Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 


L'Orient rouge : Chine, Viêt Nam et Asie du Sud-Est

Le 1er juillet 2021 marque le centenaire de la fondation du Parti communiste chinois.

Pour commémorer cette occasion historique, une série d'articles, en quatre parties, décrivant le cours de la révolution chinoise dirigée par le PCC et le développement de la République populaire de Chine au cours des sept dernières décennies, sera publiée.

Traduction Nico Maury


100 ans du Parti communiste chinois : La marche vers la Révolution Populaire (1935-1949)
Le Japon a envahi la Chine en 1932. Le PCC a lancé un appel pour mettre fin à la guerre civile et résister à cette agression, qui a été bien accueillie par toutes les couches de la population. Le KMT a ignoré cet appel et a poursuivi sa guerre contre le PCC en déclarant que l'occupation japonaise peut être abordée plus tard. Le Japon tenta de mobiliser toutes les forces anticommunistes en sa faveur et proposa une « défense conjointe du Japon et de la Chine contre le communisme ».

Influencé par le sectarisme de gauche, le PCC a d'abord appelé les gens à s'unir et à combattre à la fois l'invasion japonaise et Tchang Kaï-chek. Très vite, le PCC a rectifié sa tactique et a adopté une résolution affirmant que les forces de base de la résistance seront les ouvriers, les paysans, la petite bourgeoisie urbaine et les intellectuels, mais il était « possible de former un front uni national anti-japonais avec la bourgeoisie nationale également." Il a abandonné son slogan anti-Tchang Kai-chek et a invité le KMT à des négociations de paix. Le PCC a promis qu'il travaillerait avec le KMT, si ce dernier garantissait la liberté d'expression, de réunion et d'association, libérait tous les prisonniers politiques, organisait une conférence nationale impliquant toutes les sections de la société, améliorait les moyens de subsistance de la population et renforçait la résistance anti-japonaise.

Mécontent de l'échec de Tchang Kai-chek à arrêter la guerre civile et du refus d'un front uni contre les Japonais, l'armée du nord-est du KMT l'a arrêté à Xi'an. Bien que Tchang Kai-chek ait été contraint d'accepter les termes de l'union avec le PCC pour résister au Japon, il n'y a eu aucun changement visible dans l'attitude des dirigeants du KMT. Ils espéraient toujours régler la question « pacifiquement par la voie diplomatique ». Cela se reflétait dans son appel à une « résistance partielle » contre l'invasion japonaise, contrairement à l'appel du PCC à une « résistance totale ».

Le PCC a décidé qu'en luttant pour un front national uni sous la direction du prolétariat, il mènerait une guerre de guérilla indépendante largement à l'arrière de l'ennemi, ouvrirait des champs de bataille, établirait des bases anti-japonaises et gagnerait des droits politiques et économiques dans les régions du KMT par des mouvements de masse anti-japonais. Ces tactiques ont aidé le PCC à mobiliser les masses, à unir les patriotes de toutes les sections de la société et à obtenir un soutien pour la lutte de guérilla.

Le PCC a décidé de ne pas se joindre au gouvernement national ou à aucun conseil administratif. « Une telle participation ne ferait qu'obscurcir les traits distinctifs du Parti communiste, aiderait à prolonger le régime autocratique du KMT et entraverait l'effort pour mettre en place un gouvernement démocratique unifié ». Il ne rejoindrait un tel gouvernement qu'après « la promulgation d'un arrêté administratif conformément au programme en dix points du PCC pour résister au Japon et sauver la nation ».

La persistance du PCC et la pression populaire ont forcé le KMT à reconnaître le statut juridique du PCC et à proclamer la coopération Koumintang-communiste. Malgré cela, le front unique n'a jamais été effectivement « uni ».

Entre-temps, certaines idées capitulardes de droite s'élevaient au sein du PCC sur la question de la consolidation et de l'élargissement du front unique anti-japonais. Ils se sont opposés à l'accent mis par le PCC sur l'initiative indépendante, la démocratie, les moyens de subsistance du peuple et la guérilla. Ils ont plaidé pour « tout faire par le front unique », abandonner la « direction du prolétariat » et compter sur le KMT pour la victoire. Mao Zedong et d'autres ont répudié et combattu ces idées capitulardes et ont clairement expliqué la nécessité de défendre le principe d'indépendance et d'initiative au sein du front unique.

En 1937, le Japon occupa Nanjing, la capitale du gouvernement du KMT et tua plus de 3.000.000 personnes dans cette ville, lors de ce qu'on appelle le « massacre de Nanjing ». La brutalité de l'armée japonaise a secoué tout le pays. Cela a encore affaibli l'esprit combatif du KMT et en 1938, ils ont perdu de vastes étendues de territoire. Émues par les atrocités commises par les Japonais, de nombreuses équipes médicales se sont rendues au secours de la Chine. Le Dr Norman Bethune du Canada et le Dr Dwarkanath Kotnis d'Inde ont dirigé deux de ces équipes médicales.

Le PCC a persisté dans sa guerre de guérilla prolongée et ardue contre le Japon et a ouvert le champ de bataille en Chine méridionale, derrière les lignes ennemies. Les gens ont reconnu le PCC comme la seule force qui peut offrir une véritable résistance au Japon et peut protéger le pays. Les jeunes se sont rassemblés en grand nombre sous la bannière du PCC et ont joué un rôle actif dans la lutte de guérilla, augmentant la production dans les zones de base et renforçant les réserves de l'Armée populaire de libération (APL).

Faisant preuve d'une grande maturité et retenue, le PCC a réitéré ses appels à l'unité dans la lutte contre le Japon. Encouragé par les Britanniques et les États-Unis, le KMT a rejeté tous ces appels et a continué ses embuscades contre le PCC et l'APL. Les agresseurs japonais ont essayé d'utiliser ces divisions et ont lancé une campagne intense pour « nettoyer » les zones occupées. Le PCC a décidé qu'il continuerait à travailler pour renforcer le front uni, mais les attaques déraisonnables du KMT seraient « repoussées sans aucun compromis ». Le PCC a pu résister et repousser les attaques du KMT alors que sa position d'autodéfense a gagné le soutien de la population.

Le PCC a décidé de consolider ses bases au nord, de renforcer sa présence armée dans les régions centrales et de s'étendre au sud afin de gagner la guerre de résistance. Du personnel approprié a été désigné pour mener à bien ces tâches stratégiques. À la suite de ces efforts, le nombre de membres du PCC est passé de 40.000 à 8.000.000 à la fin de 1940.

Le PCC a conclu que « le front uni, la lutte armée et la construction du Parti » sont les trois principales armes avec lesquelles il peut vaincre l'ennemi et progresser sur la voie de la révolution. Il a publié une directive interne au parti expliquant la tactique du front unique : « ce n'était ni toute alliance et aucune lutte, ni toute lutte et aucune alliance, mais une stratégie qui combinait alliance et lutte ». Des tactiques doivent être utilisées en utilisant les contradictions pour « gagner le plus grand nombre, s'opposer à quelques-uns et écraser les ennemis, un par un ». Afin de se corriger des déviations sectaires et des interprétations erronées du marxisme-léninisme, le PCC a entrepris une campagne de rectification. La campagne visait à lutter contre le subjectivisme, le sectarisme et les stéréotypes. Armés par la campagne de rectification, l'armée et le peuple ont pu secouer l'ennemi,

D'un autre côté, le KMT n'a pu résister aux Japonais que dans quelques batailles et dans la plupart d'entre elles, ils se sont effondrés dès la première rencontre. Poussé par sa haine anticommuniste, le KMT a refusé les offres répétées du PCC pour la formation d'un gouvernement de coalition démocratique, même jusqu'en 1945. Les dirigeants politiquement corrompus du KMT n'ont pas réussi à inspirer leurs armées. Les États-Unis alarmés se sont efforcés de soutenir le KMT dirigé par Tchang Kaï-chek, mais ont échoué.

En 1945, l'Union soviétique est entrée dans les territoires du nord-est de la Chine et a lancé une offensive à grande échelle contre les fascistes japonais, hâtant leur défaite. L'APL dirigée par le PCC a complètement vaincu les forces japonaises, les forçant à se rendre.

La guerre de résistance contre le Japon était une guerre de libération nationale au cours de laquelle la Chine a remporté une victoire complète pour la première fois d'un siècle de lutte contre les envahisseurs étrangers. Plus de 21 millions de Chinois ont été tués ou blessés, parmi lesquels se trouvaient plus de 6.000.000 combattants du PCC. Le PCC a grandi en force, ses zones libérées, qui couvraient un territoire de près de 1 million de kilomètres carrés avec une population de 100 millions. Les principales forces de l'APL ont dépassé 1,2 million de combattants et les milices populaires 2,6 millions. Ceux-ci ont jeté les bases de la victoire de la nouvelle révolution démocratique.

Le septième Congrès national du PCC, appelé Congrès de « l'unité et de la victoire », a résumé l'expérience de sa lutte armée et a déclaré que les « trois armes » responsables de son avancée et avec lesquelles il peut mener la nouvelle révolution démocratique sont – intégrer la théorie à la pratique, tisser des liens étroits avec les masses et mener une autocritique.

S'attardant sur la situation après la victoire sur l'impérialisme japonais, le PCC a déclaré que, sans se faire d'illusions sur les États-Unis et pleinement conscient que Tchang Kaï-chek rallumerait une autre guerre civile, ils devraient lutter pour la paix et la stabilité. Les États-Unis ont une fois de plus essayé de soutenir Tchang Kaï-chek, afin de mater la croissance du PCC et l'ont aidé en lui fournissant un soutien logistique et matériel. Fort de cela, le KMT a repris son attaque contre l'APL et le PCC en juin 1946, violant l'accord de trêve qu'il avait signé six mois plus tôt. Le PCC a répondu en appelant à « isoler les États-Unis et Tchang Kaï-chek » et à résister à leurs efforts de « colonisation de la Chine ». L'APL a utilisé ses tactiques de guerre mobile et a persisté contre un ennemi supérieur.

Le Parti a publié une directive selon laquelle, au cours de la deuxième année de la guerre de libération, la tâche fondamentale était de lancer une contre-offensive à l'échelle du pays. Les armées populaires dirigées par le PCC ont remporté des victoires dans toute la Chine, marquant un tournant dans son histoire. Le PCC a défini cette période comme une révolution contre l'impérialisme, le féodalisme et le capitalisme bureaucratique qui est menée sous la direction du prolétariat.

Dans les zones libérées, le PCC a adopté une «loi agraire cadre» en 1947 pour éliminer l'exploitation féodale et pour la confiscation des terres appartenant aux propriétaires, pour les distribuer aux sans-terre. La ligne générale sur la mise en œuvre des réformes agraires a déclaré que le PCC doit s'appuyer sur les paysans pauvres, s'unir aux paysans moyens, abolir l'exploitation féodale et développer la production agricole. Ces mesures ont été soutenues une majorité du peuple et ont permis au PCC de remporter des victoires sur le KMT.

En novembre 1948, le PCC déclara que ses armées étaient devenues supérieures en qualité et en nombre, indiquant la victoire imminente de la révolution chinoise et la réalisation de la paix. En février 1949, le PCC a inversé son slogan, « d'abord les zones rurales, puis les villes », en « d'abord les villes, puis les zones rurales ». Nanjing, le siège du KMT est tombé en avril 1949, signalant sa défaite totale.

Le 1er octobre 1949, Mao Zedong proclame la formation de la République populaire de Chine (RPC), un « nouvel État démocratique ou un État démocratique des peuples », qui est « dirigé par la classe ouvrière », basé sur « l'alliance des ouvriers et des paysans, unissant toutes les classes et nationalités démocratiques ».

La fondation de la RPC marque le début de la transition d'un pays semi-colonial et semi-féodal vers une société socialiste.

People's democracy

Perspective communiste
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile