Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 


Histoire du mouvement social et communiste

En 1920, un petit groupe de socialistes se réunit à Sydney pour fonder le Parti Communiste d'Australie. Ils se sont battus pour un monde sans exploitation et fondé sur la solidarité. Ils ont échoué dans leurs objectifs ultimes. Mais un siècle plus tard, nous nous souvenons de leur héritage de luttes et des véritables réalisations du mouvement ouvrier en Australie.

Traduction Nico Maury


Joyeux 100ème anniversaire au Parti Communiste d'Australie
Le week-end du 30 au 31 octobre 1920, vingt-six socialistes de toute l'Australie se sont réunis à Sydney. Ils ont décidé de créer le Parti communiste d'Australie (CPA), une organisation dont la contribution au mouvement ouvrier fait écho à ce jour.

Le CPA a connu une croissance rapide dans les années 1920 et 1930, comptant plus de vingt mille membres à la fin des années 1940. Bien que le parti ait connu une brève ascension au cours des années 60 et 70, l'atmosphère anticommuniste de la guerre froide l'a finalement fait basculer dans un lent déclin. En 1991, les délégué.e.s au congrès final du CPA ont voté pour dissoudre le parti.

Aujourd'hui, cent ans après cette réunion fondatrice, nous devons préserver la mémoire des militants, syndicalistes et organisateurs communistes d'Australie - et rendre leur expérience pertinente pour une nouvelle génération de militant.e.s de gauche.

En mars de cette année, la Fondation SEARCH, une organisation créée par le CPA avant sa dissolution, a lancé un appel aux anciens membres, à leurs descendants et à un éventail d'historiens du travail. Au lieu de produire une histoire formelle du CPA, SEARCH a demandé des histoires sur la vie des communistes australiens.

La réponse a été écrasante. En quelques mois, les répondants ont proposé plus de deux cents sujets potentiels. Le nouveau livre Camarades! La vie des communistes australiens en est le résultat; il rassemble cent biographies. SEARCH prévoit de publier au moins cinquante autres en ligne - et plus au fur et à mesure qu'ils se présenteront.

Les communistes victoriens et Sydney Trades Hall Reds

Bill Earsman et Christian Jollie Smith ont été les deux premiers communistes d'Australie. En 1919, alors que l'Australie était en proie à la pandémie de grippe espagnole, ils se dirigèrent vers le nord jusqu'à Sydney. Ils avaient prévu de créer un nouveau collège du travail sur le modèle de celui qu'ils dirigeaient pour les travailleurs de Melbourne, installé dans le bâtiment de l'Union des chemins de fer victoriens.

Earsman était un métallurgiste, un immigrant d'Écosse et un champion de l'éducation ouvrière indépendante. Après son arrivée à Melbourne en 1912, il gravit rapidement les échelons de l'Amalgamated Engineering Union pour en devenir le secrétaire victorien.

Il était également membre du Parti socialiste victorien (VSP) et, comme le leader le plus renommé du VSP, Tom Mann, il a été fortement influencé par le syndicalisme des Wobblies, les travailleurs industriels du monde tels qu'ils étaient familièrement appelés.

Vêtu «de chaussures marron clair, de guêtres en cuir et d'un chapeau Baden-Powell», Earsman était une figure familière à la Andrade's Bookshop, un centre de discussion socialiste et syndicaliste à Melbourne. Sa brochure, Le prolétariat et l'éducation: la nécessité des collèges ouvriers, a été publiée par l'Andrade en 1920. Dans cette brochure, Earsman a soutenu qu'il était nécessaire de : "Signaler l'impasse vers laquelle mène le système éducatif actuel, du point de vue de la classe ouvrière… nous avons jugé nécessaire d'avoir des syndicats indépendants et un parti travailliste indépendant, (alors) pourquoi pas un enseignement indépendant comme institution?"

Christian Jollie Smith, camarade et partenaire d'Earsman, est issu d'une famille conservatrice de la classe moyenne de Melbourne et a été l'une des premières femmes d'Australie à être admise comme avocate. Le mouvement contre la conscription pendant la Première Guerre mondiale a radicalisé Jollie Smith, tout comme son amitié étroite avec les intellectuels socialistes Guido Baracchi, Nettie Palmer et Katharine Susannah Prichard.

En 1917, elle est devenue une fervente partisane de la révolution bolchevique. Cela a attiré l'attention du service de sécurité, qui a veillé à ce qu'elle soit renvoyée du Crown Law Office, soupçonnée d'avoir divulgué des informations à des camarades qui risquaient d'être expulsés en raison de leurs convictions politiques radicales. Pour subvenir à ses besoins, Jollie Smith a pris le pseudonyme de Pamela Brown et est devenue la première chauffeuse de taxi de Melbourne.

Après leur arrivée à Sydney, Earsman et Jollie Smith s'installèrent sur une terrasse juste en haut de la route de Circular Quay, où ils recrutèrent Jock Garden, chef du Sydney Trades Hall Reds, pour leur projet de collège syndical.

Lorsqu'ils ont rencontré Peter Simonoff, un émigré russe et le représentant bolchevique en Australie, ils se sont fixé un objectif plus ambitieux. Travaillant depuis le bureau de Simonoff, les camarades ont formé une coalition hétéroclite avec les dirigeants du Parti socialiste australien (ASP) basé à Sydney. Ensemble, ils ont convoqué la réunion du 30 au 31 octobre dans la salle de l'ASP. Ils ont invité des délégués de toute l'Australie à discuter de la formation d'un Parti communiste australien.

En fait, seulement vingt-six personnes se sont présentées, dont trois étaient des femmes. Malgré leur petit nombre, cette assemblée éclectique résolut de former un parti communiste, a élu un comité exécutif intérimaire, avec Earsman comme secrétaire.

Jollie Smith a également rejoint le comité, aidant à rédiger la première constitution du parti. Comme premier objectif, le CPA a entrepris d'obtenir la reconnaissance en tant que section australienne du Komintern, l'organisation communiste internationale créée par Lénine pour coordonner la révolution mondiale.

Un communiste australien à Moscou

Après deux ans, de nombreux débats internes et plusieurs visites de délégués à Moscou, le Parti communiste australien a été accepté dans le Komintern. Earsman a joué un rôle crucial à cet égard, travaillant sur les navires qui l'ont emmené d'Australie à Moscou, où le Komintern s'est réuni, pour sécuriser son passage.

Alors qu'il était dans la jeune Union soviétique, Earsman a rencontré de nombreux dirigeants communistes parmi les plus célèbres du XXe siècle, dont Léon Trotsky, et a été intronisé dans l'Armée rouge en tant que membre honoraire. Il a été nommé pour représenter le Komintern en Australie et chargé de transporter du matériel de propagande et des instructions en Allemagne sur le chemin du retour.

Cependant, comme nous le savons maintenant, les mouvements d'Earsman ont été étroitement surveillés par les services de renseignement britanniques, qui ont veillé à ce qu'il soit finalement interdit de retour en Australie comme un risque pour la sécurité nationale. Il est retourné à Moscou où il a travaillé pendant un certain temps comme enseignant à l'Académie de l'Armée rouge, avant de retourner dans son Édimbourg natal pour devenir un dirigeant syndical actif et un membre du Parti travailliste.

Entre-temps, en 1922, le nombre de membres du CPA était passé à plusieurs centaines, avec des succursales dans chaque capitale du continent et dans plusieurs centres régionaux. Bien que le Parti travailliste australien (ALP) se soit opposé au CPA et ait interdit à ses membres de s'y joindre, le soutien de la classe ouvrière au communisme s'est accru.

Dans les années 1930, cela a permis aux communistes de créer des organisations militantes de base dans de nombreux syndicats. Ils ont complété ces efforts en organisant les chômeurs pour résister aux expulsions et en construisant un mouvement populaire de masse contre la guerre et le fascisme.

Plusieurs membres du CPA, femmes et hommes, ont voyagé à l'étranger pour rejoindre les Brigades internationales combattant les armées fascistes de Franco en Espagne. Pendant tout ce temps, les membres du CPA étaient soumis à une surveillance constante de la part des agences de sécurité et harcelés par les tribunaux. Après avoir brièvement occupé le poste de secrétaire générale du parti en l'absence d'Earsman, Jollie Smith est retournée à sa pratique juridique où elle a défendu les communistes et les organisations qu'ils dirigeaient devant les tribunaux pendant plusieurs décennies.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les autorités ont brièvement rendu le CPA illégal. Cependant, après l'entrée de l'Union soviétique dans la guerre aux côtés des Alliés en 1941, le parti connut un regain de popularité. À la fin de la guerre, les communistes occupaient des postes de direction dans de nombreuses organisations ouvrières et mouvements sociaux progressistes parmi les plus importantes du pays. C'était le filigrane du mouvement communiste australien.

«Camarades!»

Comme Jodi Dean l'a écrit , le terme «camarade», tel qu'il s'est développé dans le mouvement communiste international, porte une richesse de sens qui a été mise en danger par l'individualisme endémique du capitalisme néolibéral et de la politique identitaire. Les courtes biographies des communistes d'Australie rassemblées dans Camarades! repousse cela, tout en donnant vie à un récit plus abstrait et théoriquement sophistiqué de Dean.

En tant qu'individus, les communistes qui étaient membres du CPA étaient divers - un monument à la diversité bien avant que ce mot ne devienne omniprésent à gauche. Des poètes, des romanciers, des acteurs, des écrivains, des universitaires et des artistes ont travaillé et se sont rencontrés dans les mêmes branches que les nettoyeurs, les ouvriers des quais, de l'hôtellerie et la santé, les enseignants, les marins et les métallurgistes.

Certains camarades ont passé toute leur vie en tant que membres, tandis que d'autres sont partis après seulement quelques années. À la suite de scissions, certains ont rejoint des groupes alternatifs - par exemple, beaucoup sont devenus des critiques du stalinisme à partir des années 1930. Les rangs des communistes anti-staliniens ont été renforcés après la révolution hongroise de 1956. D'autres sont devenus des partisans du Parti communiste chinois après la scission sino-soviétique, formant le CPA (ML) en 1963.

Un autre groupe s'est séparé pour former le Parti socialiste d'Australie en 1971. Cela faisait suite aux critiques du CPA sur l'invasion soviétique de la Tchécoslovaquie en 1968, une décision qui a conduit le Parti communiste de l'Union soviétique à révoquer le soutien qu'il avait accordé au CPA depuis 1922.

Les communistes étaient aussi actifs dans les petites villes, les villes régionales et dans l'outback, ils l'étaient aussi dans les grands centres du parti de Sydney et de Melbourne. Au fil des décennies, les communistes australiens ont créé des réseaux d'organisation de base sur les lieux de travail de toute l'Australie, une tradition qui doit souvent autant aux racines syndicalistes du parti qu'au Komintern.

Solidarité et internationalisme

Surtout, les communistes ont prouvé leur valeur en construisant des mouvements de masse puissants et efficaces, contre la guerre et le fascisme, contre l'impérialisme britannique et américain, contre les armes nucléaires et l'extraction d'uranium, et en soutenant les droits des peuples autochtones et colonisés en Australie et à l'étranger, dans le territoire en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le CPA a été le premier parti en Australie à inclure la revendication des droits des aborigènes et des insulaires du détroit de Torres dans son programme, en 1931.

Dès lors, les militants du CPA ont joué un rôle clé en soutenant les luttes contre la législation répressive sur le bien-être des autochtones, pour l'égalité des salaires et pour les droits fonciers. Don McLeod, un entrepreneur blanc, a aidé les ouvriers aborigènes de Pilbara à mener la plus longue bataille industrielle jamais menée en Australie. Dans les années 40, il s'est joint au parti pour aider à renforcer le soutien. Le programme des années 50 du parti pour l'indépendance et l'autodétermination des insulaires du détroit de Torres a été publié en cinq langues du détroit de Torres.

Le travail de solidarité internationale des communistes a été exemplaire, renforçant le soutien local aux luttes d'indépendance et de libération nationale dans la région Asie-Pacifique, au Moyen-Orient, en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Dans les années 70 et 80, par exemple, Brian Manning, un docker de Darwin et communiste, a maintenu une opération radio illégale à Darwin. Aidé par ses camarades, il a gardé des lignes de communication ouvertes avec la guérilla FRETILIN du Timor oriental alors qu'ils résistaient à l'invasion indonésienne de 1975 de leur pays.

Les membres du CPA ont entrepris ce travail face au harcèlement et à la surveillance continus et systématiques d'une succession d'agences de sécurité qui ont été développées avec l'anticommunisme comme l'une de leurs principales tâches. Ironiquement, cependant, les fichiers conservés par ces agences ont fourni la source principale nécessaire pour une grande partie de cette histoire cachée - en particulier, ceux de l'Organisation australienne de sécurité et de renseignement (ASIO) et de son prédécesseur, la Commonwealth Investigation Branch.

Un monde à gagner

En 1848, dans le Manifeste communiste , Marx et Engels décrivaient les communistes comme ceux qui «luttent pour la réalisation des objectifs immédiats, pour la mise en application des intérêts momentanés de la classe ouvrière», tout en veillant également à «l'avenir de ce mouvement».

En tant que camarades nous-mêmes, nous avons donc une double dette: envers les générations précédentes de communistes qui nous ont inspirés et instruits, et plus important encore, envers les camarades des générations futures, qui continueront la lutte. Bien sûr, il ne sert à rien de prétendre que les communistes du passé ont toutes les réponses aux questions d'aujourd'hui. Mais l'histoire du CPA recèle une expérience précieuse. Ses succès et ses erreurs peuvent encore nous fournir des leçons importantes.

Plus important encore, comme le disent Aziz Choudry et Salim Vally, deux camarades de Nouvelle-Zélande et d'Afrique du Sud, "nous ne pouvons pas nous permettre les coûts de l'amnésie historique et sociale pour les luttes contemporaines et futures". Ce n'est pas seulement parce que l'oubli coûte cher: nous devons valoriser ces histoires car, grâce à nos camarades, nous avons encore un monde à gagner.


Par Bob Boughton
Ancien membre du Parti communiste d'Australie de 1975 à 1991. Il est le responsable du projet de biographies du CPA de la Fondation SEARCH.
Jacobin Mag

Perspective communiste
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile