraient, nous dit-on, tout à gagner à abaisser leurs barrières tarifaires aux produits industriels et aux services fournis par des firmes transnationales du Nord dont la productivité est sans commune mesure avec celle des entreprises locales.

Ce n’est pas seulement le simple bon sens qui invalide une telle allégation, c’est aussi l’expérience. Les pays les plus fréquemment cités comme des « success stories » en la matière (la Corée, Taïwan) ont fait exactement l’inverse : ils ont bâti leur industrialisation sur la protection de leur marché intérieur, de manière à permettre à leurs industries naissantes de ne pas être étouffées dans l’œuf.

- Le deuxième est qu’il existerait un marché mondial des produits agricoles. C’est faux : plus de 90 % des produits agricoles sont consommés sur place. Seuls moins de 10 % sont exportés, pour une bonne part dans des conditions en totale violation des principes libre-échangistes. Aussi bien l’Union européenne (UE), via la politique agricole commune (PAC), que les Etats-Unis subventionnent massivement leurs exportations dans ce domaine, causant la ruine des petits producteurs des pays du Sud, en particulier des cotonniers d’Afrique de l’Ouest.

- Le troisième est la confusion délibérément entretenue quant à l’accès des produits agricoles des pays du Sud aux marchés développés. On nous présente cet accès comme un facteur de développement, d’où l’hypocrite désignation du Cycle de Doha. De quel accès s’agit-il ? Non pas des produits de l’agriculture paysanne, destinés à la consommation familiale ou locale, mais bien de ceux de la grande agriculture productiviste, de l’agro-business. Cette dernière ne change pas de nature au motif qu’elle serait de nationalité brésilienne ou argentine, surtout quand on sait qu’elle est souvent entre les mains de transnationales américaines ou européennes implantées sur place.

- La quatrième est la référence constante des médias, notamment économiques et financiers, aux ...

Lire l'article dans le Le Monde Diplomatique

Commentaire:

La FAO (L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) et l'OMC (L'Organisation Mondiale du Commerce) appartiennent toutes deux à l'ONU (L'Organisation des Nations Unies).

Accès au répertoire officiel des sites des organisations du système des Nations Unies

Ci-dessous, le texte par lequel la FAO et l'OMC se décrivent sur le net.

Devrait-on retenir le terme de "multipolarité" au lieu d'"intérêts divergents"?

FAO: Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

Marchés agricoles et mondialisation
Extrait de la page: fao.org/UNFAO/about/fr/

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture joue un rôle de chef de file dans les efforts internationaux de lutte contre la faim. La FAO, qui est au service à la fois des pays développés et des pays en développement, est une tribune neutre au sein de laquelle tous les pays se réunissent sur un pied d'égalité pour négocier des accords et débattre de politiques. La FAO est également une source de savoir et d'informations. Elle aide les pays en développement et les pays en transition à moderniser et à améliorer les pratiques agricoles, forestières et halieutiques, et à garantir une bonne nutrition pour tous. Depuis sa création en 1945, elle a consacré une attention particulière au développement des zones rurales, où vivent 70 pour cent des populations pauvres et affamées de la planète.

OMC: Organisation Mondiale du Commerce

Marchés agricoles et mondialisation
Extrait de la page: wto.int/french/

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) est la seule organisation internationale qui s'occupe des règles régissant le commerce entre les pays. Au cœur de l'Organisation se trouvent les Accords de l'OMC, négociés et signés par la majeure partie des puissances commerciales du monde et ratifiés par leurs parlements. Le but est d'aider les producteurs de marchandises et de services, les exportateurs et les importateurs à mener leurs activités.

Sylvie Delhaye



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 2 Février 2010 - 23:19 Conditons d'Utilisation des Blogs Editoweb




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo