Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Communisme en Inde - Népal - Sri Lanka

Le projet de résolution politique pour le 22ème Congrès du Parti Communiste d'Inde (Marxiste) a été adopté lors de la réunion du Comité central qui s'est tenue à Calcutta du 19 au 21 janvier. Ce projet est en cours de discussion au sein du Parti à tous les niveaux de l'organisation.

Le projet de résolution traite globalement de la situation internationale et nationale et définit la ligne politique, les tactiques et les tâches que le Parti doit discuter. Voici quelques-uns des points principaux du projet de résolution - traduction Nico Maury


Projet de résolution politique pour le 22ème congrès du Parti Communiste d'Inde (Marxiste)
Situation internationale

Les principales caractéristiques de la situation internationale depuis le 21ème Congrès sont les suivantes:

1) Bien que l'on prévoie une modeste reprise économique mondiale, la crise systémique du capitalisme mondialisé qui s'est manifestée par l'effondrement financier de 2008 se poursuit.

2) Cela conduit à une intensification accrue de l'exploitation économique de la grande majorité de la population et à des atteintes à ses droits démocratiques dans tous les pays capitalistes. Les actions de protestation et les luttes contre ces attaques continuent de croître dans divers pays du monde.

3) Cette crise économique persistante du capitalisme mondialisé s'est traduite par une aggravation des inégalités économiques, tant au niveau mondial que dans les pays.

4) Dans ses efforts visant à consolider son hégémonie mondiale et à surmonter les effets négatifs de la crise économique, l'impérialisme américain fait preuve d'une plus grande agressivité, en particulier par le biais d'interventions politiques et militaires.

5) En Amérique latine, une sérieuse confrontation avec les interventions politiques et militaires américaines a lieu dans divers pays. Les Etats-Unis utilisent tout leur arsenal pour déstabiliser les gouvernements de gauche sur le continent et pour renverser la vague anti-impérialiste parmi les peuples.

6) La période connait de nouveau changement politique à droite dans de nombreux pays du monde, avec la montée des forces d'extrême droite et néofascistes en Europe. L'ascension de Donald Trump en tant que Président des Etats-Unis, représentant les sections les plus réactionnaires de la classe dirigeante américaine, a encore renforcé cette tendance.

7) Au cours de cette période, la cohésion du camp impérialiste et l'inhibition des contradictions inter-impérialistes que nous avions relevées au 21ème Congrès, sous l'impact de cette crise prolongée du néolibéralisme, se dénoue, avec de nouveaux points de conflit et de nouvelles contradictions qui émergent entre les centres impérialistes.

8) Les efforts visant à instaurer la multipolarité dans l'ordre politico-économique international se heurtent à de nouveaux problèmes avec un changement pro-américain prononcé dans certains pays comme le nôtre.

9) L'avenir de traités internationaux tels que ceux sur le changement climatique et l'OMC est entré dans une phase d'incertitude, les États-Unis se retirant unilatéralement de certains d'entre eux et préférant rechercher des arrangements bilatéraux avec des pays indépendants plutôt que multilatéraux.

10) Dans tous les pays qui constituent notre voisinage, on assiste à des développements très importants qui influent directement sur notre stabilité et nos relations de bon voisinage.

11) Pays socialistes: Au cours de cette période, la force et l'influence mondiale de la Chine se sont accrues. Le Vietnam et Cuba ont atteint une croissance économique raisonnable et durable. La question principale concernant la RPDC qui est centrée sur son programme nucléaire et le déploiement de missiles.

12) Les observations du centenaire de la Révolution d'Octobre et les réunions internationales annuelles des partis communistes et ouvriers continuent d'exprimer la solidarité internationale communiste.

Renforcer la solidarité anti-impérialiste

Le CPI(M) mènera vigoureusement une campagne parmi le peuple indien contre la reddition abjecte du gouvernement du BJP à l'impérialisme américain qui réduira l'Inde au statut d'allié stratégique subordonné de l'impérialisme américain. Le CPI(M) s'opposera aux manifestations de ce statut subordonné dans tous les domaines - économique, stratégique et politique étrangère.

Le CPI(M) continue d'apporter son plein soutien à la lutte palestinienne contre l'occupation israélienne et souhaite au peuple palestinien de réaliser son droit longtemps refusé à avoir un Etat.

Le CPI(M) s'opposera avec véhémence au lien croissant entre les États-Unis, Israël et l'Inde qui est avancé par le gouvernement actuel du BJP.

Le CPI(M) continue de s'opposer fermement à toutes les formes de terrorisme, des groupes indépendants ou d'État.

Le CPI(M) exprime sa solidarité avec les pays socialistes de Chine, du Vietnam, de RPDC, de Cuba et du Laos et soutient pleinement les efforts visant à renforcer le socialisme dans leurs pays respectifs.

Le CPI(M) exprime sa solidarité avec toutes les forces luttant contre le fondamentalisme, le fanatisme religieux, l'obscurantisme et les forces réactionnaires.

Le CPI(M) renforcera encore ses liens avec les mouvements révolutionnaires de gauche dans le monde entier, en particulier en Asie du Sud et en Amérique latine.

Le CPI(M) entend de diverses manières renforcer sa solidarité avec les pays socialistes menacés par l'impérialisme.

Projet de résolution politique pour le 22ème congrès du Parti Communiste d'Inde (Marxiste)
Situation nationale

Les presque quatre années du gouvernement Modi ont conduit à l'avènement d'un régime autoritaire-communautaire de droite.

Ce régime se caractérise par une intensification de la poursuite des politiques néolibérales, qui se traduit par des attaques à tous les niveaux contre les travailleur.euse.s; par un effort concerté pour mettre en œuvre l'agenda Hindutva (programme nationaliste hindou) du RSS (Rashtriya Swayamsevak Sangh, groupe para-militaire d'extrême droite dont la branche politique est le BJP au pouvoir) qui menace le cadre démocratique séculier (laïcité qui place une égalité juridique entre toutes les religions) de l'État, accompagné d'attaques contre les minorités et les dalits (intouchables); renforcer l'alliance stratégique avec les États-Unis et jouer le rôle d'allié subordonné; et construire l'architecture de l'autoritarisme en freinant la démocratie parlementaire, en bouleversant les institutions constitutionnelles et les droits démocratiques.


Situation économique

Au cours des trois dernières années et des neuf derniers mois, le gouvernement Modi a conduit l'économie indienne au bord de la crise. Bien que le gouvernement ait fait de son mieux pour camoufler le ralentissement économique en brouillant les statistiques, la vérité est faite. Même si les séries du PIB ont été révisées pour les rendre plus attrayantes, même si l'on en tient compte dans les séries révisées, la croissance n' a cessé de diminuer, passant de 8 % en 2015-2016 à 6,5 % en 2017-2018, selon les estimations. Il s'agit du taux de croissance le plus faible en quatre ans. Les statistiques du Bureau du travail montrent que, pour la première fois en Inde, le niveau absolu de l'emploi a diminué entre 2013-2014 et 2016-2017.

Bien que plusieurs facteurs propres à certains secteurs aient contribué au ralentissement économique, la démonétisation et la mise en œuvre du régime de la TPS sont des initiatives stratégiques qui ont eu des répercussions désastreuses sur tous les grands secteurs.

La démonétisation a eu des effets négatifs sur les petits commerçants au détail et a également entraîné la fermeture de nombreuses petites et moyennes entreprises (PME), ce qui a entraîné des pertes massives d'emplois. Les moyens d'existence des travailleurs non syndiqués ont été gravement affectés. Les paysans n'étaient pas en mesure de commercialiser leurs produits, ni d'acheter des semences et des engrais pour la prochaine saison de semis.

L'introduction de la TPS est une mesure pro-entreprise qui a alourdi le fardeau des citoyens et fait partie de l'offensive néolibérale du gouvernement. Le régime de la TPS a miné la structure fédérale qui porte atteinte aux droits des États et a accru l'ampleur de la fiscalité indirecte. La TPS a imposé un nouveau fardeau aux gens ordinaires, aux petites et petites entreprises, aux commerçants et aux professions du secteur non organisé. Divers secteurs de l'industrie et des services ont été durement touchés.

Dans le cadre de la poursuite agressive des politiques néolibérales, le gouvernement Modi a lancé une vaste campagne de privatisation. Cela comporte trois aspects:

a) la privatisation des secteurs appartenant à l'État comme la production de défense, les chemins de fer, les banques, etc.;
b) l'ouverture du secteur public au capitaux privés;
c) la privatisation des services de base comme la distribution d'électricité, l'approvisionnement en eau et les transports.

Ainsi, le gouvernement de Modi fournit un bonanza pour le grand capital, indien et étranger.

Toutes les sphères de la vie et de l'activité économique des travailleurs dans les zones rurales de l'Inde - en ce qui concerne, par exemple, l'acquisition de terres et la politique de réforme agraire, les coûts de la culture et les prix de la production, le crédit et la couverture d'assurance accessibles aux pauvres, la sécurité alimentaire, les ressources animales (en particulier les ressources animales) et le commerce international - ont été sérieusement entravées par les politiques du gouvernement Modi. La démonétisation a eu un impact profondément destructeur et contractionnaire sur la vie économique rurale quotidienne, car les transactions en espèces prédominent dans l'économie agricole. L'interdiction de toutes les formes d'abattage des bovins dans les États régis par la BJP et les restrictions au commerce des bovins ont nui aux agriculteurs.

Le plus grand échec du gouvernement Modi a été l'emploi. Selon les données du Centre for Monitoring Indian Economy (CMIE), environ 1,5 million d'emplois (15 lakh) ont été perdus entre janvier et avril 2017 par rapport aux quatre mois précédents, de septembre à décembre 2016. Chaque mois, une dizaine de personnes entrent sur le marché du travail, dont beaucoup sont incapables de trouver un emploi et restent sans emploi.

L'offensive de l'hindutva

Au cours des quatre dernières années, on a assisté au développement des actions du RSS, qui utilise le pouvoir de l'État pour infiltrer tous les postes clés dans diverses institutions de l'État. La plupart des gouverneurs d'États nommés sont des hommes du BJP-RSS, certains utilisent leurs positions pour défendre l'agenda communal (communal = application du nationalisme religieux). Les organes constitutionnels sont subvertis de l'intérieur. Les leaders du BJP et du RSS expriment ouvertement leur désir de changer la Constitution.

Alors que l'ordre du jour del' Hindutva est imposé par le gouvernement central, sur le terrain, les formations de Hindutva dirigées par la RSS sont libre d'agir. Ils ciblent les musulmans, les commerçants de bétail, des fermiers et se livrent à des ratonnades. Au cours des trois dernières années, il y a eu plus d'une trentaine de meurtres liés au commerce des vaches ou du bœuf. Ce sont des attaques de type fasciste.

Les gouvernements des États membres du BJP-RSS soutiennent ouvertement ces groupes. La brigade Hindutva utilise d'autres instruments pour créer une polarisation communautaire, notamment le "djihad de l'amour" ciblant les musulmans et les qualifiant d'"anti-nationaux".

Renforcement des résistances et élargissement des luttes

La période a été marquée par la résistance croissante contre les politiques économiques du gouvernement Modi, l'agenda communal et les attaques autoritaires.

1) Il y a eu des luttes unies de la paysannerie, la plus importante d'entre elles étant la grève de onze jours des agriculteurs au Maharashtra et les manifestations qui ont suivi; les luttes spontanées des agriculteurs à Mandsaur (Madhya Pradesh) et dans les districts voisins; la lutte contre les amendements aux lois de Santhal Pargannas et Chhotanagpur sur la location à Jharkhand et le mouvement soutenu et généralisé des agriculteurs avec l'appui de toutes les sections de la population rurale du Sikar et de cinq autres districts du Rajasthan. Ces luttes ont réussi à arracher certaines des revendications des gouvernements des états. Le parlement de Kisan, les 20 et 21 novembre, organisé par une plateforme unifiée de 187 organisations, a vu une grande mobilisation des kisans de tout le pays. Ce fut l'action kisan la plus importante de ces derniers temps. Dans toutes ces luttes, la All India Kisan Sabha a joué un rôle vital.

(ii) La plate-forme syndicale unifiée a mené une grève générale le 2 septembre 2016 qui a élargi la participation des travailleurs et des employés. Il y a eu d'importantes luttes de grève au niveau sectoriel contre la privatisation par les employés des banques, les sidérurgistes et les employés de BSNL. Parmi eux, les travailleurs de l'anganwadi se sont distingués par leur combat d'internement au Bengaluru. Du 9 au 11 novembre 2017, à l'extérieur du Parlement à Delhi, le mahapadav commun de trois jours des travailleurs a vu plus d'un travailleur lakh participer à une action de protestation unique. Dans toutes ces luttes, le Centre des syndicats indiens a joué un rôle vital.

(iii) Contre les assauts communaux autoritaires, il y a eu des luttes des étudiants dans les universités centrales comme JNU, HCU, FTII, etc. Il y a eu des manifestations et des rassemblements de masse contre le type fasciste d'attaques contre les minorités par des veuves de vaches et l'assassinat d'écrivains et de journalistes. Un grand nombre d'éminents écrivains et artistes ont rendu leurs prix après le meurtre de Kalburgi. Il y a eu des manifestations dans tout le pays après l'assassinat de Gauri Lankesh.

(iv) Il y a eu des actions de protestation à l'échelle du pays contre la mort de Rohit Vemula et les atrocités commises par l'Una sur les Dalits et des campagnes unifiées menées par des organisations de la gauche et des Dalits. Le Dalit Swabhiman Sangharsh Manch est apparu comme une plateforme de partis de gauche et d'organisations dalits qui ont organisé des rassemblements dans différents centres.

(v) Une plate-forme de masses, d'organisations de classes et de mouvements sociaux a été créée, le Jan Ekta, le Jan Adhikar Aandolan, en septembre 2017. Il a défini une charte de revendications autour de laquelle seront lancées des campagnes et des luttes unies.

Pour résumer la situation:

Le BJP a consolidé sa position politique.

Sous le gouvernement Modi, il y a eu une intensification de l'exploitation capitaliste néolibérale du peuple; le cadre laïc-démocratique de la Constitution est en train de s'éroder avec la poursuite du programme de l'Hindutva; et le gouvernement dirigé par le BJP a rapproché l'Inde de la stratégie impérialiste des États-Unis. Tout cela marque le début d'un régime autoritaire-communautaire.

Dans le même temps, il y a des signes de mécontentement populaire croissant contre les politiques du gouvernement Modi, qui se manifestent également par la résistance et les luttes croissantes des différentes parties du peuple. Les contradictions entre les classes dirigeantes d'une part, et la classe ouvrière et la paysannerie d'autre part, se sont multipliées. Nous devons intervenir dans la situation pour faire avancer les différentes luttes des travailleurs.

Le Parti devrait intensifier sa propagande pour faire avancer les luttes de la population active contre les charges qui leur sont imposées. Combiner ces luttes contre l'impact des politiques néolibérales avec les luttes contre l'agenda communal est le moyen de faire avancer la lutte contre le BJP-RSS. Les luttes contre les politiques néolibérales, le communautarisme hindutva et l'autoritarisme sont inextricablement liés.

Position des partis politiques


Le BJP, comme le souligne le programme du Parti, est "un parti réactionnaire doté d'une plate-forme de division communautariste, dont le contenu réactionnaire est fondé sur la haine contre les autres religions, l'intolérance et le chauvinisme ultranationaliste". Le BJP n'est pas un parti bourgeois ordinaire, c'est le parti fasciste Rashtriya Swayamsevak Sangh qui guide et domine ce dernier. Quand le BJP est au pouvoir, le RSS a accès aux instruments de l'Etat et à la machine étatique. Le BJP est géré et contrôlé par le RSS fasciste.

Actuellement, le BJP est au gouvernement seul ou en coalition dans 19 des 29 États. Il a une majorité au sein du Lok Sabha et est devenu le plus grand parti du Rajya Sabha. Pour la première fois, le président et le vice-président appartiennent tousau BJP-RSS.

Le parti du Congrès a le même caractère de classe que celui du BJP. Il représente les intérêts de la grande bourgeoise. Son influence politique et son organisation déclinent et il a cédé la place au BJP en tant que premier parti de la classe dirigeante. Le Congrès se prétend être laïc, mais il s'est avéré incapable de lutter sans relâche contre les forces communales. Le Congrès avait été le pionnier de l'agenda néolibéral et avait forgé l'alliance stratégique avec les États-Unis lorsqu'ils étaient au pouvoir. En tant que principal parti d'opposition, il continue de préconiser ces politiques.

Les représentants politiques de la grande bourgeoisie dans notre pays sont le BJP et le Congrès. Basé sur notre compréhension programmatique, le Congrès représente les intérêts de la grande bourgeoisie et des grands propriétaires terriens. Il adopte des politiques pro-impérialistes. Par conséquent, nous ne pouvons pas avoir une ligne tactique comme des alliés ou des partenaires dans un front uni.

Mais c'est le BJP qui est au pouvoir aujourd'hui et compte tenu de son lien fondamental avec le RSS, c'est la principale menace. Il ne peut donc pas y avoir une ligne de traitement égalitaire entre le BJP et le Congrès.

Notre approche devrait être de coopérer avec le Congrès et les autres partis d'opposition laïques au Parlement sur des questions convenues. En dehors du parlement, nous devons coopérer avec toutes les forces d'opposition laïques pour mobiliser largement la population contre la menace communale. Nous devrions encourager les actions conjointes des organisations de classe et de masse, d'une manière qui puisse attirer les masses après le Congrès et d'autres partis bourgeois.

Il y a des partis régionaux qui ne se sont pas joints au BJP. Nous devrions essayer de développer des actions unies sur certaines questions, comme contre le communalisme et les attaques autoritaires avec ces partis partout où c'est possible.

Le rôle et la politique de certains partis régionaux dans un État doivent être pris en compte lors de l'élaboration de notre approche tactique. Une telle approche doit garder à l'esprit la promotion de l'intérêt du Parti et la mobilisation des forces de gauche et démocratiques. Cependant, il n' y a pas de place pour une alliance au niveau national avec les partis régionaux.

Renforcement du Parti, de la gauche et de l'alternative démocratique

La clé de l'avancement du Parti et de l'édification du Front démocratique de gauche est d'accroître la force du Parti.

Cela est devenu d'autant plus important que le Bengale occidental a connu des revers et que les progrès ont été insuffisants dans d'autres États en dehors du Kerala et Tripura. Ce n'est qu'en élargissant la base et l'influence du Parti que nous pourrons aller vers la gauche et l'alternative démocratique. Cela nécessite un effort concerté et multiforme pour tisser des liens vivants avec le peuple, développer les luttes de classe et de masse et les consolider en influence politique.

Les efforts pour rassembler les forces démocratiques de gauche, y compris les partis, les organisations de masse, les organisations démocratiques, les mouvements sociaux et les intellectuels autour d'un programme pertinent pour l'Etat doivent être faits dans tous les Etats. Dans le même temps, l'alternative de gauche et démocratique devrait être projetée au niveau national à travers des plates-formes de gauche unies.

Le projet expose les principaux points du programme de gauche et démocratique qui représente les politiques alternatives. Elles comprennent les revendications fondamentales de la classe ouvrière, de la paysannerie, de la main-d'œuvre rurale et d'autres catégories de travailleurs. C'est autour de ces questions que la gauche et les forces démocratiques peuvent être mobilisées pour construire des luttes de classe et des mouvements de masse.

Ligne politique

1) Compte tenu de l'expérience acquise par le gouvernement Modi depuis près de quatre ans, il est impératif de vaincre le gouvernement du BJP afin d'isoler les forces communales hindouistes et d'inverser les politiques économiques antipopulaires.

2) La tâche principale consiste donc à vaincre le BJP et ses alliés en ralliant toutes les forces laïques et démocratiques. Toutefois, cela doit se faire sans entente ou alliance électorale avec le parti du Congrès.

3) Le Parti luttera contre les politiques néolibérales menées par le gouvernement du BJP et des différents gouvernements des Etats, y compris ceux des partis régionaux. Le Parti s'efforcera de développer des actions unies sur les questions des moyens d'existence de la population et contre l'assaut des politiques économiques.

4) Des plates-formes communes pour les mouvements de masse et les luttes unies à tous les niveaux doivent être construites. La résistance aux politiques anti-populaires doit être intensifiée. Les actions unies de la classe et des organisations de masse doivent chercher à attirer les masses à la suite des partis bourgeois.

5) Compte tenu du sérieux défi que posent les forces hindouistes, tant à l'intérieur qu' à l'extérieur du gouvernement, il est essentiel de mettre en place des plates-formes pour mobiliser le plus largement possible toutes les forces laïques et démocratiques. L'accent devrait être mis sur la construction de l'unité des peuples pour combattre les forces communautaires à la base. Ces alliances ne doivent pas être considérées comme des alliances politiques ou électorales. De même, il convient de forger une large unité pour lutter contre les attaques autoritaires contre les droits démocratiques.

6) Le Parti donnera la priorité au développement et à l'édification de la force indépendante du Parti. Elle travaillera à élargir et renforcer l'unité de gauche.

7) Toutes les forces de la gauche et les forces démocratiques devraient être réunies dans un programme concret pour mener des luttes unies et des mouvements conjoints à travers lesquels la gauche et le front démocratique peuvent émerger. Dans les États, les différentes forces de gauche et les forces démocratiques devraient être mobilisées pour former une plate-forme autour d'un programme concret. Au niveau national, l'alternative de gauche et démocratique doit être projetée dans nos campagnes politiques et pour rallier toutes les forces qui peuvent trouver une place dans le front de gauche et démocratique.

8i) Des tactiques électorales appropriées pour maximiser la mise en commun des voix anti-BJP devraient être adoptées sur la base de la ligne politique ci-dessus du Parti.

Les tâches dans la situation actuelle

1) La lutte contre les politiques économiques du gouvernement Modi doit être intensifiée. Toutes les sections des travailleurs victimes de l'exploitation et des attaques des politiques néolibérales doivent être mobilisées et organisées pour lutter pour l'emploi, la terre, l'alimentation, les salaires et les moyens de subsistance. Le Parti doit intervenir dans toutes les luttes spontanées qui se développent et les font avancer.

2) Le Parti et les organisations de masse doivent être à l'avant-garde de la lutte contre le communalisme hindutva. Cette lutte doit être menée dans les sphères sociales, culturelles, politiques et idéologiques. Les forces démocratiques laïques devraient se doter d'une large plate-forme pour contrer les activités des forces communales.

(3) Le Parti devrait intensifier ses efforts pour promouvoir les intérêts des sections socialement opprimées. Le Parti doit constamment défendre les droits des femmes et lutter contre la violence croissante à l'égard des femmes. Les plates-formes unies de gauche et de dalit doivent être maintenues. Le Parti doit défendre les droits des adivasis dans tous les domaines. Une large unité pour protéger les droits des minorités doit être forgée.

4) Le Parti doit élargir ses campagnes pour mobiliser les populations en faveur de la défense de la souveraineté nationale et contre l'influence impérialiste croissante dans le pays facilitée par l'alliance stratégique avec les Etats-Unis. Elle devrait exposer la posture ultra-nationaliste du BJP qui est utilisé pour couvrir la soumission à l'impérialisme américain.

5) Le Parti doit mobiliser les forces les plus larges pour contrer l'autoritarisme croissant. Il devrait y avoir une large mobilisation contre les atteintes à la démocratie, à la liberté artistique et à l'autonomie académique.

6) Le Parti doit donner la priorité au renforcement de son rôle indépendant et à l'élargissement de son influence et de sa base de masse par le renforcement des luttes de classe et de masse. Le Parti doit accorder une attention particulière à la lutte contre les attaques contre la démocratie et la violence contre le Parti et le Front de gauche au Bengale occidental. La défense des gouvernements de gauche de Tripura et du Kerala est une tâche importante.

7) L'unité de gauche devrait être renforcée pour surmonter les lacunes existantes en se concentrant sur des actions et des campagnes conjointes basées sur une plate-forme de gauche. C'est sur cette base que d'autres organisations et forces démocratiques devraient être mobilisées autour d'un programme de gauche et de démocratie. C'est à travers les mouvements et les luttes autour d'un tel programme qu'une véritable alternative - l'alternative de gauche et démocratique - émergera.

Nicolas Maury
Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Les publications sur ce blog n'engagent pas la responsabilité de la section de Vaulx-en-Velin du PCF, mais uniquement de son auteur.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Les publicacions en aquest bloc no comprometen la responsabilitat de la secció de Vaulx-en-Velin, però només el seu autor.

Rubriques

Recherche