Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



L'ancien fief du Parti Communiste Italien, l'Émilie-Romagne, est restée entre les mains du Parti démocrate (ex-PCI) et a résisté à la poussée de la Lega de Matteo Salvini. Les résultats des élections régionales confirment la victoire du centre-gauche, l'effondrement du M5S et la poussée de l'extrême droite - article et traduction Nico Maury



Les Sardines, mouvement populaire qui apparaît spontané d'opposition à Matteo Salvini, peut être remercié dans la victoire du Parti démocrate et de la coalition de centre-gauche conduite par Stefano Bonaccini.

Le premier élément à noter c'est la très forte progression de la participation. En 2014, seulement 37,71% du corps électoral se rendait aux urnes contre 67,67% dimanche, un bon de plus de 30 points. Cette participation a bénéficié aux deux grandes coalitions opposées.

Le centre-gauche en tête

Stefano Bonaccini (Parti démocrate) remporte les élections régionales avec 51,4% des voix et 1.187.562 suffrages. Un score en très nette progression par rapport à 2014 : +2,35 points et +571.839 suffrages. Naturellement le Parti Démocrate remporte 34,7% des voix et arrive en tête du scrutin régional.

Le Parti démocrate est ainsi en tête dans les circonscriptions d'Emilia (55,1%), Modena (53,1%), Bologna (59,6%), Ravenna (52,8%) et Forli-Cesena (49,9%).

L'extrême droite en forte progression

La coalition de droite-extrême droite conduite par Lucia Borgonzoni (Lega) ne parvient pas à renverser le Parti démocrate, mais progresse fortement. Avec 43,7% des voix et 1.008.851 suffrages, la coalition progresse fortement passant de 29,85% à 43,7% (+13,85) et engrangeant 634.115 suffrages nouveaux. La lega devient le second parti d'Émilie-Romagne avec 32% des votes populaires (+12,58%).

La lega arrive en tête dans 4 des 9 circonscriptions de la région : Piacenza (59,7%), Parma (49,7%), Ferrara (54,9%) et Rimini (47,5%).

Effondrement du M5S

Le Mouvement 5 Etoiles disparaît des écrans radars d'Émilie-Romagne en réalisant 3,5% avec son candidat Simone Benini et 4,7% pour le M5S. On est loin des 13,30% réalisés en 2014. Le parti du premier ministre italien perd plus de la moitié de son électorat : -86.849 suffrages. Il est trop tôt pour dire si ce recul a profité au Parti Démocrate ou à la Lega.

0,4% pour le Parti Communiste

Le Parti Communiste de Marco Rizzo s’engageait pour la première fois dans la bataille électorale d'Émilie-Romagne et avec des moyens réduits. Dans un contexte très défavorable aux partis organisés hors de la coalition de centre-gauche, les résultats ont été faible.

Le Parti communiste réalise ainsi 0,4% des suffrages (10.225 voix).

Marco Rizzo : "Le vote en Émilie-Romagne a été polarisé entre Salvini et Bonaccini, il confirme la capacité du système à se reproduire, en organisant un consensus. Ce jeu ne pourra cependant pas durer éternellement, aussi parce que les contradictions sont toujours croissantes dans cette société en pleine crise et parce qu'ils ne pourront pas cacher la vérité sur les "deux faces de la même médaille" représentées par Salvini d'un côté et le PD de l'autre.

Le Parti communiste, après ces élections, et malgré le piège d'une loi électorale basée sur un numéro de collecte de signatures anormale, renforce sa présence sur le territoire. D'Imola à Cesena, de Modène à Rimini, de nouvelles sections et de nouveaux groupes de camarades se forment. Bien que la présence du parti soit réduite à seulement deux tiers du territoire, nous avons dépassé les 10.000 votant.e.s. Un vote militant qui a sciemment choisi la perspective de classe et a renoncé à la logique trompeuse du vote utile.

Cette campagne électorale a servi à la construction du parti avec le fort engagement de tous les militants et de notre candidate Laura Bergamini, que nous remercions toutes et tous".

Du côté des autres forces de gauche, les résultats sont aussi catastrophiques : Potere al popolo! réalise 7981 voix (0,4%) et la coalition L'Altra Emilia-Romagna (PRC, PCI-2016 ...) remporte 7772 voix (0,4%).

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF). Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin.

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF). Ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin.

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile