Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Révolution bolivarienne et socialisme en Amérique Latine

Le vice-président vénézuélien a annoncé mercredi la nationalisation de Sidor, le plus grand groupe sidérurgique du Venezuela, après l'échec de négociations entre la direction et les salariés


Le Vénézuéla nationalise la sidérurgie
Le 9 avril, le gouvernement vénézuélien a annoncé la nationalisation de l’immense aciérie SIDOR. Cette décision a été prise alors que le principal actionnaire, la multinationale refusait obstinément d’améliorer les conditions de travail des salariés. Les travailleurs de SIDOR ont lutté pendant 15 mois pour améliorer leurs salaires, leurs conditions sanitaires et le niveau des retraites, qui sont inférieures au salaire minimum. Ils demandaient aussi l’intégration dans les effectifs des 9000 salariés en « sous-traitance » – sur les 15 000 travailleurs de l’usine.

Sidor, privatisé en 1998, est détenu à 60% par le Luxembourgeois Ternium, 20% par le gouvernement vénézuélien et le reste par des salariés passés et actuels. Il emploie quelque 5.400 ouvriers et 9.000 sous-traitants. Ternium est contrôlé par le conglomérat argentino-italien Techint.

SIDOR a été privatisé en 1997, sous le gouvernement de Caldera, puis cédé à la multinationale Techint, qui a fait d’énormes profits sur la base d’une exploitation massive. Le nombre d’accidents du travail – souvent graves, parfois mortels – a augmenté. En 10 ans, il y a eu 19 morts. José Rodriguez, dirigeant du syndicat SUTISS, décrivait les dix années de privatisation comme des années d’« humiliation et de traitement indignes, qui ont choqué les travailleurs et le pays ».

L'an dernier déjà, Hugo Chavez avait menacé les propriétaires de Sidor de nationaliser l'entreprise pour l'empêcher d'exporter la plupart de son acier au lieu de donner la priorité à l'industrie vénézuélienne.

Hugo Chavez avait appelé à « nationaliser tout ce qui a été privatisé », en janvier 2007. La nationalisation des secteurs économiques stratégiques est l'un des pivots du programme socialiste du président vénézuélien depuis deux ans. Le gouvernement a ainsi pris le contrôle des télécommunications et de l'électricité l'an dernier, ainsi que de ce qu'il restait du secteur pétrolier privé.

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile