Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Crépuscule et survie du communisme en Italie

Enrico Berlinguer, le secrétaire national du PCI. Lors des élections de 1976, le parti avait obtenu 34,3% des suffrages. Des archives britanniques déclassifiées, présentées dans « La Repubblica », révèlent qu’en 1976 les puissances occidentales étaient prêtes à utiliser la force pour empêcher les communistes italiens d’accéder au gouvernement


En pleine Guerre froide, l’Occident avait envisagé un coup d’Etat en Italie
En 1967, il y a le putsch des colonels en Grèce. En septembre 1973, le président chilien Salvador Allende est renversé par les militaires. Aujourd’hui, on découvre, dans les archives britanniques récemment déclassifiées et présentées par La Repubblica dans son édition du 13 janvier, que l’Occident, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, avait envisagé un coup d’Etat en Italie en 1976. Rien de moins.

Motif ? Empêcher l’accès des communistes italiens au gouvernement. Tout se résume dans une formule : lutter contre le « facteur K », pour communisme. Les craintes résultent d’une montée en puissance du Parti communiste, qui, lors des élections du 20 juin 1976, obtient 34,3% des suffrages contre 38,7% pour la Démocratie chrétienne. Les inquiétudes reposent aussi sur le compromesso storico concocté à partir de 1972 par Enrico Berlinguer, le leader de ce que l’on appellera l’eurocommunisme. Le compromis historique consiste à ne pas profiter à des fins révolutionnaires du chaos social et économique de l’Italie plongée dans les années de plomb, mais à « s’associer à l’effort démocratique », voire au gouvernement.

Nous sommes alors en pleine Guerre froide. L’Italie constitue un enjeu géostratégique important et un champ de bataille majeur entre les deux superpuissances. En mai 1996, l’ex-directeur de la CIA William Cosby l’avouera : Washington a versé des sommes considérables en Italie pour prévenir le péril rouge et pour soutenir la Démocratie chrétienne. Selon Mauro Cerutti, professeur d’histoire à l’Université de Genève, des documents américains déclassifiés des années1950 révèlent d’ailleurs que même en cas de victoire communiste par les urnes en 1948, les Etats-Unis n’auraient jamais accepté un tel résultat.

Les archives britanniques récemment déclassifiées comprennent des centaines de documents relatant des réunions diplomatiques de haut niveau, de la correspondance entre les grands de ce monde, des analyses de risques. Dans l’un d’eux, intitulé Italy and the communists : options for the West, il est question d’une action en « soutien d’un coup d’Etat ou d’autres actions subversives ».

Cinq scénarios sont échafaudés pour barrer la route des communistes : des mesures d’ordre administratif, des pressions économiques par le biais de la Communauté européenne et du Fonds monétaire international. A cet égard, Mauro Cerutti souligne que pour bénéficier du plan Marshall, « l’Italie avait dû garantir qu’il n’y aurait pas de communistes dans son gouvernement ».

Parmi les options les plus dures figurent des opérations secrètes pour « soutenir les forces démocratiques » et encourager un « coup d’Etat ». Après évaluation, ce projet sera abandonné. Trop risqué. Un coup de force ferait fi de l’influence du Parti communiste dans les syndicats. Il pourrait même le renforcer dans sa volonté d’accéder au gouvernement. Il pourrait aussi provoquer une guerre civile en Italie ainsi que mettre à dos les opinions publiques occidentales et créer des tensions considérables entre les Etats-Unis et les alliés européens de l’OTAN.

Avec des communistes dans le gouvernement italien, les Occidentaux, en première ligne le secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger, craignent pour la sécurité de l’OTAN. Des documents sensibles, notamment dans le domaine nucléaire, pourraient « finir à Moscou ». A Bruxelles, on parle de « catastrophe » si Berlinguer accède au pouvoir. On redoute aussi que les bases de l’OTAN en Italie soient infiltrées par des « fonctionnaires communistes ». On envisage d’expulser l’Italie de l’Alliance atlantique. Mais cette hypothèse comportait elle aussi de sérieux risques : elle pouvait inciter la Grèce et la Turquie à quitter l’OTAN. En sapant la VIe Flotte en Méditerranée, elle pouvait compromettre la capacité d’action des Etats-Unis au Moyen-Orient. « Le retrait de l’Italie de l’OTAN se transformerait de fait en une défaite de l’Occident devant le monde entier. »

Professeur de la pensée politique à l’Université de Bologne, Carlo Galli a lu l’article de La Repubblica. « Le scoop ne m’a pas surpris. Je me souviens que dans les années 1970, on parlait beaucoup des risques de coups d’Etat. L’Italie représentait un intérêt géostratégique majeur pour l’Europe. » Finalement, il n’y aura pas de coup d’Etat et les communistes de Berlinguer n’accéderont jamais au pouvoir. Le 16 mars 1978, jour où Giulio Andreotti devait annoncer l’entrée des communistes au gouvernement, Aldo Moro, leader de la Démocratie chrétienne et chantre de l’ouverture vers le Parti communiste, est enlevé par les Brigades rouges. Il sera assassiné. « Ce qui a stoppé les communistes et fait échouer le compromis historique, ce n’est pas un coup d’Etat, mais une stratégie plus subtile pour mettre fin à la collaboration entre PC et DC. »

Pour Carlo Galli, aucune preuve ne permet d’identifier formellement les assassins d’Aldo Moro. Les Brigades rouges ont pu être téléguidées par Washington, mais aussi par Moscou. L’Occident avait un intérêt dans l’affaire. Mais l’Union soviétique aussi. Elle voyait d’un mauvais œil la participation d’un Parti communiste sans lien direct avec Moscou dans un gouvernement bourgeois. Et Carlo Galli de conclure avec une pointe d’ironie : « Que le temps passe ! Imaginez : il y a trente ans, des Etats européens avaient envisagé un coup d’Etat dans un autre Etat européen. Une chose impensable aujourd’hui. »

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération des Bouches Rhône (13) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Boques del Roine (13) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile