Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Actualités et informations

Le rapport annuel de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) ressemble à un inventaire à la Prévert. Dans cet épais document, publié au Journal officiel du 27 décembre, qui fournit l'état des finances de l'ensemble des partis au titre de l'année 2006


Les principaux partis politiques dans le rouge
"Est considéré comme parti politique toute personne morale de droit privé qui s'est assignée un but politique et a bénéficié de l'aide publique, a régulièrement désigné un mandataire financier et déposé des comptes certifiés", rappelle la commission. En fonction de cette définition plutôt large, la CNCCFP a donc passé au crible les comptes de 216 formations politiques. Les sept plus importantes concentrent à elles seules 90 % de l'ensemble des dépenses.

Les cinq partis dont les dépenses ont été les plus élevées en 2006, sont, dans l'ordre décroissant, l'UMP, le PS, le PCF, le FN, l'UDF, les Verts, Lutte Ouvrière, le Mouvement pour la France, la LCR, et enfin le PRG.

En tête, on trouve l'UMP dont les recettes atteignent 53 millions d'euros : 60 % proviennent du financement public, 15,7 % de dons de personnes physiques et 14 % des cotisations versées par ses membres. L'UMP a bouclé son compte de résultat 2006 avec une perte de 3,3 millions d'euros.

De son côté, le Parti socialiste dispose d'un budget de 48,5 millions d'euros dont 38 % proviennent du financement public, 22 % des cotisations de ses adhérents, 0,8 % des dons et 25 % des contributions des élus. Le PS a terminé l'année 2006 avec un déficit de 762 000 euros.

Le Parti communiste, qui fait lui aussi état de pertes (829 000 euros), arrive en troisième position avec un total de 32,2 millions de recettes. Plus de la moitié de ses ressources provient des contributions versées par les élus - ce qui donne une idée de l'enjeu que constituent pour le PCF les élections municipales, cantonales et régionales - alors que le financement public dépasse à peine 10 % de ses recettes, tout comme les cotisations.

Derrière, on trouve le Front national qui a obtenu en 2006 un résultat positif de 448 000 euros (pour près de 8 millions de budget), tirant près de 60 % de ses ressources du financement public (4,5 millions d'euros). Or avec sa défaite cuisante aux législatives de 2007 (4,29%) le FN se retrouve dans une situation critique.

L'UDF, qui n'avait pas encore donné naissance au MoDem, était fortement dépendante du financement public, avant sa scission entre partisans de François Bayrou (Modem) et les centristes (Nouveau centre) ralliés à Nicolas Sarkozy, affichait en 2006 1,6 million de pertes pour un budget de près de 8 millions

A l'extrême gauche, le budget de Lutte ouvrière était presque deux fois supérieur à celui de la Ligue communiste révolutionnaire (3,9 millions d'euros contre 2,1 millions). Ces deux formations sont les plus dépendantes des cotisations de leurs adhérents (34 % pour la LCR, 25 % pour LO). La LCR dégage un excèdent de 617.237 euros et LO de 1,7 million.

Selon la Commission, les comptes de l'exercice 2007 porteront la marque des élections législatives, la majeure partie des dépenses de campagne s'étant effectuée dans les premiers mois de l'année. Côté financements, l'UMP est la formation la plus dépendante des financements publics. Les formations de gauche comptent quant à elles davantage sur les cotisations des adhérents et élus.

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération des Bouches Rhône (13) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Boques del Roine (13) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile