Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Vie du PCF et du MJCF

Ouvrage signé Brigitte Croisier, publié chez Océan Editions. Ouvrage de réflexion que l’auteur et son «sujet» sont venus nous présenter mercredi. Livre qui regroupe une trentaine de discours que Paul Vergès a prononcés en sa capacité de président de Région, fauteuil qu’il occupe depuis 1998


Ouvrage sur Paul Vergès fondateur du PCR
GEographie d’une pensée. Au creux des vallées de l’histoire, des fourrés de la politique, des grands espaces de la culture, des plages du développement durable. Vastes plaines explorées par Paul Vergès, président du conseil régional de La Réunion. Un demi-siècle en politique. A se forger à la panoplie des fonctions publiques : maire, député, député européen, sénateur, président de région. Des épaules de fondateur du Parti communiste réunionnais. De quoi passer les étapes du dire à l’agir, en passant par la case réfléchir. Littéralement, Du rêve à l’action.

Des tournures de phrases pour restituer le sens dans lequel tourne le monde. Pour inciter les Réunionnais d’abord, nous ensuite, à sortir des seules dimensions du cliché habituel de «petite île perdue dans l’océan». Et dégager un «sentiment profond de l’unité du monde, car nous sommes arrivés à un moment où on ne peut décider de son avenir sans considérer les courants profonds».

Oeuvre-testament. C’est un peu le sentiment général que laissent ces passages à butiner, à analyser. Legs d’un homme après tout, âgé de 83 ans. Fait de beaucoup de prévisions. Quand ce n’est pas de la prévoyance. Il le dit lui-même. «Je parle beaucoup, j’écris peu». Et s’il donne parfois l’impression d’annoncer une apocalypse prochaine, Paul Vergès s’en défend dans l’entretien liminaire qu’il accorde à Brigitte Croisier. «On peut effectivement être tenté par le catastrophisme. La perspective de l’apocalypse a régulièrement hanté l’imaginaire humain, se nourrissant de la crainte du futur et du sentiment de culpabilité (…) Pour cela, il nous faut nous attacher à mieux appréhender la complexité de notre monde actuel. La lucidité éclaire la responsabilité».

Point de départ de ses réflexions : la «bombe démographique». Avec ses conséquences sur la sécurité alimentaire, la distribution des ressources en eau, en énergie entre autres.

N’attendons plus, agissons. C’est en substance ce que dit Paul Vergès. «au risque d’agacer des collègues en politique mais aussi des journalistes, Paul Vergès ne manque pas de dénoncer la soumission à l’immédiat, qu’il s’agisse des échéances électorales ou du rythme. Quant à lui, il préfère inscrire sa vision dans une longue durée : le passé éclaire le présent où s’esquisse déjà la figure de l’avenir (…) le politique se fait donc historien à sa façon», commente Brigitte Croisier en préambule de la partie de l’ouvrage regroupant les discours ayant trait à l’histoire et la politique.

Perle de cette section : le dialogue entre Aimé Césaire et Paul Vergès en 2006, à l’occasion du 60ème anniversaire de la loi de la départementalisation du 19 mars 1946. «dans les débats d’alors, à l’Assemblée, tu évoques «la misère la plus injustifiable dans les vielles colonies», rappelle Paul vergès à Aimé Césaire. «Penses-tu qu’après 60 ans, les gens ont encore le souvenir de cette misère ? Ou bien les gains sociaux dans les domaines des salaires, de l’enseignement, de la santé n’ont-ils pas fait oublier ce qui existait il y a 60 ans ?» Et le vénérable poète de Fort-de France de répondre : «la misère ne s’oublie jamais».

Biographie du fondateur du Parti Communiste Réunionais

Paul Vergès est un homme politique français né le 5 mars 1925 à Ubon Ratchathani, en Thaïlande. Paul Vergès est le fils d'une institutrice vietnamienne et du docteur Raymond Vergès, alors consul de France en Thaïlande. Il passe sa jeunesse à La Réunion à compter du retour de son père dans cette île en 1931. Il est le frère de l'avocat Jacques Vergès dont il serait le jumeau. Il étudie avec lui au lycée Leconte de Lisle de Saint-Denis, où sont également scolarisés Raymond Barre et Auguste Legros.

Résistant dès 1942, il devient militant communiste et anticolonialiste. Lorsqu'Alexis de Villeneuve, adversaire de son père aux élections législatives, est assassiné en plein milieu de la foule amassée pour l'entendre à proximité de la cathédrale de Saint-Denis le 25 mai 1946, il est jugé et condamné par les assises puis amnistié par le pouvoir politique.

En 1956, il est élu à l'Assemblée nationale de la IVe République. Il fonde le Parti communiste réunionnais en 1959 et reprend le journal Témoignages fondé par son père. Il devient maire du Port en 1971 et député européen en 1979. Il réussit tout ceci en étant interdit de radio et de télévision, comme son parti, jusqu'en 1981.

En 1983, il est élu au conseil régional de La Réunion avec son fils Laurent[1]. Il démissionne de son mandat de député en 1987 pour manifester son désaccord sur la loi de parité sociale du 31 décembre 1986, laquelle priverait les Réunionnais de leur droit à l'égalité sociale. Réélu député en mars 1993, il laisse la direction du PCR à Élie Hoarau en 1993. Ce passage de relais ne marque pas la fin de sa carrière politique.

Paul Vergès est élu sénateur de l'île le 15 avril 1996. En septembre de la même année, il alerte l'opinion sur la nécessité de faire de l'étude des conséquences du réchauffement climatique, une priorité nationale. Le 19 septembre 2001, il fait voter, à l'unanimité des deux assemblées parlementaires, une loi reconnaissant cette priorité. Il est réélu sénateur le 23 septembre 2001. Il est par ailleurs élu président du conseil régional de La Réunion en 1998 et réélu en avril 2004.

En 2000, il fonde l'Agence régionale de l'énergie de La Réunion (ARER), et lui assigne les missions d'accompagnement et de développement du concept d'autonomie énergétique à 100 % d'énergies renouvelables à l'horizon 2025 de l'île de La Réunion, comme réponse au changement climatique, et de diffuser cette démarche aux autres îles de la planète.

En 2002, il est nommé président de l'Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique en France métropolitaine et dans les départements et territoires d'outre-mer, l'ONERC. D'une façon générale, l'environnement devient une source de préoccupation importante de son action politique. Il soutient activement le développement des énergies renouvelables.

En juin 2004, il est finalement élu au Parlement européen pour la circonscription Outre-mer qui comprend Saint-Pierre-et-Miquelon, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, La Réunion, Mayotte, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis-et-Futuna et qui comporte 3 sièges sur 732 au total. En 2005, il est remplacé par Gélita Hoarau au Sénat français pour ne pas demeurer en situation de cumul de mandats.

Père de Pierre Vergès, il a été très marqué par la mort accidentelle en octobre 1988 de son autre fils Laurent, député et conseiller général. Lors de la dernière élection présidentielle, il apporte son soutien à Marie-Georges Buffet. Candidat à la députation dans la troisième circonscription de La Réunion, il est largement battu au second tour par l'UMP Didier Robert, ne recueillant que 37 % des votes. Il est le président actuel du conseil régional de La Réunion, de l'Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique, (ONERC) et de l'ARER.

EXTRAITS: «Du rêve à l’action»

«Une observation : ceux à qui nous avons rendu hommage comme Granmoun Baba, Granmoun Lélé, le Rwa Kaf, sont des granmoun qui nous ont quittés. C’est donc à la fin de leur vie que leur mérite a été enfin reconnu. Mais à partir du moment où nous avons réussi à faire sortir le maloya du «fénoir», à le mettre au devant de la scène, il exprime tellement l’âme des réunionnais qu’aujourd’hui il anime toute La Réunion (…)

Tous ceux que nous avons évoqués étaient analphabètes, illetrés, mais c’étaient des créateurs, des intellectuels, même analphabètes. A l’école, on cite les grottes de Lascaux comme exemple d’un art préhistorique inégalé, or c’est l’œuvre d’illettrés, d’analphabètes.

Il ne faut pas faire du code de l’écriture le passage obligé pour être reconnu comme un intellectuel. On peut être à la fois analphabète et intellectuel, illetré et créatif. Grâce à des Granmoun Lélé, des Granmoun Baba, grâce à Firmin Viry, les créateurs de maloya sont maintenant de plus en plus jeunes, le flambeau a été passé à temps. Sans ceux que nous honorons aujourd’hui, cette créativité aurait été perdue. Ils ont été des passeurs de culture, ils ont fait passer ce dont ils avaient hérité pour que cela ne disparaisse pas. Grand est leur mérite.

Dans les discours rapportés par la presse, on voit que tel ou tel est décoré, au milieu d’une foule bien habillée. Ce que nous faisons aujourd’hui est plus qu’une décoration. Ces passeurs de culture ont sauvé la flamme à travers les humiliations, la pluie et le vent des cyclones, ils l’ont sauvée et passée à la génération suivante. Tout le peuple de La Réunion est concerné. C’est pourquoi nous ne serons jamais assez reconnaissants à tous ces passeurs, à tous ces «zarboutan nout kiltir».

Nous rendons hommage à ces hommes aujourd’hui, mais il y a trente ans, il fallait se cacher pour jouer du maloya, considéré comme quelque chose d’arriéré. Cependant, même dans la honte, le désir était trop fort, les musiciens ne pouvaient pas ne pas réunir. J’ai senti cette force-là. » Discours prononcé dans le cadre des actions de préfiguration de la Maison des civilisations et de l’Unité Réunionnaise. Le 22 octobre 2005, le titre de «Zarboutan nout kiltir» au maloyèr Firmin Viry. Avec lui et à titre posthume, ont été également distingués Granmoun Lélé, Granmoun Baba et Granmoun Bébé. Ce titre honorifique est décerné chaque année à des Réunionnais qui ont œuvré pour la préservation, la transmission et la création dans le domaine du patrimoine culturel immatériel réunionnais.»

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile