Sommaire
Amériques
16/03/2020 - 19:57

New York bannit les sacs en plastique


L'État de New York est sur le point d'interdire la distribution de sacs plastique, devenant après la Californie le deuxième État à bannir purement et simplement leur utilisation. Cette interdiction fait partie de la loi budgétaire adoptée le lundi 1er avril dernier. Elle interdit aux détaillants la distribution de sacs en plastique à usage unique et prendra effet en mars prochain.



New York bannit les sacs en plastique
L'État de New York est sur le point d'interdire la distribution de sacs plastique, devenant après la Californie le deuxième État à bannir purement et simplement leur utilisation. Cette interdiction fait partie de la loi budgétaire adoptée le lundi 1er avril dernier. Elle interdit aux détaillants la distribution de sacs en plastique à usage unique et prendra effet en mars prochain.

Les sacs à provisions sont l'un des articles les plus ciblés par les interdictions visant le plastique à usage unique. Les premières lois ont été promulguées en 2000 et la tendance s'est propagée dans le monde entier. Jusqu'à présent, 127 pays ont fait le choix d'interdire ou de taxer les sacs en plastique d'après le recensement effectué par les Nations unies en juillet 2018. L'Europe a commencé son élimination des sacs en plastique il y a 15 ans.
Le Parlement européen a pris des mesures pour interdire les 10 articles les plus fréquemment trouvés sur les plages européennes, dont les sacs.
Aux États-Unis, le rythme des actions entreprises par les États vis-à-vis des sacs plastique commence à s'accélérer. En dehors de la Californie, où l'interdiction des sacs en plastique remonte à 2016, on peut également considérer que ces derniers font l'objet d'une interdiction à Hawaï, étant donné que chaque comté de l'État a décidé de les proscrire. Les sacs en film plastique sont particulièrement visés car ils sont facilement emportés par le vent en raison de leur légèreté. On les trouve aujourd'hui pendus aux arbres ou agglomérés dans les égouts, où ils empêchent l'évacuation normale des eaux. Ils sont également consommés par la faune, dont le bétail ou d'autres grands animaux, parfois même par les oiseaux ou d'autres petites créatures lorsqu'ils sont déchiquetés.
Dans les milieux marins, les tortues de mer prennent souvent les sacs plastique pour des méduses, leur met préféré. Ces déchets entrent même au régime des poissons. Un nombre considérable de baleines meurent en raison de l'ingestion de sacs plastique, notamment aux Philippines le mois dernier où une baleine a été retrouvée avec plus de 40 kg de plastique dans l'estomac.
Les sacs en plastique légers sont également difficiles à recycler. De nombreuses usines municipales de recyclage les refusent car ils peuvent obstruer leurs équipements. Un grand nombre de magasins sont équipés de bacs de collecte des sacs de provisions usagés. Ces sacs rejoignent ensuite le cycle de revalorisation, ils sont renvoyés aux usines de fabrication des sacs en plastique et servent à en fabriquer de nouveaux. Cependant, le processus de collecte organisé par les commerçants varie d'une enseigne à l'autre et il reste un nombre incalculable de sacs non récupérés. Nombreux sont les détaillants qui n'ont toujours pas investi dans un système de collecte.
Selon les estimations de l'agence publique New York State Department of Environmental Conservation, les résidents de l'État de New York utilisent chaque année 23 milliards de sacs en plastique. La seule ville de New York utilise plus de 10 milliards de sacs en plastique à usage unique par an, soit 1 700 tonnes d'ordures ménagères chaque semaine. Les dépenses annuelles de la ville pour transporter par camion ces sacs plastique vers des décharges situées en dehors de l'État sont estimées à 12,5 millions de dollars.
L'interdiction planifiée par l'État de New York prévoit plusieurs exceptions, notamment pour la vente de nourriture à emporter, les emballages de viande ou de produits frais, les sacs de vêtements ou les sacs vendus en gros comme les sacs-poubelles. Le plan prévoit également de donner aux comtés de l'État de New York la possibilité d'instaurer d'une taxe de 5 centimes sur les sacs plastique.
Toute la nourriture à emporter, dont les New-Yorkais raffolent, pourra notamment continuer à être emballée dans du plastique.
Plastique toléré aussi pour emballer médicaments ou journaux livrés à domicile, souvent laissés sur les pas-de-porte, ou les produits frais non pré-emballés comme la viande et le poisson.
Bien que des amendes jusqu’à 500 dollars par sac en cas de récidive soient prévues pour les magasins qui continueraient à donner des sacs en plastique, l’État de New York entend d’abord privilégier la pédagogie et inciter les habitants à avoir toujours avec eux un sac réutilisable. Quant aux sacs en papier, leur coût pourrait varier selon le comté de l’État de New York dans lequel on se trouve.
Chaque comté doit en effet choisir de prélever ou non une taxe de 5 cents par sac en papier, qui alimentera un fonds pour l’environnement.
Trois comtés dont celui qui englobe la ville de New York, sur 62, ont déjà opté pour cette taxe. Même si la mesure ne doit être appliquée qu’en 2021, le Parlement de l’Union européenne a entériné en mars 2019 l’interdiction de nombreux produits en plastique de grande consommation, dont pailles, coton-tige, couverts en plastique, encore omniprésents aux États-Unis.


Henri Vario-Nouioua






Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK