Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Asie & Extrême Orient
05/09/2021 - 14:21

Les talibans mettent fin à une manifestation pour les droits des femmes par des "violences sanglantes et des gaz lacrymogènes"

Une manifestation pour les droits des femmes en Afghanistan a été interrompue brusquement par les talibans qui ont tiré en l'air et auraient frappé les manifestants avec leurs armes jusqu'à ce qu'ils soient "ensanglantés".



La manifestation de samedi, la deuxième en deux jours, était organisée par un groupe de femmes afghanes à Kaboul qui demandaient que leurs droits - d'aller à l'école, de travailler et de participer au gouvernement - soient respectés.

Cette manifestation intervient après que les talibans, qui avaient été chassés par les forces dirigées par les États-Unis en 2001, ont promis que les femmes se verraient accorder leurs droits après le retour au pouvoir des militants le mois dernier.

Plusieurs responsables talibans se sont mêlés à la foule des manifestants pour demander ce que les femmes demandaient, après que leurs chants se soient intensifiés.

Flanquée d'autres manifestantes, Sudaba Kabiri, une étudiante de 24 ans, a déclaré à un responsable taliban qu'elles voulaient obtenir leurs droits tels que stipulés dans l'Islam.

Le responsable taliban a promis que les femmes verraient leurs droits respectés, mais les manifestantes sont sceptiques et craignent que tous les progrès réalisés au cours des 20 dernières années ne soient perdus.

Alors que les femmes atteignaient le palais présidentiel, une douzaine de forces spéciales talibanes se sont précipitées dans la foule et ont tiré en l'air pour disperser la manifestation.

Mme Kabiri, qui s'est confiée à l'Associated Press, a déclaré qu'ils avaient tiré des gaz lacrymogènes. Un témoin a déclaré à Reuters qu'ils avaient également utilisé des Tasers.

Une manifestante, qui a donné son nom de Soraya, a déclaré à Reuters que les talibans "frappaient les femmes à la tête avec un chargeur de fusil" et que "les femmes étaient ensanglantées".

Une vidéo de la manifestante Narges Sadat, dont la tête saignait, a été diffusée sur les médias sociaux. L'organisation médiatique afghane dirigée par des femmes, Rukhshana Media, a déclaré que la femme avait été "blessée à la tête à la suite de violences commises par des combattants talibans".

Les jeunes femmes ont déclaré qu'elles manifestaient malgré les inquiétudes de leurs familles quant à leur sécurité, certaines s'étant faufilées hors de chez elles pour y prendre part.

Farhat Popalzai, une étudiante universitaire de 24 ans, a déclaré qu'elle voulait être la voix des femmes sans voix d'Afghanistan, celles qui ont trop peur pour sortir dans la rue.

Elle a déclaré : "Ils pensent que c'est un pays d'hommes mais ce n'est pas le cas, c'est aussi un pays de femmes".

"Nous sommes ici pour obtenir les droits de l'homme en Afghanistan", a déclaré Maryam Naiby, une manifestante de 20 ans. "J'aime mon pays. Je serai toujours ici."

Avant d'atteindre le palais présidentiel, les manifestants ont déposé une couronne devant le ministère afghan de la Défense en hommage aux soldats afghans morts en combattant les talibans.

Samedi également, le chef des services de renseignement pakistanais, le général Faiez Hameed, s'est rendu à Kaboul. Sa visite surprise a eu lieu alors que les talibans devaient annoncer la formation de leur nouveau gouvernement non élu.

L'annonce a été reportée à la semaine prochaine, a déclaré le porte-parole des talibans, Zabiullah Mujahid.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest