Sommaire
Amériques
26/02/2020 - 17:35

Trump en Inde comme un éléphant dans la porcelaine


Heureusement que l’Inde n’est pas fragile comme de la porcelaine parce que Donald Trump y est allé comme un éléphant. La problématique de la politique extérieure américaine ne changera jamais: faut-il colporter les intérêts économiques américains à l’étranger dans un style typiquement chewing-gum américain ou est-il préférable d’adopter une attitude respectueuse des us et coutumes des pays visités? Votre réponse à cette question, lecteur, variera selon que vous êtes suprématiste ou pas. Hélas, le président américain n’avait guère le choix.



Trump en Inde comme un éléphant dans la porcelaine
En matière de diplomatie, nous devrions toujours garder à l’esprit la façon dont Mouammar Kadhafi a été accueilli en France fin 2007 (particulièrement par certains journalistes qui tentaient d’inciter leurs lecteurs à hurler aux loups avec eux) et ce qu’il est advenu de la Libye et de ses factions rivales exacerbées après les printemps arabes. En 2007, Nicolas Sarkozy, avec ses promesses de vente d’avions Rafale, d’hélicoptères Tigre, de bateaux et même de réacteurs nucléaires au Guide Suprême, avait joué à l’éléphant.

Visite d’état du Président Trump en Inde les lundi 24 et mardi 25 février 2020. Le président américain Donald Trump a annoncé la conclusion d'un accord pour que l'Inde achète 3 milliards de dollars d'hélicoptères et d'autres équipements militaires aux États-Unis. Avec le Premier ministre indien Narendra Modi, ils ont passé beaucoup de temps à discuter des questions commerciales à New Delhi, mais aucun accord commercial majeur n’a été conclu.

Lors de son premier séjour en Inde, Trump avait évité toute mention du Cachemire, une région à majorité musulmane sur laquelle l'Inde et le Pakistan se battent. L'année dernière, Trump a proposé de servir de médiateur sur le différend au Cachemire, qu'Islamabad a salué, mais New Delhi a rejeté.

Cette année, la visite de Trump intervient à la suite de protestations contre la nouvelle loi indienne sur la citoyenneté, qui marginaliserait plus de 200 millions de musulmans du pays. Au Congrès, certains expriment également leur inquiétude au sujet de la loi qui accélère la citoyenneté indienne aux immigrants de trois pays voisins - à moins qu'ils ne soient musulmans. S'adressant mardi aux journalistes, selon voanews.com (Voice of America), Trump a réitéré sa disponibilité: "Tout ce que je peux faire pour servir de médiateur, je le ferai."

En attendant cette médiation, selon Associated Press, «au moins 20 personnes ont été tuées en trois jours d'affrontements à New Delhi, coïncidant avec la visite d'État du président Donald Trump en Inde, et le nombre de morts devrait augmenter alors que les hôpitaux débordent de dizaines de blessés, ont annoncé mercredi les autorités.
Le haut responsable élu de New Delhi, le ministre en chef Arjind Kerjiwal, a appelé mercredi le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi à envoyer l'armée indienne dans les zones situées dans un coin nord-est de la capitale tentaculaire touchée par les émeutes. La police a qualifié la situation de tendue mais sous contrôle. Les écoles sont restées fermées et l'interdiction de se réunir s'est poursuivie.»

On ne peut pas affirmer que la visite du Président Trump a exacerbé les esprits bien que les faits montrent le contraire. Pour la suite, on note que le Premier ministre pakistanais Imran Khan, après une réunion avec Trump lors du Forum économique mondial en Suisse, avait déclaré que le président américain avait promis de se rendre bientôt au Pakistan.


Sylvie Delhaye S. D.






Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK