Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Histoire du mouvement social et communiste

Dimanche 16 Avril 2006

70 ans du Front Populaire


1936-2006
Partie 2 : "Contre le gouvernement Doumergue et pour le front unique" (février-mai 1934)



Le gouvernement Doumergue aggrave la situation, il mène une politique réactionnaire et favorable au grand capital.
Au mois d’avril une série de décrets- lois donnent le signal d’une nouvelle offensive du grand capital contre la classe ouvrière. Sous prétexte d’économie 85000 fonctionnaires sont licenciés, les traitements des anciens combattants sont menacés, les salaires sont vus à la baisse, 5000 instituteurs sont renvoyés… la réforme fiscale favorise le grand capital et les impôts frappent les plus pauvres. Cette situation n’aide pas a la résolution de la crise économique de 1929.
Le gouvernement porte de nouvelles atteinte a la démocratie parlementaire afin de briser la résistance de la classe ouvrière. Un décret loi menace la liberté syndicale et d’opinion des fonctionnaires. Il envisage de reformer la constitution pour y réduire le pouvoir du parlement.
Il tolère les manifs des fascistes, réprime celle des ouvrières et des démocrates et tente d’épouvanter les classes moyennes avec les spectres de la guerre civile et du communisme.
Le parti radical soutient ses réformes, même s’il condamne les ligues factieuses et leur démagogie anti-parlementaire et nationaliste.
La SFIO persiste sur sa « politique de moindre mal », elle condamne les ligues mais refuse tout aventurisme avec la lutte menée par les ouvriers et le PCF, sur le plan économique elle condamne les décrets lois et la CGT appel a la lutte. La direction de la SFIO et de la CGT refuse l’unité d’action proposée par le PCF sous prétexte d’anticommunisme.
Le PCF a compris que le prolétariat s’organise et prend conscience de sa force, le Comité Central du PCF appel en mars 1934 a « porter des coups essentiels au fascisme, au gouvernement Doumergue Tardieu Laval, qui en est le Fourier, et naturellement, démasquer la capitulation des gauches »
Le PCF tente de lutter contre l’idéologie sociale-démocrate sectaire afin de développer les fronts uniques, le CC du PCF combat aussi l’opportunisme et les oppositions répétées de la SFIO pour des fronts uniques. Le réformisme tente de valoriser la voie du « moindre mal ».On dit même que Paul Faure (chef de la SFIO aurais employé le « mot de Cambronne » pour répondre aux invitations du PCF.

I- Le développement du mouvement de masse

La classe ouvrière se renforce dans la lutte contre les fascistes et les décrets-lois, le 17 février 200000 travailleurs sont aux obsèques des travailleurs tombés dans la lutte pour leurs revendications.
La police tente de provoquer les manifestants, et a chaque fois leur résistance empêche toute nouvelle progression des fascistes comme pour le 1er mai 1934 a Alfortville.
Les bases socialistes et communistes se rapprochent, il y a une union réalisée contre le fascisme et le capital, le PCF dénonce la politique de la SFIO du « moindre mal » qui permet aux pro union de devenir majoritaire et de faire bouger la direction anti unitaire.
Les socialistes refusent d’écouter les mots d’ordre de « calme » et de « dignité » de leurs dirigeants, si bien que le 20 et 21 mai 1934 de nombreuses sections de la SFIO sont présente dans la manifestation.
La crise s ‘accentue à la SFIO, Paul Faure reconnaît des départs massifs et commence à ébranler la direction de la SFIO qui au congrès de Toulouse voit les pro unitaires remportés 1/3 des mandats.

II- La conférence nationale d’Ivry et la signature du pacte d’unité d’action socialiste-communiste.

En mai 1934 le CC du PCF a compris le changement qui s’opère au sein de la SFIO, le PCF propose de mener ensemble des luttes anti fascistes Mais la SFIO ne donne pas de réponse. Maurice Thorez tente encore de rallier les socialistes mais en vain.

A) La conférence nationale d’Ivry (23-26 juin 1934)

Le PCF tient à Ivry une conférence qui a pour but la constitution du « front unique de lutte anti fasciste »
La conférence souligne les perspectives d’un élargissement des luttes sociales et politiques, le progrès de l’unité se fait essentiellement dans le domaine syndical, la base de la CGT rejette les directives de Léon Jouhaux et se rapproche de la base de la CGTU.
A cette conférence le PCF se dote d’armes idéologiques pour tenter de réaliser les fronts uniques socialistes-communistes qui passe exclusivement par les luttes des travailleurs, refusant de fait les accords de sommet entre la SFIO et le PCF, accords que refusent les socialistes.
Le PCF condamne les dérives sectaires de Barbé-Célor, et opportuniste de Doriot et Maurice Thorez ajoute « A tout prix, nous voulons l’action. A tout prix nous voulons l’unité d’action ».
La conférence réaffirme l’attachement des communistes a la nation et a la France tout en conservant l’idéal de l’internationalisme prolétarien, Le PCF se nourrit des souvenir de 1789 et des combats menés tout au long du XX ème siècle contre la réaction, il retourne contre la bourgeoisie son arme en lui donnant un contenu nouveau et révolutionnaire.

B) La signature du Pacte d’unité d’action

Au lendemain de la conférence des accords sont signés entre différente fédération du PCF et de la SFIO pour organiser des manifestations communes, JC et JS signent des accords communs d’action. Face à ce mouvement la SFIO fini par accepter les propositions du PCF. Cette initiative est décisive et les travailleurs approuvent le principe de nombreux meetings communs.
Le 14 juillet une rencontre a lieu entre les délégations de la SFIO et du PCF qui acceptent le principe de la lutte commune contre la guerre et le fascisme. Malgré la volonté des anti unitaires Blum décris cet accord comme « inévitable » et utile pour la lutte anti fasciste.
La volonté des communistes permet la signature du pacte d’unité d’action entièrement tourné contre le fascisme et le gouvernement « d’union nationale ».

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile