Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



L'Orient rouge : Chine, Viêt Nam et Asie du Sud-Est

La petite bourgeoisie bien pensante ne peut pas comprendre la complexité de la situation politique à Hong Kong et se ralliera sans réfléchir au camp "pro-démocratie". C'est ce qu'elle fait avec le Venezuela, la Bolivie et tous les pays qui sont sous le feu de l'impérialisme étasunien.

Hong Kong c'est aussi une classe ouvrière, des luttes anticoloniales contre les pays européens et le japon, des luttes pour la réunification et une lutte des classes très fortes contre le système capitaliste ultralibéral qui existe dans cette zone spéciale.

Et le camp "pro-démocratie" a décider de cibler ses violences contre les syndicalistes de la Fédération des syndicats de Hong Kong (FTU), le syndicat historique du mouvement ouvrier. Pendant ce temps là, les Etats-Unis arrosent de centaines de milliers de dollars les organisations qui lui sont fidèles.

Traduction Nico Maury


Le mouvement ouvrier de Hong Kong, cible des "pro-démocratie" et des Etats-Unis
Hong Kong a toujours été une ville de loyautés partagées. Des courants complexes d'identités de classe et nationales traversent son mouvement ouvrier, tout comme la société de Hong Kong. À leur tour, ces divisions reflètent invariablement des conflits plus larges dans le reste de la Chine et entre la Chine et le monde extérieur.

Aujourd'hui, les deux plus grandes organisations syndicales de la ville sont la Fédération des syndicats (FTU) et la Confédération des syndicats de Hong Kong (HKCTU).

Le FTU a été formé en 1948 sous la domination coloniale britannique, trois ans après la fin de l'occupation japonaise et juste un an avant le triomphe de la révolution chinoise. C'est le plus ancien et le plus grand des deux groupes, avec plus de 200 syndicats affiliés et environ 400.000 membres.

Certains de ses syndicats constituants, comme le Hong Kong Seamen’s Union, ont une histoire qui remonte aux grandes grèves ouvrières de Hong Kong-Guangdong de 1925-1926. Des grèves qui ont secoué la colonie britannique de l'époque et l'ont presque mise à genoux. Cette lutte était en réponse aux assassinats menés par l'armée britannique contre les manifestant.e.s anti-impérialistes dans la colonie étrangère de Shanghai, alors dirigée par plusieurs puissances étrangères.

La grève faisait partie d'une mobilisation large de la révolution anti-impérialiste chinoise des années 1920. À ce moment-là, les communistes et le nationaliste Kuomintang étaient toujours en alliance. Cet événement montre l’interconnexion historique entre les batailles syndicales et l’affirmation de la souveraineté de la Chine sur son territoire national.

Pour reprendre les mots d’Alice Mak, la plus éminente dirigeante contemporaine de la FTU et une représentante élue du Conseil législatif de Hong Kong, la FTU reste une fédération fièrement «patriotique», qui a toujours soutenu la réunification de Hong Kong avec le reste de la Chine.

«Le FTU est un syndicat patriotique; nous avons toujours embrassé notre patrie et pendant la période coloniale, nous avons été confrontés à une grave répression de la part du gouvernement colonial. Aujourd’hui, nous avons plus de 200 syndicats et certains de nos syndicats affiliés, comme le Syndicat des marins, ont été formés dans les années 1920. Ces anciens syndicats ont subi les répressions de la part des Britanniques et aussi pendant l'occupation japonaise. »

Après la création du FTU, Mak explique : «Notre plus grand défi était d'aider les plus démunis. De nombreuses personnes ont vécu une vie très pauvre. L’objectif du FTU était d’améliorer leur niveau de vie. Les travailleurs-travailleuses de base n'avaient pas la possibilité de recevoir une éducation dans les écoles normales. Beaucoup étaient analphabètes et incapables même d'écrire leurs propres noms. Au fil des ans, le réseau éducatif du FTU est également devenu moins primitif. Nous avons finalement créé une école secondaire pour les enfants de nos membres à Mongkok [un district de Kowloon].

«En même temps, nous avons organisé des cliniques plutôt rudimentaires, mais aujourd'hui, nous fournissons des services de soins de santé de meilleure qualité par le biais de cliniques modernes.»

Le travail syndical, dans le sens où il aurait été compris en Grande-Bretagne à l'époque, était pratiquement impossible, et les affiliés du FTU à l'époque coloniale ont souvent utilisé la forme juridique de «sociétés amicales» pour organiser leurs membres tout au long des années 1950 et 1960.

Cependant, en 1967, une série de conflits ouvriers majeurs ont éclaté à Hong Kong. Une simple série de conflits sur les licenciements et les réductions de salaires, dans lesquels le FTU était fortement impliqué, a explosé en une montée populaire de ressentiment contre la domination coloniale britannique. Cela s’est déroulé dans le contexte de la révolution culturelle ultra-radicale de la Chine. Des dizaines de personnes ont été tuées des deux côtés.

L'un des résultats des affrontements a été que, pour la première fois, le gouvernement colonial britannique a concédé des réformes favorables au travail à la fin des années 60 et au début des années 70.

La relation intime de Hong Kong avec le continent était sur le point de changer à nouveau. Au cours des années 80, lorsque les réformes économiques de la Chine ont commencé à prendre racine, de nombreux fabricants de Hong Kong ont déplacé leurs usines vers le continent.

Mak explique : «Nous avons vécu une transformation économique à cette époque. Auparavant, bon nombre de nos syndicats travaillaient dans le secteur industriel. Le secteur manufacturier a vu les travailleurs de la base perdre leur emploi. Nous avons dû faire face à de nombreux nouveaux défis.

Alice Mak
Alice Mak
Malgré cela, le FTU a salué le retour de Hong Kong à la souveraineté chinoise et la fin du régime colonial. Le FTU a considéré que son rôle était de jouer un rôle positif dans la réunification, tout en promouvant les intérêts des travailleurs-travailleuses dans la région administrative spéciale de Hong Kong. Il a reconnu la majorité pro-capitaliste de Hong Kong comme une réalité et s'est donc concentré sur une stratégie à long terme.

Cette position a fait des membres, des bureaux et des centres du FTU une cible particulière des émeutiers anticommunistes de l’année dernière.

Mak, qui était également conseillère de district jusqu'aux élections de 2019, a vu son bureau du conseil de district vandalisé à trois reprises, dont une attaque au cours de laquelle des émeutiers ont pris d'assaut son bureau et détruit des ordinateur. Cela comprenait la destruction des formulaires de demande de ses électeurs pour le programme Caring and Sharing du gouvernement de Hong Kong, qui fournit aux ménages les plus pauvres un revenu supplémentaire.

En revanche, le HKCTU, qui a été fondé au début des années 90 par une coalition de groupes de travailleurs-travailleuses liés aux églises protestantes locales, a bénéficié d’une généreuse subvention du National Endowment for Democracy (NED) des États-Unis. En 2014, des documents divulgués aux médias de Hong Kong ont forcé le HKCTU à admettre qu'il avait reçu plus de 600.000 dollars américains de l'American Center for International Labour Solidarity au cours des sept années précédentes. Le Centre de solidarité est un élément central du NED.

D'autres fichiers divulgués ont montré que le front politique du leader du HKCTU Lee Cheuk-ya, le Parti travailliste de Hong Kong, a également reçu un financement de Rupert Murdoch, le magnat des médias Jimmy Lai. Le multimillionnaire des médias avait caché de l’argent directement sur le compte bancaire personnel de Lee. Lorsque l’histoire a éclaté, Lee a rapidement transféré ces fonds sur le compte du HKLP.

Au début de l’année dernière, Lee de la confédération a rejoint une délégation à Washington pour soutenir la législation américaine contre la Chine et Hong Kong rédigée par le sénateur républicain de droite Marco Rubio. Cela a récemment été reconditionné, avec le soutien bipartisan, sous le nom de loi sur l'autonomie de Hong Kong.

Mak rejette la possibilité de trouver un terrain d'entente avec le HKCTU. Elle dit sans équivoque que la confédération travaille contre les intérêts de Hong Kong et de son peuple.

The Morning Star

Perspective communiste
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile