Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 


Espace nord-américain : Etats-Unis-Canada-Québec

LandBack est un mouvement profond qui se lève aux Etats-Unis, au Canada et même au Chili pour réparer les tords du passés colonial de ces pays.

Les peuples autochtones se mobilisent pour retrouver leurs terres volées, leurs droits et pouvoir enfin gagner leurs autodéterminations vis à vis des puissances impérialistes.

Traduction Nico Maury


LandBack, le cri des peuples autochtones de l'Amérique du Nord pour la décolonisation
Au fil des ans, le mouvement amérindien est devenu de plus en plus important pour récupérer les terres volées au cours des derniers siècles. Cette lutte dure depuis des décennies, mais s'est accélérée avec des succès réalisés ces dernières années.

Voici une partie de l'histoire récente de ce mouvement. Le mouvement LandBack est officiellement lancé en 2018 par Aaron Tailfeathers, membre de la tribu Kainai de la Confédération des Pieds-Noirs du Canada. LandBack est rapidement devenu un hashtag sur les vêtements et d'autres objets d'art.

En 2020, en réponse aux manifestations au mont Rushmore, l'organisation autochtone NDN Collective a rédigé le manifeste LandBack intitulé : « La récupération de tout ce qui a été volé aux peuples natifs ». La campagne LandBack est officiellement lancée lors de la Journée des peuples autochtones en 2020. Le Manifeste développe des thèmes concernant la terre, la langue, les cérémonies, la nourriture, l'éducation, la santé, la gouvernance, la médecine et la parenté.

Mais la ligne de base de LandBack est simple : "Rendez-nous la terre." Pour beaucoup d'Autochtones, et peut-être pour la plupart, la récupération de la terre est d'abord une question économique, car plus une nation autochtone est économiquement forte, plus elle est forte dans tous les autres aspects de son existence : occuper des emplois bien rémunérés, maintenir sa langue et ses traditions, pouvoir chasser, pratiquer l'agriculture, accéder à l'eau potable, construire des écoles et des logements dignes et durables, renforcer la souveraineté et étendre sa juridiction. Tout ce qui précède est également un constructeur moral et spirituel. Jusqu'à présent, les campagnes ont été dirigées vers les terres publiques, y compris les parcs nationaux et, dans la mesure du possible, les terres privées. Ces objectifs n'ont pas cherché à évacuer les logements de qui que ce soit.

Mais encore une fois, il s'agit d'abord de restituer les terres autochtones entre les mains des autochtones tout en travaillant sur toutes les autres questions. Il y a tellement de facettes à cette lutte. Ce combat n'est pas nouveau mais il est rêvé et poursuivi de diverses manières depuis des siècles, voire depuis l'époque coloniale. La différence c'est qu'aujourd'hui la société non-autochtone écoute les revendications. Les militants autochtones s'engagent plus massivement dans ces luttes. De plus, des campagnes LandBack ont ​​lieu non seulement aux États-Unis, mais aussi au Canada et avec les mapuches au Chili.

L'objectif est la décolonisation du territoire

Il existe des exemples précis et frappants de terres allant dans le sens de la décolonisation et placées sous juridiction tribale. Chaque problème tribal est unique. Mais la lutte de chaque nation autochtone fait partie intégrante d'une lutte plus large menée par les peuples autochtones à travers l'Amérique du Nord et au-delà. Les exemples suivants illustrent la complexité, la diversité et la similarité de ces luttes. Encore une fois, ces quêtes visent principalement les terres détenues par le gouvernement fédéral.

En 2015, le Mashpee Wampanoag a récupéré 300 acres de terres ancestrales après des décennies d'efforts. La superficie a été placée sous le statut de fiducie fédérale, ce qui signifiait que la terre ne pouvait pas être enlevée sans l'approbation fédérale. Cela a donné à la tribu la souveraineté sur la terre, lui permettant de construire des logements et une école et d'avoir une force de police tribale sur la terre. Par la suite, dans une volte-face choquante, le gouvernement fédéral sous Trump a annulé cette décision et la propriété de la terre est tombée dans les limbes juridiques. Mais, le 22 décembre 2021, le ministère de l'Intérieur de Biden, Deb Haaland, a annulé la décision de Trump et a rétabli la réserve Mashpee Wampanoag. Une grande victoire pour les Amérindiens !

En 2019, l'Église méthodiste unie a rendu des terres ancestrales à Upper Sandusky, Ohio, à la nation Wyandotte de l'Oklahoma. La Wyandotte Indian Mission y avait été établie au début des années 1800 par un missionnaire méthodiste afro-américain, John Stewart. En 1819, le gouvernement fédéral avait promis par traité à la nation Wyandotte 148.000 acres au Kansas. Mais lorsque les Wyandotte sont arrivés au Kansas, il n'y avait plus de terrain disponible.

En 2020, les Haudenosaunee (Iroquois) des Six Nations ont érigé un barrage routier au 1492 Land Back Lane pour fermer un lotissement sur leurs terres non cédées en Ontario.

En juillet 2020, la tribu Esselen a acheté un ranch de 12.000 acres près de Big Sur, en Californie, dans le cadre d'un accord de plusieurs millions de dollars. Cette remise en état des terres traditionnelles protège la forêt ancienne, la faune et la rivière Little Sur, ce qui soulève un autre point : le mouvement LandBack protège l'environnement et la nature.

La nation Potawatomi de la bande des Prairies revendique des terres dans l'Illinois. Gardez à l'esprit que Chicago se trouve sur la terre Potawatomi.

Le peuple Lakota demande la fermeture du mont Rushmore et la restitution de toutes les terres publiques des Black Hills aux «intendants d'origine».

Parmi les autres exemples notables de remise en état des terres, citons le transfert en 2020 de 11.760 acres de terres de service forestier dans la forêt nationale de Chippewa à la bande d'Ojibwe de Leech Lake, qui seront détenues en fiducie en vertu de la Leech Lake Reservation Restoration Act.

En mars, la tribu Passmoquody, grâce à une subvention d'organisations de conservation, a collecté 335.000 $ pour acheter l'ancestrale Pine Island dans le Maine.

En outre, le démantèlement des barrages sur la rivière Klamath a été considéré comme une victoire du mouvement LandBack pour les tribus Yurok et Karuk.

En 2004, la tribu Wiyot a obtenu le retour d'une île ancestrale qui avait été perdue à la suite d'un massacre en 1860. Le conseil municipal d'Eureka a transféré la terre à la tribu. Ce fut une bataille longue de plus d'un siècle. Les Wiyot vivaient depuis des milliers d'années sur l'île de Dulawat dans la baie de Humboldt sur la côte nord de la Californie. En 2006, le conseil municipal a transféré 60 acres supplémentaires à la tribu pour ajouter aux terres déjà achetées par les Wiyot.

Cela nous amène au fait que de nombreuses tribus utilisent l'argent du jeu pour acheter des terres prises illégalement. C'est une insulte grossière, car les tribus ne devraient pas avoir à racheter des terres qui ont été volées. Le gouvernement fédéral devrait financer la restauration des terres volées.

Le mouvement LandBack peut remporter des victoires dans de nombreux combats, y compris contre le système judiciaire. Un excellent exemple est la décision capitale de McGirt qui a rétabli les réserves des cinq tribus dans l'est de l'Oklahoma englobant 19 millions d'acres.

Il existe également de nombreux projets de loi Land Back en attente dans le processus législatif, notamment la loi sur la réacquisition des terres historiques de la bande orientale de Cherokee, la loi de 2021 sur le transfert des terres de la bande Pala Band of Mission Indians, la loi sur l'acquisition des terres communautaires d'Old Pascua, la loi sur les terres de la nation indienne Catawba, et plein d'autres.

Alors que le paysage politique change, le mouvement LandBack prend de l'ampleur comme jamais auparavant.

Albert Bender

Cherokee, historien, avocat spécialisé dans le droit amérindien journaliste indépendant et chroniqueur politique pour News From Indian Country.

CPUSA

Perspective communiste
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile