Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Afrique et Moyen-Orient
18/08/2021 - 14:07

Dans un contexte de pénurie, les Africains se bousculent pour être vaccinés

Sur un site de vaccination COVID-19 dans la capitale ougandaise, Kampala, les esprits se sont échauffés parmi ceux qui attendaient les rares vaccins AstraZeneca, certains accusant les autres d'essayer de passer avant les autres.



Des infirmières sont intervenues, leur disant que les accusés attendaient depuis la veille et ont évité la violence dans ce qui est devenu une atmosphère tendue lorsque les Ougandais se bousculent pour se faire vacciner.

À la suite d'une vague brutale d'infections provoquée par la variante du delta, de nombreux Ougandais cherchant à obtenir une première dose de vaccin sont en concurrence avec des centaines de milliers d'autres qui ont attendu des mois pour obtenir une deuxième dose. Mais le pays ne dispose plus que de 285 000 doses données par la Norvège.

La vague delta a déclenché une course à la vaccination dans toute l'Afrique, que le lent ruissellement des doses données n'arrive pas à suivre, aggravant le désavantage du continent en matière de vaccins par rapport au reste du monde. L'urgence d'obtenir une deuxième dose dans une grande partie du continent le moins vacciné du monde contraste fortement avec les pays riches qui commencent maintenant à autoriser les troisièmes doses.

Le Dr Alfred Driwale, le plus haut responsable du programme de vaccination ougandais, a déclaré avec regret que le petit nombre de doses ne fera pas grand-chose pour remédier à la situation, alors que les 5 millions d'Ougandais pouvant prétendre à la vaccination - des soldats aux agents de santé - se bousculent pour se faire vacciner selon le principe du premier arrivé, premier servi.

"Vous ne pouvez pas élaborer une politique quand l'approvisionnement n'est pas certain", a déclaré M. Driwale.

Les responsables de la santé des 54 pays d'Afrique ont exprimé à plusieurs reprises leur déception face à ce qu'ils considèrent comme un nationalisme en matière de vaccins, les pays riches semblant accumuler les doses alors que les pays pauvres sont loin derrière. En juin, dans un contexte de graves pénuries, l'Organisation mondiale de la santé a averti que les campagnes de vaccination en Afrique étaient "pratiquement interrompues", soulignant la situation critique du continent à un moment où de nombreux pays étaient confrontés à des flambées mortelles.

Moins de 2 % des 1,3 milliard d'habitants du continent sont entièrement vaccinés et les pays africains ont reçu un peu plus de 100 millions de doses de vaccin, selon les centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

Les dons d'AstraZeneca provenant de pays comme la France ne sont pas considérés comme des montants importants dans le cadre des efforts visant à vacciner 60 % de la population africaine d'ici à la fin de 2022, a déclaré John Nkengasong, directeur du groupe. Il a déclaré aux journalistes jeudi que des livraisons importantes d'AstraZeneca ne sont pas attendues avant que la situation avec un fabricant indien ne change.

"Le meilleur vaccin à utiliser comme deuxième dose est n'importe quel vaccin disponible", a-t-il ajouté, en donnant l'exemple de l'obtention de la première dose d'AstraZeneca et ensuite du vaccin à dose unique de Johnson & Johnson, qui a commencé à arriver dans les pays africains après que le continent a acheté 400 millions de doses. L'Ouganda a récemment reçu 300 000 doses du vaccin chinois Sinovac qui, selon les autorités, ne peut être utilisé en combinaison avec l'AstraZeneca.

Au Congo, les experts de la santé attendent un envoi dimanche de nouvelles secondes doses de COVID-19, a déclaré le Dr Jean-Jacques Muyembe, qui coordonne la réponse du gouvernement à la pandémie. Quelque 81 910 personnes ont été vaccinées avec AstraZeneca depuis le début de la campagne de vaccination en avril, et plus de 4 000 personnes sont revenues pour recevoir la deuxième dose. AstraZeneca est en rupture de stock là-bas.

La pénurie d'AstraZeneca est source d'inquiétude dans les pays qui l'utilisaient largement tout en espérant que des livraisons importantes continueraient à arriver. Des agents de santé, des enseignants et d'autres personnes qui ont parlé à l'Associated Press ont déclaré que leur deuxième dose était attendue depuis plusieurs semaines, ce qui leur donne un sentiment d'insécurité.

"On nous dit que (la variante delta) est très mortelle et nous avons tous peur. La plupart de mes collègues ont donc pris le premier vaccin d'AstraZeneca, mais nous ne sommes pas en mesure de recevoir la deuxième dose maintenant", a déclaré Ifeoluwa Oluseyi, enseignante dans la capitale nigériane d'Abuja.

Le Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 210 millions d'habitants, a reçu au début du mois 4 millions de doses Moderna données par les États-Unis et attend une livraison de plus de 29 millions de doses Johnson & Johnson achetées par le gouvernement par l'intermédiaire de l'Union africaine.

Oso Kowe, un médecin nigérian qui fait partie des nombreuses personnes qui n'ont pas encore été entièrement vaccinées, a déclaré qu'elle s'estimait chanceuse d'avoir échappé au COVID-19 alors qu'elle attend de recevoir une deuxième dose après une première dose reçue le 7 mai. Mme Kowe, de l'hôpital universitaire de l'État d'Ekiti, a déclaré qu'elle avait essayé à trois reprises d'obtenir sa deuxième dose.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest