Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



La victoire de Konovalov (KPRF) dans la République Khakassie et la probabilité qu'un autre candidat communiste, Andrey Ischenko, l'emporte dans la province du Primorsky krai en décembre, indiquent un mécontentement croissant contre le président Vladimir Poutine et de son parti, Russie unie - traduction Nico Maury


Valentin Konovalov (KPRF) devient le troisième candidat communiste à remporter des élections provinciales en 2018
Ce 11 novembre, Valentin Konovalov, candidat du Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF), a été élu à la tête de la République de Khakassie dans le district fédéral de Sibérie. Konovalov rejoint Sergeï Levchenko, gouverneur de la région d’Irkoutsk, et Andrey Klychkov, gouverneur de la région d’Orel, pour devenir le troisième gouverneur du Parti communiste dans le pays.

Konovalov, âgé de 30 ans, fait partie des trois candidats de l'opposition qui ont remporté des victoires cette année lors d'élections directes contre les candidats du parti au pouvoir, Russie unie, auquel appartient l'actuel président Vladimir Poutine. Ces victoires sont perçues comme un signe de mécontentement croissant contre l'hégémonie de Poutine et de son parti.

Une élection sans précédent

La victoire de Konovalov est intervenue à la suite d'un certain nombre de situations particulières. Le candidat du KPRF a recueilli le plus grand nombre de voix au premier tour des élections le 9 septembre, avec une avance de 12,4% sur le président sortant Viktor Zimin. Les deux candidats devaient s'affronter au deuxième tour. Cependant, le 21 septembre, Zimin a retiré sa candidature pour des raisons de santé.

Selon les lois électorales, le candidat ayant obtenu le plus grand nombre de voix est censé se présenter, qui était dans ce cas Andrey Filyagin de Russie Juste, un parti social-démocrate. Filyagin avait recueilli 11,2% des voix au premier tour, ce qui était inférieur à la marge entre les deux premiers candidats. Le 2 octobre, Filyagin a également retiré sa candidature. Quelques jours plus tard, le seul autre candidat, Alexander Myakhar, a également refusé de se présenter. C'est la première fois depuis la dissolution de l'Union soviétique qu'un candidat se présentait sans opposition. Les élections ont donc été reportées au 11 novembre, lorsque la Commission électorale centrale a autorisé l'organisation d'une élection sans aucune opposition.

Le 11 novembre, avec une participation électorale légèrement accrue au second tour (45,7%) par rapport au premier (41,8%), Konovalov a obtenu environ 57,6% des voix et remporté les élections. Il devient ainsi le quatrième Président de la République Khakassie.

Retombées de la réforme des retraites

Plus tôt cette année, les élections présidentielles ont vu Vladimir Poutine remporter le secrutin avec 76,7% des voix, soit une avance la plus élevée de la Russie post-soviétique. Mais avec les résultats des élections à Khakassie, trois États ont voté pour des candidats de partis d’opposition au pouvoir, défaisant les élus en place de Russie unie. Les deux autres sont Sergey Furgal, gouverneur de la région de Khabarovsk, et Vladimir Sipgay, gouverneur de la région de Vladimir (un oblast et un krai sont équivalents aux provinces). Les deux candidats appartiennent au parti d'extrême droite libéral démocrate (LPDR). Pendant plus d'une décennie, les gouverneurs ont généralement été remportés par les dirigeants de Russie unie ou par des candidats soutenus par le parti. Au mieux, un candidat de l'opposition obtenait une victoire surprise.

Une série récente de mobilisation contre la réforme des retraites explique certains de ces résultats. Entre juillet et septembre et du 5 au 7 novembre, la Russie a été balayée par des vagues de protestations contre la décision du gouvernement Poutine de relever l'âge de la retraite. La réforme a relevé l'âge de la retraite des hommes de 60 à 65 ans et de la femme de 55 à 63 ans. L'espérance de vie moyenne en Russie est d'environ 71 ans (66 ans pour les hommes et environ 77 ans pour les femmes). La réforme signifiait qu'un Russe moyen devait travailler presque toute sa vie adulte pour avoir droit à une pension.

Les manifestations ont été menées en grande partie par le KPRF, avec le soutien d'autres partis de gauche. C’était la plus longue et peut-être la plus grande agitation nationale depuis la dissolution de l’Union soviétique. Les communistes organisèrent de grandes manifestations et soutinrent le mouvement pendant plus de deux mois. En fin de compte, le gouvernement a dû se retirer, ramenant de 63 à 60 ans l'âge de la retraite des femmes. Alors que le mouvement n'a pas pu durer au-delà d'un point en raison de l'attitude implacable du gouvernement, la population a continué à le suivre.

Étant à la pointe du mouvement, le KPRF a été l’un des principaux bénéficiaires des élections locales qui ont suivi. Alors que le LPDR n'était pas activement impliquée dans les manifestations, sa plate-forme politique était celle du protectionnisme économique, la plaçant contre les réformes des retraites. Ainsi, une partie du vote anti-Russie unie semble leur être allée également.

Une autre victoire communiste est-elle imminente?

Dans le kraï de Primorski, le sujet fédéral le plus oriental de la Russie, là aussi il ya des retombées des manifestations. En septembre, les élections des gouverneurs dans ce sujet fédéral (équivalent d'un État ou d'une province en Russie) ont été âprement disputées et les résultats ont finalement été déclarés nuls.

Les élections ont eu lieu presque immédiatement après l'apogée des manifestations. Au premier tour, aucun candidat n'a obtenu le nombre de voix requis. Le gouverneur par intérim sortant, Andrey Tarasenko, de Russie unie, est arrivé en tête avec 46,6% des voix, suivi par Andrey Ischenko, du KPRF, avec 26,6% du total des voix.

Au deuxième tour, une partie considérable des votes de l'opposition a été remportée par le communiste Ischenko, qui faisait partie des leaders des manifestations dans la région. Cependant, les résultats finaux ont été profondément controversés. Ischenko avait une avance de 1-2% sur le candidat de Russie Unie Tarasenko jusqu'à 99% des voix. Cependant, lorsque le dernier 1% a été compté, Tarasenko est sorti vainqueur, ce qui impliquait qu'il avait remporté presque tous les votes comptés vers la fin. Le KPRF a contesté les résultats, alléguant des manipulations électorales. Après avoir examiné les plaintes, la Commission électorale centrale a invalidé les résultats et programmé de nouvelles élections le 16 décembre.

Le parti Russie unie a désormais remplacé Tarasenko par le candidat Oleg Kozhemyako. Kozhemyako a également succédé à Tarasenko en tant que gouverneur par intérim. Ischenko est le candidat du KPRF et les sondages d’opinion le place en tête.

Une victoire Ischenko enverra un message fort dans tout le pays, car Kozhemyako n’est pas un novice. Il a précédemment occupé les postes de gouverneur des oblasts de Sakhaline et d'Amour et celui de chef de l'ancien sujet fédéral de Koryak. Alors qu'il s'est toujours présenté comme un candidat indépendant, il a bénéficié du ferme soutien de Russie unie et de Vladimir Poutine. Il a souvent apporté son aide au parti en défaisant avec une grande facilité toute opposition naissante. Les prochaines élections dans le Primorsky krai auront donc d’énormes implications nationales et feront l’objet d’une surveillance étroite dans le monde entier.

News Click

News Click est un média indépendant et en ligne, plutôt à gauche qui cherche à donner la parole en priorité aux aux agriculteurs, à la classe ouvrière et à toutes celles et ceux qui ne sont pas entendus.

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile