Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Consultez nos voyants, marabouts, mediums
soyez-y!
Asie & Extrême Orient
13/07/2021 - 18:21

Le patron des Jeux olympiques qualifie les Japonais de "Chinois"

Le président du Comité international olympique (CIO) a commis hier une gaffe embarrassante en qualifiant le peuple japonais de "chinois".



Thomas Bach a commis cette erreur lors de ses premiers commentaires publics depuis son arrivée à Tokyo, ville hôte des Jeux olympiques. Les Jeux olympiques, que beaucoup de Japonais ne veulent pas voir se dérouler en raison de la pandémie de coronavirus, débutent le 23 juillet.

L'avocat allemand et ancien escrimeur olympique était au Japon pour tenter de rassurer le public sur le fait que l'événement, qui durera 17 jours, ne deviendra pas une super-pandémie de coronavirus, alors que Tokyo est entré lundi dans son quatrième état d'urgence lié à la Covid.

Les nouvelles règles d'urgence - qui comprennent une interdiction impopulaire de servir de l'alcool dans les bars et les restaurants - resteront en place jusqu'au 22 août, soit quinze jours après la fin prévue des jeux.

Les autorités demandent maintenant aux gens de regarder les jeux à la télévision afin de limiter la propagation du virus. Samedi, Tokyo a signalé un pic de 950 nouveaux cas sur deux mois. Bien que le déploiement des vaccins au Japon se soit accéléré ces dernières semaines, seuls 17 % environ de la population ont été entièrement vaccinés.

Au début de la réunion avec les responsables de Tokyo 2020, M. Bach a déclaré : "Notre objectif commun est des jeux sûrs et sécurisés pour tout le monde, pour les athlètes, pour toutes les délégations, et surtout aussi pour le peuple chinois.... le peuple japonais".

Son lapsus n'a pas été répété par les interprètes anglais-japonais pendant la réunion, mais les médias japonais l'ont repris et il y a eu quelques réactions sur les médias sociaux, selon les rapports.

Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, de sérieux doutes ont été émis quant à la tenue des jeux en 2021, qui avaient déjà été reportés d'un an.

M. Bach, qui était jusqu'à récemment en quarantaine à son hôtel, devrait rencontrer le Premier ministre japonais Yoshihide Suga mercredi et se rendre à Hiroshima à la fin de la semaine.

M. Bach et d'autres hauts responsables du CIO ont été critiqués pour avoir insisté sur l'ouverture des jeux malgré l'augmentation des infections et les avertissements des experts médicaux selon lesquels l'arrivée de dizaines de milliers d'athlètes, de sponsors, de journalistes et d'officiels pourrait déclencher une nouvelle vague d'infections.

M. Bach n'est pas le seul officiel impliqué dans les jeux à avoir été critiqué pour avoir dit ou fait les mauvaises choses.

En mai, Yoichi Takahashi, conseiller principal du gouvernement japonais, a démissionné à la suite d'une réaction négative à ses tweets qui minimisaient la gravité de la pandémie au Japon.

Le professeur de l'université Kaetsu avait plaisanté en disant que l'épidémie au Japon n'était qu'une "vaguelette", ajoutant : "Vous êtes en train de me dire que les gens veulent annuler les Jeux olympiques à cause de ça ? lol lol".

Le Premier ministre M. Suga, qui a qualifié l'incident d'"extrêmement regrettable", a déclaré que le professeur Takahashi s'était excusé pour ses commentaires lorsqu'il a présenté sa démission.

Hiroshi Sasaki, le directeur créatif en chef des cérémonies d'ouverture et de clôture, a été contraint de démissionner en mars après avoir tenu des propos dégradants à l'égard d'une célébrité.

Un hebdomadaire a révélé qu'il avait proposé à son équipe de création de faire descendre Naomi Watanabe, comédienne et actrice, dans le stade olympique déguisée en cochon, lors d'un segment de la cérémonie d'ouverture qu'il avait appelé "Olympig".

Yoshiro Mori, le président du Comité olympique de Tokyo, a été critiqué pour ses remarques sexistes. Il avait déclaré que les femmes parlaient trop et que les réunions avec des femmes membres du conseil d'administration "prendraient beaucoup de temps".

Il a démissionné et s'est excusé pour sa "déclaration inappropriée" en février.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest