Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Informations syndicales et luttes

Alors que beaucoup de médias et le gouvernement jouaient ces derniers jours sur la dramatisation, le mouvement touche de nouvelles universités. Une preuve que les arguments contre la loi font mouche. La ministre ayant de plus en plus de mal à y répondre


Université: La mobilisation contre la LRU s’amplifie
Il y a une nette massification du nombre d’étudiants en Assemblée générale : selon un dernier comptage, plus de 35 universités sont bloquées, fermées ou fortement perturbées. Une hausse continue qui montre que la dramatisation orchestrée par le gouvernement autour de certaines intervention policières violentes, ou parfois de débordements, ne marche pas. Des nouveaux barrages filtrants ont été installés à Chambéry, Orléans (sciences), Paris XII et Rennes I. Les administrations de cinq universités ont en outre décidé de la fermeture des sites bloqués : Aix-Marseille I, Grenoble III et Paris IV-Sorbonne, Lyon II et Brest (lettres).

La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pécresse, a reçu une série d’organisations étudiantes (excluant certaines pourtant au coeur du mouvement) ainsi que la Conférence des Présidents d’Université. Elle a bien évidemment refusé toute possibilité d’abrogation. Mais elle a aussi refusé de s’engager sur une programmation pluriannuelle détaillée des moyens pour les universités.

Pour l'Union des Etudiants Communistes (UEC) le gouvernement reste sourd aux revendications des étudiants. Le gouvernement s'enferme dans sa surdité face aux revendications des étudiants. Valérie Pécresse déclare : « Cette autonomie n'est pas un désinvestissement de l'État. Elle va s'accompagner d'un investissement jamais vu de l'État dans l'université. » François Fillon affirme pour sa part : « Quand j'entends des étudiants dire que la réforme sur l'autonomie des universités qui a été votée cet été (...) conduirait à la privatisation, à la sélection ou à l'augmentation des droits d'inscription, je dis c'est faux! ».

Pourtant, les faits sont là :

=>Le budget pour l'enseignement supérieur présenté par le gouvernement est le premier depuis 15 ans à ne pas prévoir de création de poste. Au contraire, la diminution des places aux concours de l'enseignement augure des suppressions futures. Sur les 1,8 milliards d'« augmentation » annoncés, pas un sou n'ira aux universités : 450 millionssont consacrés à l’augmentation des exonérations d’impôts, 470 financent les retraites des personnels, 329 sont attribués aux programmes de rénovation des bâtiments déjà prévus et 391 s’évaporent dans l’inflation. Comment alors nier le désengagement financier de l'État ?

=>La loi prévoit effectivement une augmentation de la part des « représentants des entreprises » aux conseils d'administration qui peut atteindre 10 points ; de plus, les universités ont la possibilité de faire appel à des fonds privés, par le biais de fondations, sans aucun contrôle : les entreprises auront ainsi un pouvoir de pression sur les politiques universitaires. Comment alors nier une dérive vers la privatisation ?

=>Dans les autres pays de l'Union européenne qui ont mis en œuvre des réformes similaires, à moyen terme, les frais d'inscription à l'université ont considérablement augmenté ; d'ailleurs, les rapports qui inspirent cette réforme (comme le « Pacte pour une nouvelle université ») prévoient un financement des universités provenant pour quart des étudiants. Comment alors nier une future augmentation des frais d'inscription ?

=>La loi stipule que l'accès à l'université est conditionné à une préinscription. Celle-ci est l'occasion pour les universités de faire pression sur les étudiants pour qu'ils ne s'inscrivent pas dans l'établissement ou dans la filière de leur choix. Comment alors nier un premier pas vers la sélection ?

Que le gouvernement ne partage pas cette analyse, on s'en doute. Le gouvernement doit abroger cette loi, votée contre l'avis de la communauté universitaire.

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile