Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Révolution bolivarienne et socialisme en Amérique Latine

L'exécutif autoproclamé bolivien a intimidé la presse locale et étrangère qui couvrait les manifestations de poursuites judiciaires, dans un contexte de violence contre la presse - traduction Nico Maury


Le gouvernement illégitime de Bolivie menace les journalistes
Les putschistes ont menacé jeudi les journalistes locaux et étrangers qui couvriraient des manifestations dans le pays après le coup d'Etat contre le président Evo Morales.

La ministre autoproclamée de la Communication du gouvernement de la raciste Jeanine Áñez, Roxana Lizárraga, a tenté d'intimider les professionnels de la presse qui assistent aux mobilisations "qui ne font pas leur travail", affirmant que les journalistes font de la sédition.

"Ce que certains journalistes boliviens ou étrangers font dans notre pays provoquent la sédition, ils doivent répondre de leurs actes devant la loi bolivienne", a déclaré Lizárraga, ajoutant que "nous savons qui ils sont et le gouvernement va prendre les mesures appropriées."
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr">La gente del gobierno de facto de Bolivia sigue anunciando listas y perseguidos. Esta vez, de periodistas. <a href="https://t.co/e3odgVwUYu">pic.twitter.com/e3odgVwUYu</a></p>&mdash; Patricia Villegas Marin (@pvillegas_tlSUR) <a href="https://twitter.com/pvillegas_tlSUR/status/1195124618836762626?ref_src=twsrc%5Etfw">14 novembre 2019</a></blockquote>
<script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>
Plusieurs médias internationaux présents dans le pays, tels que Crónica TV et TN d'Argentine, ont déclaré qu'ils avaient subi des menaces et qu'ils avaient été persécutés dans les rues de La Paz (capitale) par des manifestant.e.s qui soutiennent l'exécutif autoproclamé.

De même, un groupe de personnes qui soutiennent la proclamation de Áñez en tant que président par intérim ont attaqué l'équipe de Russia Today en criant: "Ne mentez pas, ne mentez pas!", Tout comme le correspondant Francisco Guaita tentait de fournir des informations sur la situation dans le pays depuis le près de la place Murillo.
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/LaPaz?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#LaPaz</a> <br><br>Echan de la plaza Murillo a periodistas de un medio internacional porque supuestamente &quot;no están informando la verdad&quot;. <a href="https://t.co/tIKDRGtU2W">pic.twitter.com/tIKDRGtU2W</a></p>&mdash; ERBOL (@ErbolDigital) <a href="https://twitter.com/ErbolDigital/status/1194991660842831874?ref_src=twsrc%5Etfw">14 novembre 2019</a></blockquote>
<script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>
Peu avant la déclaration officielle, le cameraman de Telefe (Argentine), Lucio Gómez, a été attaqué mercredi alors qu'il faisait son travail, a annoncé dans une vidéo postée sur Twitter que la chaîne évacuerait son équipe dans les prochaines heures, après avoir été accusé de sédition.

Toujours à la veille, le journaliste Rolando Graña de América TV et le producteur Jerónimo Loguzzo (Telefe) ont été agressés dans les rues de la capitale. Ils ont, avec Gomez, été pris pour cible par une campagne de désinformation: ils ont publié leurs noms et leurs photos dans un journal, les accusant d’incitation à la violence.
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr">¡De pronto <a href="https://twitter.com/hashtag/Flashchat?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#Flashchat</a>! Crisis y tensión en Bolivia por <a href="https://twitter.com/nachogiron?ref_src=twsrc%5Etfw">@nachogiron</a> y <a href="https://twitter.com/marianogarcia1?ref_src=twsrc%5Etfw">@marianogarcia1</a><br>✔AMENAZARON A PERIODISTAS DE <a href="https://twitter.com/telefenoticias?ref_src=twsrc%5Etfw">@telefenoticias</a>, <a href="https://twitter.com/todonoticias?ref_src=twsrc%5Etfw">@todonoticias</a>, <a href="https://twitter.com/A24COM?ref_src=twsrc%5Etfw">@A24COM</a> y <a href="https://twitter.com/CronicaTV?ref_src=twsrc%5Etfw">@CronicaTV</a> <br>✔MESA DE DIÁLOGO EN BOLIVIA<br>✔<a href="https://twitter.com/alferdez?ref_src=twsrc%5Etfw">@alferdez</a> QUIERE DARLE ASILO A EVO MORALES<br>✔CRISIS Y TENSIÓN EN CHILE <a href="https://twitter.com/abihermo?ref_src=twsrc%5Etfw">@abihermo</a> <a href="https://t.co/SdXSh9ZfGO">pic.twitter.com/SdXSh9ZfGO</a></p>&mdash; Telefe Noticias (@telefenoticias) <a href="https://twitter.com/telefenoticias/status/1195143893618233344?ref_src=twsrc%5Etfw">15 novembre 2019</a></blockquote>
<script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>
"Il n'y a aucune garantie pour le travail des équipes de TN, Crónica et Telefé", a annoncé TN sur son site internet, où il a dénoncé diverses agressions subies par les journalistes argentins, allant "d'insultes à la mise à feu d'objets contre les lieux où ils se trouvent. hôte ou même contre les travailleurs eux-mêmes ".

Cependant, Lizárraga a déclaré lors de sa conférence de presse impromptue que "la presse a toutes les garanties pour fonctionner", ignorant les menaces et les attaques contre les journalistes et les professionnels de la communication.
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr">Los detractores de Evo Morales lo acusaban de dictador y de poco democrático.</p>&mdash; Rolando Graña (@rolandogps) <a href="https://twitter.com/rolandogps/status/1195006065299116032?ref_src=twsrc%5Etfw">14 novembre 2019</a></blockquote>
<script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>
En Bolivie, depuis le début des manifestations qui ont eu lieu après l'élection présidentielle du 20 octobre dernier, des attaques ont été lancées contre des installations de radio, de télévision et de journaux, entre autres actes d'intimidation et de censure.

Réponses aux menaces

Le ministère argentin des Affaires étrangères, connaissant la situation des travailleurs de la presse, a demandé aux autorités en exercice du pouvoir en Bolivie de veiller à la sécurité et à l'intégrité physique des médias de leur pays, présents sur ce territoire, qui participent à la couverture d'événements Ils sont de notoriété publique. Il a ajouté que son consulat à La Paz avait contacté des journalistes argentins.

Mais l'ambassadeur argentin à La Paz, Normando Álvarez García, a déclaré qu'il y avait dans la ville "un chaos et un vide de pouvoir" et que "nous ne pouvons pas garantir la sécurité des journalistes".
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr">“Les pido a los argentinos que no vengan, no hay garantías para nadie”, dice ahora en <a href="https://twitter.com/C5N?ref_src=twsrc%5Etfw">@C5N</a> el embajador argentino en Bolivia, Normando Álvarez García.</p>&mdash; Iván Schargrodsky (@ischargro) <a href="https://twitter.com/ischargro/status/1195098517427109888?ref_src=twsrc%5Etfw">14 novembre 2019</a></blockquote>
<script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>
Le député national du Front de gauche argentin, Nicolás del Caño, a publié sur son compte Twitter un message dénonçant "l'escalade répressive d'Añez et les comploteurs du coup d'Etat qui veulent expulser la presse internationale et attaquer des médias alternatifs en Bolivie."
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr">Repudiamos la escalada represiva de Añez y los golpistas que quieren expulsar a la prensa internacional y atacan a medios alternativos de Bolivia como sediciosos. Quieren ocultar lo que está pasando para encubrir sus crímenes contra el pueblo.</p>&mdash; Nicolas del Caño (@NicolasdelCano) <a href="https://twitter.com/NicolasdelCano/status/1195079943677521922?ref_src=twsrc%5Etfw">14 novembre 2019</a></blockquote>
<script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>
De son côté, la députée du Front de gauche de la ville de Buenos Aires, Myriam Bregman, a déclaré que la persécution de la presse et l'accusation de sédition "constituaient la confirmation du coup d'État et la tentative de dissimuler, par un blocus médiatique, les crimes". de ce gouvernement illégitime. "
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr">La persecución a la prensa y la acusación de sedición a periodistas que difunden los hechos es la confirmación del golpe y el intento de encubrir, mediante un bloqueo mediático, los crímenes de este Gobierno ilegítimo. <br>Todo nuestro repudio. <a href="https://twitter.com/hashtag/BoliviaGolpeDeEstado?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#BoliviaGolpeDeEstado</a> <a href="https://t.co/vcShFumhlL">pic.twitter.com/vcShFumhlL</a></p>&mdash; Myriam Bregman (@myriambregman) <a href="https://twitter.com/myriambregman/status/1195086107299500033?ref_src=twsrc%5Etfw">14 novembre 2019</a></blockquote>
<script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>
L’Association internationale de radiodiffusion (AIR) a publié mardi une déclaration dans laquelle elle avait averti que "observe avec une profonde inquiétude les divers actes de violence à l’encontre des journalistes et des médias" survenu sur le territoire bolivien, a affirmé les autorités par intérim et forces de sécurité qui "garantissent le libre exercice de l'activité journalistique et le droit à l'information du peuple".
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr">La AIR observa con grave preocupación los distintos actos de violencia contra periodistas y medios de comunicación, acontecidos durante estos últimos días en Bolivia. <a href="https://t.co/lW7UuKma82">pic.twitter.com/lW7UuKma82</a></p>&mdash; AIR - IAB (@air_iab) <a href="https://twitter.com/air_iab/status/1194361636007464960?ref_src=twsrc%5Etfw">12 novembre 2019</a></blockquote>
<script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Telesur

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération des Bouches Rhône (13) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Boques del Roine (13) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile