Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Afrique et Moyen-Orient
13/07/2021 - 18:17

Comment le coup d'État en Jordanie a révélé les limites du pouvoir saoudien

L'emprisonnement en Jordanie de l'ancien chef de la Cour royale et d'un cousin du roi Abdallah, condamnés chacun à 15 ans de prison pour sédition, est un événement marquant qui a eu un impact considérable dans le pays et à l'étranger.



Bassem Awadallah et Sharif Hassan bin Zaid ont été déclarés coupables à l'issue d'un procès secret au cours duquel ils ont été accusés d'avoir conspiré avec des puissances étrangères et des anciens des tribus jordaniennes pour perpétrer un coup d'État et placer le demi-frère du roi, le prince Hamzah bin Hassan, sur le trône.

Hamzah n'a pas été inculpé et les juges ont refusé les demandes répétées de la défense pour qu'il comparaisse devant le tribunal en tant que témoin. Le Palais a annoncé que le cas du prince était traité "dans le cadre de la famille hachémite". Le roi a ensuite déclaré que Hama était "avec sa famille dans son palais, sous ma responsabilité".

Les deux hommes avaient plaidé non coupable et le verdict a été rendu au milieu d'accusations d'erreur judiciaire. L'avocat de M. Awadallah, qui possède la double nationalité jordano-américaine et est basé aux États-Unis, a affirmé que les autorités avaient torturé son client, notamment à l'aide de décharges électriques, et qu'elles avaient expédié la procédure en six séances seulement pour parvenir au verdict de culpabilité.

Les responsables jordaniens ont démenti ces allégations et ont souligné qu'elles n'avaient été formulées que lorsque l'affaire touchait à sa fin.

Au départ, de nombreux diplomates et hommes politiques ont été surpris que M. Awadallah soit jugé. L'ancien ministre des finances possède également la double nationalité saoudienne et est conseiller économique du prince héritier Mohammed bin Salman (MBS). Son réseau de relations internationales influentes comprend également le prince héritier Mohammed bin Zayed, le dirigeant de facto des Émirats arabes unis (EAU).

La connexion saoudienne est un élément clé des allégations entourant le coup d'État. Le prince Hamzah, selon l'accusation, a demandé à M. Awadallah s'il obtiendrait le soutien de l'Arabie saoudite s'il poursuivait son projet. Le vice-premier ministre, Ayman Safadi, a soutenu que le prince a été en liaison avec certaines "entités étrangères". Le gouvernement saoudien nie avoir été impliqué dans la tentative de coup d'État.

Il a été allégué que Riyad souhaitait l'abandon des poursuites contre M. Awadallah et que des personnalités saoudiennes de haut rang, dont le ministre des affaires étrangères Faisal bin Farhan, le chef des services de renseignement du pays ainsi que des membres de l'entourage du prince héritier Mohammed bin Salman, se sont rendus à Amman pour persuader les Jordaniens de laisser M. Awadallah rentrer avec eux. À un moment donné, les Saoudiens auraient refusé de quitter Amman tant que M. Awadallah n'aurait pas pris l'avion avec eux.

Bien que les Jordaniens aient rabroué les Saoudiens au sujet du procès, un scénario présenté par certains en Jordanie est que M. Awadallah sera libéré après avoir purgé une partie de sa peine, puis exilé de Jordanie.

L'Arabie saoudite serait la destination évidente, mais la Grande-Bretagne est également considérée comme une possibilité. M. Awadallah, selon les registres de la Companies House à Londres, a des partenariats étendus avec des hommes d'affaires saoudiens dans la Banque nationale arabe, avec un poste de direction dans sa branche britannique.

La résistance jordanienne à l'extraction de M. Awadallah aurait été largement soutenue par le soutien américain. Nicholas Burns, le chef de la CIA, a demandé à la Maison Blanche d'intervenir, selon des sources diplomatiques et de sécurité. Le président Biden a appelé Abdullah pendant la visite du chef du renseignement de Riyad pour lui offrir son soutien. La CIA a refusé de commenter l'affirmation de son implication.

Le roi de Jordanie, premier dirigeant arabe à être accueilli par M. Biden, doit arriver à Washington à la fin de la semaine et rencontrer M. Biden lundi. La Maison Blanche a déclaré dans un communiqué que cette visite serait "l'occasion de discuter des nombreux défis auxquels est confronté le Moyen-Orient et de mettre en valeur le rôle de leader de la Jordanie dans la promotion de la paix et de la stabilité dans la région".

Le rôle de Washington dans ce qui s'est passé est considéré comme un exemple de la façon dont la realpolitik de la région a changé depuis l'élection américaine. Il est hautement improbable que les Jordaniens n'aient pas reçu un tel soutien de la part de l'administration Trump, avec son soutien massif aux Saoudiens.

Il y avait également de l'animosité envers le roi Abdallah au sein du camp Trump au sujet de la supposée "affaire du siècle" de Jared Kushner. Le gendre de Donald Trump avait cultivé une amitié avec MBS et s'attendait à un soutien saoudien pour son projet d'accord entre Israël et les Palestiniens. Il avait également obtenu le soutien des Émirats arabes unis.

Abdullah, dont la population palestinienne est importante en Jordanie, avait émis de sérieux doutes sur la viabilité du plan américain. Selon les Jordaniens, ce plan réduirait à néant toute chance de création d'un État palestinien indépendant, comme le prévoyait son propre accord de paix avec Israël en 1994.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest