Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Ils ont été placés, lundi, en garde à vue "pour tentative d'homicide, violences, vols, reconstitution de groupes de combat, incendies et infractions à la législation sur les stupéfiants"


Seize personnes en garde à vue après un coup de filet dans le milieu nationaliste
Seize hommes, dont un mineur, proches du mouvement dissous Troisième Voie, ont été interpellés, lundi 9 mars, dans le milieu de l'ultra droite en Picardie, a indiqué le parquet d'Amiens. Ils ont été placés en garde à vue "pour tentative d'homicide, violences, vols, reconstitution de groupes de combat, incendies et infractions à la législation sur les stupéfiants", a déclaré le procureur Bernard Farret, confirmant une information du Courrier Picard.

"La majeure partie des personnes placées en garde à vue sont proches de la mouvance ultra et de Troisième voie", a expliqué le procureur. Le coup de filet a eu lieu lundi matin, essentiellement dans la Somme, dans le cadre d'une information judiciaire qui avait été ouverte en mai 2014, selon le procureur. Etant donné la nature des faits, la garde à vue peut durer jusqu'à 96 heures.

Des jeunes entre 20 et 30 ans

D'après le Courrier Picard, les interpellations ont été réalisées à Ham, dans la Somme, mais aussi à Chauny (Aisne) et Compiègne (Oise). Les personnes placées en garde à vue sont âgées pour la majorité de 20 et 30 ans, tandis que deux ont plus de 40 ans et qu'une autre est mineur, a précisé le procureur.

En juillet 2014, le Conseil d'Etat avait confirmé la dissolution, décidée par le gouvernement en juillet 2013, de Troisième Voie, groupuscule fondé en 2010 par Serge Ayoub, alias Batskin, ancien chef des skinheads d'extrême droite parisiens, et des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR).

En septembre 2014, Esteban Morillo, sympathisant de Troisième Voie et principal suspect dans la mort de Clément Méric au cours d'une rixe, a été remis en liberté par la cour d'appel de Paris, soumis à un contrôle judiciaire strict dans l'attente d'un jugement.

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/justice-proces/seize-personnes-en-garde-a-vue-apres-un-coup-de-filet-dans-l-ultra-droite-en-picardie_845629.html#xtor=AL-79-%5Barticle%5D-%5Bconnexe%5D

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération des Bouches Rhône (13) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Boques del Roine (13) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile