Quantcast
Sommaire
Afrique et Moyen-Orient
07/04/2022 - 19:05

Affaire Thomas Sankara : Blaise Compaoré reconnu coupable

Enfin le Burkina rend justice à la famille du révolutionnaire Sankara. Le verdict est tombé ce mercredi 06 Avril 2022 à la suite d’un long procès rempli de suspenses. La qualité des mis en cause en vaut la peine. L’ancien président et ami de Sankara, Blaise Compaoré chassé du pouvoir et exilé en Côte-d’Ivoire depuis quelques années n’était pas au procès.



Blaise Compaoré, couple de l’assassinat de Thomas Sankara

C’est le verdict du tribunal militaire de Ouagadougou. Il y a de cela 6 mois, on ne pouvait pas imaginer une telle conclusion au bout du procès. C’est pourtant la fin malheureuse pour l’ancien président. Ils sont au total 14 personnes accusées dans cette affaire qui date de plusieurs décennies. L’instruction a pris plusieurs années contrairement à l’audience qui n’a pris que 6 mois.
Il faut rappeler que Sankara, alors président du Burkina-Faso, a trouvé la mort dans une confusion en 1987. Tué par balle, son camarade de lutte le plus proche est soupçonné depuis toujours même s’il clame son innocence.

 

La prison à vie pour Blaise Compaoré

Il n’y en a pas plus pour soulager le peuple Burkinabé qui a marqué sa présence permanente dans la salle d’audience depuis l’ouverture du procès. Blaise Compaoré est reconnu coupable d’attentat à la sureté de l’Etat et de complicité d’assassinat de Thomas Sankara, son prédécesseur.  
Hors du pays, il est condamné par contumace alors qu’il boucle déjà 70 années de vie sur terre. Hyacinthe Kafando, son ancien chef de sécurité écope également de la même peine. C’est pareil pour le général Gilbert Diendéré présent au procès.
Il y a seulement 03 personnes sur les 14 accusées qui ont été relaxées. Le reste a reçu des peines comprises entre 3 ans et 20 ans d’emprisonnement.

 

L’opinion publique burkinabè

On remarque une sorte de satisfaction sur les visages. On aurait dit qu’il fallait une peine aussi lourde contre les principaux accusés pour éviter des manifestations de mécontentement. Pour plusieurs citoyens questionnés, c’est une sanction juste pour honorer la mémoire de leur ancien leader qui n’a jamais quitté leur mémoire.

Les premiers mots de la veuve Sankara

« Notre but aussi était que ces violences politiques qui arrivent au Burkina finissent. Ce verdict, en tout cas, va donner à réfléchir à beaucoup de personnes » disait Mariam Sankara. Pour la veuve, le procès ne fait que confirmer les choses qu’on disait depuis toujours. Elle se réjouit de la suite et attend des autres dirigeants une prise de conscience.
Même si la probabilité de retrouver en prison le principal coupable Blaise Compaoré est faible, on est d’abord satisfait du verdict.

Frank Robin










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest