Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



L'ancienne députée anticapitaliste Mireia Boya (CUP) est convoquée à Madrid par le Tribunal suprême de justice et n'entend pas se plier aux injonctions de l'Inquisition espagnole, ni a renoncer à la République Catalane. Elle risque l'emprisonnement immédiat - article et traduction Nico Maury


Répression contre la Catalogne : "Si je suis emprisonnée, je serai libérée qu'avec la République"
L'ancienne députée de la CUP, Mireia Boya, est convoquée par le Tribunal suprême de justice et par le juge Pablo Llarena. Elle fait partie d'une liste de personnalités catalanes actuellement réprimées (rappelons que ce juge a fait enfermer sans procès les Jordis, oriol Junqueras et Joaquim Forn). Mireia Boya a assuré, lors d'une conférence de presse à Lleida, qu'elle ne respecterait pas la Constitution espagnole.

Elle défendra le programme électoral de la CUP et les résultats du référendum du 1er octobre 2017. Elle demande aux forces indépendantistes de maintenir la feuille de route républicaine au cas où elles entreraient "provisoirement" à la prison. "Si je suis emprisonnée, je serai libérée qu'avec la République" déclare t-elle.

Elle accuse l'Espagne de violer les règles élémentaires du droit et d'appliquer une politique de "violence" contre le processus catalan.

Décapiter le leadership de l'indépendance

Pour Madrid et sa justice il faut décapiter le mouvement indépendantiste et en finir. Le juge Pablo Llarena (TSJ) mène la répression contre le gouvernement catalan et les leaders non politiques (les Jordis) depuis décembre. C'est toute une génération politique qui se retrouve accusée, en exil, ou en prison.

La Guardi Civil a établie une liste le 15 décembre 2017 pour permettre à la "justice" espagnole de décapiter le pays. Ainsi sont convoquées dans le TSJ : Anna Gabiel Sabaté et Mireia Boya (CUP), l'ancien président Artur Mas, la Secrétaire général de l'ERC Marta Rovira, la coordinatrice du PDECat Marta Pascal, et le président de l'AMI Neus Lloveras.

Selon Llarena, ces dirigeant.e.s constituent la tête de l'indépendantisme catalan.

Nicolas Maury
Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Les publications sur ce blog n'engagent pas la responsabilité de la section de Vaulx-en-Velin du PCF, mais uniquement de son auteur.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Les publicacions en aquest bloc no comprometen la responsabilitat de la secció de Vaulx-en-Velin, però només el seu autor.

Rubriques

Recherche