Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 


L'Orient rouge : Chine, Viêt Nam et Asie du Sud-Est

Le 1er juillet 2021 marque le centenaire de la fondation du Parti communiste chinois.

Pour commémorer cette occasion historique, une série d'articles, en quatre parties, décrivant le cours de la révolution chinoise dirigée par le PCC et le développement de la République populaire de Chine au cours des sept dernières décennies, sera publiée.

Traduction Nico Maury


100 ans du Parti communiste chinois : De la fondation à la Longue Marche (1921-1935)
La Chine pré-révolutionnaire était une société de grande misère et de souffrance sous l'oppression des puissances coloniales et des seigneurs féodaux locaux. La Chine était divisée en zones d'influence entre les divers pays colonisateurs. Une grande partie des seigneurs féodaux sont entrés en collision avec les colonisateurs pour permettre l'exploitation de la population locale, en conséquence, la Chine est restée un pays semi-féodal, semi-colonial. Bien qu'il y ait eu de nombreux soulèvements paysans sporadiques et des luttes contre l'oppression féodale et coloniale, ce n'est qu'en 1911 qu'ils ont pris une forme organisée.

La révolution de 1911 était essentiellement une lutte anti-impérialiste qui avait appelé au renversement de la dynastie Qing – un outil entre les mains des puissances coloniales – et avait réussi. Elle a éveillé la conscience démocratique et ouvert la voie à la croissance des idées révolutionnaires parmi le peuple. Cependant, elle n'a pas réussi à mettre fin à l'exploitation et à répondre aux aspirations démocratiques du peuple en raison de son compromis avec les forces féodales. Les forces impérialistes ont continué à exercer leur contrôle sur la société chinoise. Cet échec a conduit les éléments progressistes en Chine à rechercher une voie nouvelle pour guider la lutte contre l'exploitation et l'oppression.

La Révolution d'Octobre en Russie en 1917 suscita un immense intérêt et inspira les progressistes. Ils considéraient que cela avait eu lieu dans un pays qui partageait de nombreuses similitudes avec leur propre pays. Pour la première fois, les idées du socialisme scientifique et du marxisme ont suscité un nouvel espoir et indiqué une voie révolutionnaire. L'étude du marxisme a suscité un grand intérêt. Dans ce contexte, la nouvelle de la capitulation de la Chine devant les exigences impérialistes après la fin de la Première Guerre mondiale a provoqué la colère du peuple. Un mouvement étudiant anti-impérialiste massif éclate le 4 mai 1919 à Pékin contre cette capitulation. La classe ouvrière naissante s'est jointe pour soutenir le mouvement étudiant. Il montrait pour la première fois l'éveil croissant des « modernes ».

Le premier groupe communiste de Chine, créé à Shanghai, centre du mouvement industriel et ouvrier chinois, en août 1920, rédige le manifeste du parti. Au premier Congrès national tenu à Shanghai en 1921, 12 délégués, dont Mao Zedong, représentant plus de 50 membres et de nombreux groupes communistes, ont participé. Comme ils remarquaient qu'ils étaient espionnés, les délégués se sont déplacés vers un bateau sur le lac Nanhu à Jiaxing, dans la province du Zhejiang, pour continuer leur rencontre. La formation du Parti communiste chinois (PCC) a été annoncée, adoptant le premier programme du Parti soutenant le marxisme-léninisme.

Le PCC a joué un rôle de premier plan dans la création de la Ligue de la jeunesse socialiste chinoise et la convention de la première conférence nationale du travail en 1922. Ils ont activement organisé et dirigé les luttes de la classe ouvrière. Lors de son deuxième congrès, le PCC a adopté un programme de révolution démocratique s'opposant à l'impérialisme et au féodalisme et appelant à la formation d'un front uni démocratique. Ce Congrès a également adopté la constitution du PCC, déclarant explicitement qu'il s'agit d'un parti prolétarien.

De nombreuses luttes de la classe ouvrière dirigées par le PCC ont été brutalement attaquées par les dirigeants coloniaux et leurs seigneurs de guerre féodaux, faisant des centaines de morts et des milliers de blessés. Ces expériences avaient renforcé leur détermination et mûri leur compréhension. Le PCC a adopté une résolution sur ses relations avec le Kuomintang (KMT) lors de son congrès national tenu en 1923 et a ordonné aux membres du PCC de rejoindre le KMT et de travailler en son sein pour augmenter les rangs des communistes. L'influence du PCC et le résultat des actions conjointes avec le KMT, se sont reflétées dans la déclaration anti-impérialiste et anti-féodale adoptée par le KMT, qui avait établi un gouvernement nationaliste sous la direction de Sun Yat Sen en 1923.

Passant en revue les actions conjointes avec le KMT, le Quatrième Congrès (1925) du PCC a déclaré que le Parti devrait s'efforcer de maintenir son identité indépendante et de renoncer à son attitude compromettante envers le KMT. Il a décidé d'influencer la lutte interne entre les sections gauche et droite du KMT, pour renforcer les forces de gauche. Mais la mort de Sun Yat Sen cette année-là a eu un impact négatif sur les relations PCC-KMT.

1925 a vu une augmentation des luttes de la classe ouvrière avec des grèves dans de nombreuses villes contre la répression impérialiste. Mao, après son étude sur le caractère des classes dans la société chinoise et l'analyse des rapports de classes, a déclaré que le prolétariat doit s'unir avec tous les paysans pauvres, qui représentaient la majorité de la population et les paysans moyens, gagner la gauche des classes moyennes (principalement la bourgeoisie nationale) afin de renverser l'impérialisme, les seigneurs de la guerre, les propriétaires terriens, la classe compradore et les droitiers des classes moyennes et établir un gouvernement commun par les classes révolutionnaires. Fort de cette compréhension, le PCC avait pour la première fois lancé le slogan de « la terre aux laboureurs » dans sa résolution. C'était complètement à l'opposé des idées du KMT, qui étaient pour la domination de la bourgeoisie nationale.

Le travail des communistes au sein du KMT a accru leur influence et a abouti à de nombreuses victoires militaires contre les seigneurs de la guerre. Chiang Kai-shek, qui avait assumé la direction du KMT, était alarmé par l'influence communiste croissante et agissait assidûment contre eux. Cela a conduit à la détérioration des relations entre le PCC et le KMT.

L'attitude compromettante de la direction du PCC n'a pas apaisé ces relations. D'un autre côté, cela a conduit à une déviation à droite et l'abandon du slogan « la terre au laboureur », qui attiraient la paysannerie en grand nombre, pour plaire à la direction du KMT. Cela a encouragé Tchang Kaï-chek à consolider et à éliminer les communistes de toutes leurs principales responsabilités. Lors de son cinquième congrès, le PCC a critiqué le Comité central pour la déviation de droite et son échec à lutter contre la bourgeoisie. Critiquant le virage anticommuniste du KMT, le PCC s'est retiré du gouvernement national.

Le PCC a affirmé sa direction indépendante sur les luttes armées révolutionnaires et a créé l'Armée révolutionnaire du peuple. Le PCC a remporté une victoire majeure dans sa lutte anti-impérialiste en 1927, lorsqu'il a forcé les Britanniques à rendre leurs concessions à Hankou et Jiujang. Le PCC a également subi de graves revers alors que les luttes de la classe ouvrière, qui s'étaient développées en soulèvements armés, ont été brutalement réprimées.

Le rôle contre-révolutionnaire du KMT a entraîné le massacre des dirigeants communistes et ouvriers. Le KMT a ouvertement organisé une politique contre le PCC et l'Union soviétique. Le PCC a décidé de résister à ces attaques, de concentrer ses efforts sur la réalisation d'une révolution agraire et d'organiser des soulèvements pendant les récoltes d'automne dans de nombreuses provinces. L'influence et le prestige du PCC grandissent parmi les paysans et sa force armée grandit également avec la fusion de l'armée dirigée par Zhu De et de l'Armée rouge du PCC. Cependant, la « Grande Révolution » de 1927-1928, comme on appelait les soulèvements de cette période, n'a pas réussi. La révolution était au plus bas. Le Parti a identifié certaines erreurs des « putschistes de gauche », qui ont continué les attaques et se sont opposés à toute retraite, et la surestimation de la situation révolutionnaire comme raisons de ces grandes pertes.

Malgré ces pertes, en 1930, Mao, résume l'expérience des différentes bases révolutionnaires, développe l'idée d'un « régime indépendant armé d'ouvriers et de paysans », « encerclant les villes par les campagnes », « instituant et étendant le pouvoir politique rouge dans les zones rurales régions » et « pour s'emparer du pouvoir politique national lorsque les conditions étaient réunies ».

La lutte contre le subjectivisme, l'individualisme, le putschisme, la déviation de gauche et la surestimation, qui ont conduit à brouiller la distinction entre la révolution démocratique et la révolution socialiste, s'est poursuivie, pour renforcer le Parti. La direction politique du Parti sur l'armée est renforcée. L'Armée rouge était clairement définie comme un corps armé chargé d'accomplir les tâches politiques de la révolution sous la direction du Parti.

Parallèlement à cette lutte interne pour diriger le Parti sur une voie marxiste-léniniste correcte, le PCC a été contraint de combattre et de repousser la campagne « d'encerclement et de suppression » du KMT. Pour surmonter « l'encerclement » des forces ennemies et regrouper ses forces, le PCC s'est lancé dans l'historique Longue Marche en 1934. Initialement, les positions aventuristes de gauche du Parti ont entraîné de lourdes pertes. Corrigeant ces erreurs, une réunion élargie du Bureau politique du Parti en janvier 1935 décida d'attaquer l'ennemi à ses points les plus faibles, d'adopter une guerre mobile très flexible et de marcher vers le nord. Cela s'est avéré être un tournant dans l'histoire du Parti à un moment critique et a contribué à sa survie et à sa résurgence.

La Longue Marche est une saga héroïque d'endurance, d'engagement et de détermination, alors qu'elle marchait en évitant les poursuites et en brisant les barrages d'un grand nombre de troupes du KMT, surmontant les barrières naturelles des montagnes enneigées, des rivières et des prairies, souffrant du froid, de la faim, des blessures, de la maladie et surmontant a crise interne du parti, l'Armée rouge a marché avec une foi inébranlable dans la victoire de la révolution et a terminé la Longue Marche dans des conditions d'extrême difficulté. Elle avait parcouru 12.500 kilomètres pendant 370 jours. Des milliers de camarades ont péri dans cette tâche ardue, mais elle a réussi à briser l'encerclement pour finir dans la province du Shaanxi en 1935.

A la fin de la Longue Marche, l'Armée rouge comptait moins de 30.000 hommes. Ces troupes qui sont restées après des tests rigoureux, étaient la crème du Parti communiste et de l'Armée rouge. Ils ont semé les graines de la révolution partout le long du chemin. Le triomphe de la Longue Marche a été le tournant de la révolution chinoise et fut d'une importance historique.

Les contingents de l'Armée rouge ont uni leurs forces dans le Shaanxi, non loin du front de bataille japonais, alors que les flammes de la guerre avec le Japon étaient sur le point de s'allumer à travers le pays.

People's democracy

Perspective communiste
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile