Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Afrique et Moyen-Orient
29/07/2021 - 15:14

Le Ghana pourrait criminaliser les personnes LGBT+, leurs alliés et leurs défenseurs

Des politiciens ghanéens ont présenté un projet de loi qui érigerait en crime le fait d'être gay, bisexuel, transgenre, non binaire ou allié, et qui serait passible d'une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans d'emprisonnement, dans ce qui pourrait devenir l'un des textes de loi anti-LGBT+ les plus draconiens au monde.



Ce projet de loi ne se contente pas de criminaliser les personnes LGBT+, il prévoit également une peine de cinq à dix ans d'emprisonnement pour toute personne considérée comme défendant les minorités sexuelles ou encourageant la "sympathie".

Présenté au Parlement par huit hommes politiques le 29 juin, le projet de loi sur la promotion des droits sexuels humains et des valeurs familiales ghanéennes bénéficierait du soutien de tous les partis parmi les législateurs de ce pays chrétien largement conservateur. Les analystes politiques estiment qu'il pourrait obtenir un soutien suffisant pour devenir une loi, moyennant quelques amendements.

"Ce projet de loi est la loi rêvée d'un homophobe", a déclaré Danny Bediako, du groupe local LGBT+ Rightify Ghana, à la Fondation Thomson Reuters.

"La communauté est choquée par l'étendue de son champ d'application. Les gens ont même peur de sortir maintenant et certains membres disent qu'ils quitteront le pays si le projet de loi est adopté. Même ceux qui veulent nous aider auront peur."

Alors que les relations sexuelles entre homosexuels sont déjà passibles d'une peine de trois ans de prison au Ghana, le projet de loi entraînerait une répression radicale de l'existence même des minorités sexuelles.

Il a été décrit par Rightify Ghana comme "le document le plus homophobe que le monde ait jamais vu".

Alors que les militants avertissent déjà que l'homophobie est en hausse au Ghana, le projet de loi - qui a fait l'objet d'une fuite en ligne et dont l'authenticité a été confirmée par des politiciens et des diplomates - érigerait en crime le fait pour les citoyens de ne pas signaler les personnes LGBT+ à la police ou à d'autres figures d'autorité.

Les lois proposées pourraient même obliger les personnes LGBT+ à payer une "compensation" à une personne avec laquelle elles ont une activité sexuelle, ce qui, selon les militants, les exposerait au risque de chantage.

Elles encouragent également la thérapie dite de conversion en autorisant des peines flexibles pour une personne LGBT+ si elle demande un "traitement", et pourraient permettre au gouvernement de forcer les enfants intersexués à subir une chirurgie de "réalignement de genre".

Dans la lignée des récentes tentatives des politiciens, des chefs religieux et de certains médias du pays de sévir contre les personnes qui soutiennent les personnes LGBT+ et promeuvent leurs droits, le projet de loi prévoit une peine de cinq à dix ans pour toute personne qui participe à des groupes LGBT+, les accueille ou les finance, ou qui promeut les droits LGBT+ dans la presse ou sur les médias sociaux.

Toute personne considérée comme un allié - défini dans le projet de loi comme "une personne non gay qui soutient ou défend la communauté gay, ou qui est un individu de la communauté LGBTTQIAAP+ et s'identifie à un autre membre de la communauté" - pourrait également être condamnée à trois à cinq ans de prison.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest