Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Vie du PCF et du MJCF

Le Parti communiste français réussi l'exploit de maintenir son score de 2002 (4,77% et 1.221.190 voix au premier tour) , alors qu'on le donnait pour mort après la présidentielle (1,93%), c'est 19 députés communistes et apparentés qui ont été élus . Analyse du vote communiste en France et dans l'Outre-Mer


Siège du PCF, place du Colonel Fabien à Paris
Siège du PCF, place du Colonel Fabien à Paris
Ce fut la surprise de cette élection, qui aurait pu s'attendre a voir le PCF maintenir ses scores de 2002, après le désastre de la présidentielle (1,93%) ?

Après le désastre de la présidentielle, ou le PCF recueilli guère plus de 690 000 voix (1,93%). Tous le monde pensait que le Parti Communiste venait de s'éteindre. Pour la majorité des médias le PCF sombrait dans une crise financière majeur:
Comment rembourser les 4,5 millions d'euros de la présidentielle? Rumeur sur la vente d'objets d'arts propriété historique du PC, et même vente du célèbre siège de la place du Colonel Fabien à Paris.

Le premier tour de la législative a montré une incroyable résistance du vote communiste. Plus d'un millions d'électeurs se sont ralliés derrière les candidats communistes et apparentés. Au second tour les candidats de rassemblement à gauche mené par le PCF et apparentés recueillent 590.017 voix.

« Nous ne renonçons pas, le Parti communiste n'est pas mort », a lancé la secrétaire nationale Marie-George Buffet. Avec un score de 4,77 %, soit 1,2 million de voix, « le PCF se situe à un niveau quasiment égal aux législatives de 2002 (4,82 % soit 1,2 million de voix), qui avait alors permis la formation d'un groupe ».

Cette fois, le PCF a non seulement résister à la "vague bleue" mais à son allié d'hier, le Parti socialiste, notamment dans l'ex-ceinture rouge parisienne, où se trouvent nombre de ses derniers bastions. Le PS nous prenant 3 circonscriptions (Isère, Bouches du Rhône, Seine Saint Denis)

L'analyse du vote communiste

  • Le vote de conviction communiste

Ce vote garde une importance dans les villes communistes historiques, il s'agit cependant d'un groupe qui a vu son électorat s'éroder au profit du Parti Socialiste puis du Front National. Malgré les vagues d'adhésions forte et continue pour le PCF (+ 20.000 en 2 ans).

Le PCF subit la concurrence de Lutte Ouvrière (jusqu'en 2002) et aujourd'hui de la LCR qui rogne son électorat traditionnel et bloque son renouvellement générationnel.
Cependant si les JCR (organe de jeunesse de la LCR) revendiquent 400 adhérents, le MJCF (jeunesse communiste) reste de très loin devant (10.000 à 13.000 JC). La LCR ne dispose pas de force suffisante pour pouvoir se doter d'une assise locale aussi développé que le PCF (3000 adhérents dont quelques dizaines d'élus pour 140.000 adhérents et 13.000 élus au PCF), le vote "révolutionnaire" c'est effacé du PCF avec la mutation du parti, ce qui explique le maintient des groupes trotskystes comme la LCR.

L'électorat communiste traditionnel, est historiquement proche de l'électoral social-démocrate. En effet le PCF et le PS (comme son ancêtre la SFIO) ont partagés de nombreux combats ensembles. L'électorat communiste est donc plus sensible aux sirène du PS et du vote "utile". Ce qui explique une partie du score de Marie George Buffet en 2007 (1,93%), vote utile renforcé par l'illusion de l'inutilité du PCF transmis par les refondateurs-liquidateurs et par les collectifs antilibéraux aux aspirations gauchistes. Par peur l'électorat PC est parti au PS.

  • Un vote local, le poids des bastions, le poids des élus:

-Pour François Asensi, Député Maire de Tremblay en France (seine Saint Denis) animateur du courant refondateur, le score du PCF tient que grâce a la popularité et personnalité des députés sortants.
Il développe là un thème important pour expliquer le redressement rapide du PCF. En effet beaucoup de candidats communistes ont été choisi par les militants du fait de leur popularité,
cependant l'analyse ne peut s'arrêter là.

-Le poids de l'électoral communiste repose sur la "bonne gestion" des cités communistes. Les cités communistes ont bénéficié d'une attention particulière pour le PCF.
Partout des cités modèles virent le jour, et partout la gestion communiste fut exemplaire. Des années 30 à 80 le "communisme municipal" fut la grande force du PCF.

-Aujourd'hui le PCF ne conserve pus que 742 villes sur les 3600 qu'il possédait en 1945. Pourtant le communisme municipal reste une base du vote communiste, là ou le PCF perd une ville on sait que son électorat disparaît rapidement, a quelques exceptions près (notamment dans les zones historiquement "rouge": Seine Saint Denis, Val de Marne etc.). Sur cette législative, le PC peut espérer reprendre des villes perdue en 2001: Sète, le Havre, Port Saint Louis du Rhône...

L'Outre-Mer une base oubliée du vote communiste

Les anciennes fédérations ultramarine du PCF sont devenue indépendante a la demande de Maurice Thorez.

Ces fédérations sont aujourd'hui devenu des partis locaux: le Parti Communiste Réunionnais fondé par Paul Vergès, le Parti Communiste Guadeloupéen, le Parti Communiste Martiniquais.
Aujourd'hui l'Outre-Mer apporte beaucoup au PCF, ils sont des relais locaux.

A la Réunion, le PCR est un puissant parti, il tient de Conseil Régional, a une députée (Huguette Bello réélue avec 59%), plusieurs conseiller généraux, et un député européen (Paul Vegès). Le PCR a eu de très mauvaises relations avec le PCF, au point de quitter le groupe communiste et républicain à l'Assemblée Nationale en 2002. Aujourd'hui les relations sont apaisées.

le PCR apporte au vote communiste 62.654 voix, cette électorat de rentre pas dans le calcul des 4,29% du PCF donné par le Ministère de l'Intérieur (à la différence de 2002).

En Guadeloupe le PCG a connu une scission et a vu le seul député communiste de l'île abandonné le PCG pour le PPDG (Parti Progressiste Démocratique de Guadeloupe). Le vote communiste et apparenté apporte plus de 10.000 voix (pas pris e compte comme le PCR) au vote communiste. Ernest Moutoussamy n'a cependant pas réussi a retrouver son poste.


Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération des Bouches Rhône (13) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Boques del Roine (13) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile