Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Révolution bolivarienne et socialisme en Amérique Latine

Le 10 novembre, la Bolivie a connu l'un des moments les plus critiques de son histoire. Après 13 années de gouvernement, une tentative de coup d'Etat qui se préparait depuis les élections du 20 octobre dernier a éclaté et le président de la Bolivie légitimement élu, Evo Morales Ayma, a été contraint de démissionner de son poste pour maintenir la paix du peuple - traduction Nico Maury


Pourquoi le coup d'État en Bolivie a-t-il un caractère raciste?
Après la démission, des principaux responsables gouvernementaux ont suivit. Une nouvelle personnalité apparaît à l'horizon politique bolivien et reproduit la tactique de Juan Guaidó, elle se fait appeler présidente de la Bolivie, c'est la sénatrice Jeanine Áñez.

Quelques heures avant sa démission, l'Organisation des États américains (OEA) avait publié un rapport préliminaire dans lequel elle mettait en lumière certaines irrégularités lors des élections du 20 octobre, sans apporter la preuve de la fraude présumée. Mais ce n’était qu’un élément de plus pour compléter le coup d’état, qui était déjà configuré sur tous les fronts, y compris dans l’armée.


Or, est-ce un hasard si un coup d’Etat est donné au seul président autochtone de la Bolivie? Qui ont été les principaux touchés par la violence antigouvernementale dans ce pays d'Amérique latine?

Bien sûr que non. Les responsables et les militant.e.s du Mouvement pour le socialisme (MAS), une force politique dotée d'une grande représentation des secteurs autochtones, ont dénoncé les persécutions et les atteintes à leurs biens et à leur intégrité physique.

Dans le quartier d'El Alto, il était même nécessaire de mettre en place une milice de protection par les habitant.e.s eux-mêmes, craignant la violence des secteurs radicaux.

Selon l'anthropologue Francisca Fernández, chercheuse à l'Universidad Academia de Humanismo Cristiano, il s'agit d'un coup porté par l'extrême droite, "qui a réactivé le vieux conflit entre les hauts plateaux autochtones, contre la zone inférieure de la partie orientale du pays, caractérisée par un certain fanatisme chrétien et un racisme marqué à l’égard des secteurs indigènes".


L'anthropologue affirme que ce racisme, avec à sa tête le leader bolivien, Luis Fernando Camacho, s'exprime principalement par l'incendie du drapeau indien, le wiphala, adopté en Bolivie comme symbole de la plurinationalité. De même, on a vu des images de la police en train de gratter les insignes autochtones de leurs uniformes.

Camacho souligne par ailleurs que le soutien de l'extérieur est sans aucun doute l'un des facteurs déterminants pour Camacho et son groupe. Il est donc nécessaire d'enquêter plus en profondeur et de rassembler des éléments de preuve sur lesquels des acteurs internationaux ont collaboré avec leur stratégie, "non seulement les acteurs politiques, mais aussi les secteurs chrétiens fondamentalistes", explique le chercheur.

Le geste de violence contre le drapeau des peuples autochtones a rendu cette population très réticente au coup d'État, en particulier lorsque ceux qui sont forcés de quitter le pouvoir comptent parmi les leurs, un dirigeant autochtone qui a réussi à relever la Bolivie et des indices économiques encore impensables il y a un peu plus de dix ans.


De son côté, Adriana Guzmán, membre du Feminism of Antipatriarchal Community de Bolivia, et féministes d’Abya Yala, également liée à la guerre du gaz en 2003, affirme que c’est l’opposition économique qui a conduit ce coup d’État.

"Le Comité civique représente les hommes d'affaires, les oligarques, les propriétaires terriens, les partenaires des multinationales de l'Est bolivien, ceux qui ont obtenu leurs terres de la dictature et qui ont perdu leurs prérogatives au profit des autochtones, des migrants de La Paz, d’autres départements, des migrants Aymara et Quechua, et des ouvriers."

En outre, Luis Fernando Camacho était lié aux cartels de la drogue. "Il est le fils d'un paramilitaire qui a été au service de la dictature. C'est ce que ceux qui dirigent ce coup d'Etat représentent."

En fait, après la démission forcée de Morales, l'entrée dans le palais du gouvernement, se trouvait Fernando Camacho, qui n’était pas candidat à la présidence aux dernières élections. Là, il a imposé un drapeau unique et la bible.

Guzmán est frappé par le fait que cette action a eu une caractéristique particulière, qui favorise "la confrontation entre voisins, ce qui a été obtenu grâce à l'intensification du racisme".

"Tous ceux d'entre nous qui ont le visage d'Indiens sont désignés comme faisant partie du MAS (Mouvement vers le socialisme), en particulier ceux d'entre nous qui sont des femmes autochtones", a-t-elle soulignée.

Parallèlement, la communicatrice autochtone Sandra Coscío a déclaré à Radio Tortuga, qu'avant la démission du président Evo Morales, des familles ont été kidnappées, leurs maisons incendiées afin de les forcer à démissionner.

"Notre président a décidé de démissionner pour s'occuper du peuple bolivien et a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il cessait de faire du mal aux peuples autochtones et à tous les peuples appartenant au mouvement socialiste afin que nous puissions continuer, mais ils ne l'ont pas encore fait", a déclaré Coscío.

L'OEA et les autres gouvernements de droite du monde ne reconnaissent pas cette "transition" comme un coup d'État, mais les faits montrent le contraire. Que veut dire vouloir faire disparaître toutes les institutions du pays et obliger ses élu.e.s à démissionner en menaçant et en agressant tous les dirigeants du MAS?

Telesur

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération des Bouches Rhône (13) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Boques del Roine (13) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile