Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Asie & Extrême Orient
10/02/2021 - 15:13

Myanmar: une manifestante tuées d'une balle dans la tête par la police

Les médecins disent que la victime, parmi les quatre blessés, est "certaine" de mourir après avoir été touchée par une balle réelle. La poolice et les manifestants se sont affrontés au Myanmar lors de la journée de manifestations la plus violente contre le coup d'État militaire qui a renversé Aung San Suu Kyi.



Un médecin a déclaré qu'une femme avait peu de chances de survivre à une blessure par balle à la tête, tandis que trois autres personnes étaient soignées pour des blessures dues à des balles en caoutchouc présumées, après que la police eut tiré des coups de feu, principalement en l'air, et utilisé des canons à eau pour tenter d'innocenter les manifestants dans la capitale Naypyitaw.

La télévision d'État a fait état de blessures infligées à la police lors de ses tentatives de dispersion des manifestants - sa première reconnaissance des manifestations qui se déroulent dans le pays.

Ces incidents ont marqué la première effusion de sang depuis que l'armée, dirigée par le général Min Aung Hlaing, a renversé le gouvernement nouvellement élu de Mme Suu Kyi le 1er février et l'a arrêtée, ainsi que d'autres hommes politiques de sa Ligue nationale pour la démocratie (LND). L'armée a allégué que la LND avait gagné par fraude, accusation rejetée par le comité électoral et les gouvernements occidentaux. Tard dans la journée de mardi, la police du Myanmar a effectué une descente au siège de la LND à Yangon, ont déclaré deux législateurs élus de la LND.

La descente a été effectuée par une douzaine de policiers qui ont pénétré de force dans le bâtiment de la capitale commerciale après la tombée de la nuit, ont-ils déclaré. Les manifestations sont les plus importantes au Myanmar depuis plus d'une décennie, ravivant le souvenir de près d'un demi-siècle de régime militaire direct et de spasmes de soulèvements sanglants jusqu'à ce que l'armée entame un processus de retrait de la politique civile en 2011.les Nations Unies ont appelé les forces de sécurité du Myanmar à respecter le droit de la population à protester pacifiquement.

"L'utilisation d'une force disproportionnée contre les manifestants est inacceptable", a déclaré Ola Almgren, le représentant des Nations unies au Myanmar. Le Département d'État américain a déclaré qu'il examinait l'aide au Myanmar pour s'assurer que les responsables du coup d'État fassent face à des "conséquences significatives".

Selon les rapports de Naypyitaw, Mandalay et d'autres villes, de nombreux manifestants ont été blessés, certains gravement, par les forces de sécurité.

Un médecin de l'hôpital de Naypyitaw a déclaré que la femme abattue avait subi ce qui était le plus susceptible d'être une blessure mortelle à la tête.

"Elle n'est pas encore décédée, elle est aux urgences, mais il est certain à 100 % que la blessure est mortelle", a déclaré le médecin, qui a refusé d'être identifié. "Selon les rayons X, il s'agit d'une balle vivante."

Ni la police ni l'hôpital n'ont répondu à une demande de commentaires.

Un homme avait une blessure à la poitrine mais n'était pas dans un état critique. Il n'était pas clair s'il avait été touché par une balle ou une balle en caoutchouc, a déclaré le médecin.

Selon les informations de MRTV, un camion de police a été détruit lors d'une manifestation à Mandalay, la deuxième plus grande ville du Myanmar. Il a montré des images des conséquences, y compris des policiers blessés.

MRTV a décrit les manifestations comme étant orchestrées par des personnes qui voulaient nuire à la stabilité de la nation et qui avaient agi de manière agressive. Elle n'a fait aucune mention du coup d'État ni des autres manifestations qui ont eu lieu dans tout le pays.

Plus tôt, des témoins ont déclaré que la police avait tiré en l'air à Naypyitaw, car la foule refusait de se disperser. Ils les ont ensuite bombardés avec des canons à eau tandis que les manifestants ont répondu avec des pierres, a déclaré un témoin.

Des images de la femme qui a été abattue, diffusées sur les médias sociaux et vérifiées par Reuters, la montrent avec d'autres manifestants dans ce qui semble être un abri d'arrêt de bus, à une certaine distance d'une rangée de policiers anti-émeutes, alors qu'un canon à eau est pulvérisé et que plusieurs coups de feu peuvent être entendus.

La femme, qui portait un casque de moto, s'est soudainement effondrée. Des photos de son casque montraient ce qui semblait être un trou de balle.

Une vidéo du centre ville de Bago montrait la police en train de faire face à une foule et de tirer au canon à eau. La police a arrêté au moins 27 manifestants à Mandalay, ont rapporté les médias nationaux.

La situation dans tout le pays était calme à la tombée de la nuit. Des ordres interdisant les rassemblements de plus de quatre personnes et un couvre-feu de 20h à 4h du matin ont été imposés à Yangon et à Mandalay.

Le parti de Mme Suu Kyi avait remporté les élections de 2015, mais la transition du Myanmar vers la démocratie a été interrompue par un coup d'État organisé alors que son gouvernement devait entamer un second mandat.

Lundi, les promesses du général Min Aung Hlaing d'organiser finalement de nouvelles élections ont suscité le mépris. Il a déclaré que la junte allait former une "démocratie véritable et disciplinée", différente des précédentes périodes de régime militaire, qui ont apporté des années d'isolement et de pauvreté.

Il n'a donné aucun délai, mais la junte a déclaré que l'état d'urgence durerait un an.

Un mouvement de désobéissance civile touchant les hôpitaux, les écoles et les bureaux gouvernementaux ne montre aucun signe de fin mais la foule à Yangon, l'ancienne capitale et centre commercial du Myanmar, est apparue plus petite mardi que la veille.

"Le principal, c'est que nous ne voulons pas de coup d'État", a déclaré une femme de 24 ans à Yangon. "Si nous, les jeunes, ne sortons pas, qui le fera ?"

Les militants demandent également l'abolition d'une constitution de 2008 élaborée sous supervision militaire qui donnait aux généraux un droit de veto au Parlement.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest