Informations et Actualités des blogs EditoWeb MagaZine

Lundi 27 Août 2007 - 19:41

L'enquête conjointe du Maroc et du Bureau des services de contrôle interne (BSCI) sur les allégations d'abus sexuels par des casques bleus n'a pas pu avoir accès aux victimes, a rapporté aujourd'hui la porte-parole du Secrétaire général.


Côte d'Ivoire: enquête sur les abus sexuels

« L'équipe marocaine a interrompu son enquête et s'est rendue à Abidjan. Le BSCI reste sur place et poursuit ses travaux », a-t-elle affirmé.

Le chef de mission par intérim de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire, Abou Moussa, lors du point de presse hebdomadaire de l'ONUCI, a fait part hier de difficultés rencontrées par l'équipe conjointe maroco-onusienne envoyée à Bouaké, notamment en raison de « l'absence de coopération des personnes concernées ».

« Les victimes présumées ne sont pas venues témoigner », a-t-il affirmé.

Il a souhaité une plus grande collaboration de toutes les parties concernées avec l'équipe des enquêteurs.

Après l'ouverture d'une enquête le 31 juillet concernant de graves allégations d'exploitation et d'abus sexuels par un contingent marocain de casques bleus à Bouake, la Sous-secrétaire générale et Administratrice chargée du Département de l'appui aux missions de maintien de la paix, Jane Holl Lute, avait assuré que toute la lumière serait faite et les mesures punitives prises, le cas échéant » (dépêche du 25.07.2007).

« C'est dans ce cadre que l'enquête concernant les allégations contre le contingent marocain va se poursuivre » a déclaré hier Abou Moussa.