Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Afrique et Moyen-Orient
29/07/2021 - 14:45

Les milices soutenues par l'Iran en Irak sont divisées par la décision américaine

Les puissants dirigeants politiques et les milices chiites d'Irak sont divisés sur la promesse de Joe Biden de mettre fin à la mission de combat américaine en Irak, alors que l'on rapporte que le plus haut général iranien a effectué une visite secrète dans le pays pour discuter de ce plan.



Les milices soutenues par l'Iran en Irak ont intensifié leurs attaques contre les forces américaines dans le pays, faisant pression sur le premier ministre irakien Mustafa Kadhimi pour qu'il obtienne un accord de retrait lors de réunions à Washington cette semaine.

Lundi, le président Biden a promis de mettre fin à la "mission de combat" d'ici à la fin de l'année, mais n'a pas précisé explicitement s'il envisageait de réduire les quelque 2 500 soldats américains qui se trouveraient sur place.

Des responsables de l'administration ont déclaré aux médias américains qu'il s'agissait probablement d'un retrait sur le papier : la plupart des forces resteraient sur place mais seraient reclassées dans des rôles de formation.

Néanmoins, l'influent religieux chiite Moqtada al-Sadr, dont les appels à des manifestations contre la présence américaine ont vu par le passé des dizaines de milliers de personnes descendre dans la rue, a remercié le Premier ministre irakien pour les "efforts entrepris pour cristalliser cet accord".

Ce message a été suivi d'un message similaire de la part du leader politique et religieux Ammar al-Hakim, qui dirige le mouvement Hikma, connu pour être relativement proche des intérêts de l'Iran en Irak. Dans un tweet inhabituel en anglais, Hakim a déclaré que l'équipe de négociation à Washington était "couronnée de succès".

La coalition parlementaire du Fatah, dirigée par le milicien Hadi al-Ameri, a quant à elle décrit le retrait comme "une réalisation nationale et une étape positive".

Mais un porte-parole du Kataib Hezbollah a déclaré à The Independent qu'il ne croyait pas à un retrait complet, affirmant qu'il s'agissait plutôt d'une "déclaration trompeuse pour maintenir l'occupation". "Il n'y a pas eu d'annonce officielle de retrait du président, mais plutôt un changement de caractère des forces, de combatif à consultatif, et c'est une manipulation des mots et une tromperie claire", a déclaré le porte-parole.

"La résistance restera pleinement préparée jusqu'au retrait réel".

Cette déclaration intervient alors que le média kurde Shafaq News rapporte qu'Esmail Qaani, le nouveau commandant de la force iranienne Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), s'est rendu secrètement à Bagdad pour discuter du retrait avec des groupes politiques et armés.

Cette rencontre faisait suite à une autre réunion secrète qu'il avait tenue à Bagdad en juin.

Cette annonce fait suite à la décision de M. Biden de se retirer complètement d'Afghanistan, près de 20 ans après que les États-Unis ont lancé cette guerre en réponse aux attentats du 11 septembre 2001. Ensemble, les guerres en Afghanistan et en Irak ont lourdement taxé l'armée américaine.

Des tensions ont éclaté en Irak à propos de la présence continue des troupes américaines dans ce pays, bien que l'administration maintienne qu'elles ont surtout un rôle de conseil et de formation.

Cela a atteint un point d'ébullition en janvier dernier lorsque, sous les ordres de l'ancien président américain Donald Trump, les États-Unis ont assassiné le général en chef iranien Qassem Soleimani et le commandant de la milice irakienne Abu Mahdi al-Muhandis lors d'une frappe aérienne sur l'aéroport de Bagdad.

Depuis lors, des dizaines de tirs de roquettes ont visé la présence américaine dans le pays.

M. Qaani aurait discuté des détails du retrait alors que certains groupes alignés sur l'Iran en Irak ont exprimé des réserves sur l'accord.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest