Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Actualités et informations

Comparé aux immenses bâtiments ostentatoires de certains partis de Bagdad, le siège du Parti communiste irakien (ICP) est relativement modeste. Le bâtiment comprend une boutique, des bureaux et une petite salle de réception décorée d'art moderne et de représentations de martyrs communistes, dont l'ancien chef exécuté Yusuf Salman Yusuf - traduction Nico Maury


Les communistes irakiens reboostés grâces aux manifestations
Le plus ancien parti politique existant en Irak n'est plus la force puissante qu'il était au milieu du 20e siècle, alors qu'elle était sans doute le plus grand parti de masse du pays - et le plus grand parti communiste du Moyen-Orient. Mais avec un pays qui connait de grands bouleversements sociaux qui réclame une analyse marxiste, le parti est dans son élément.

Jusqu'à présent, le PCI est le seul parti à s'être entièrement retiré du parlement irakien en réponse à la répression acharnée du gouvernement contre les manifestations qui ont commencé le mois dernier, qui a jusqu'à présent ont fait au moins 355 morts et des dizaines de milliers de blessé.e.s. La colère publique de masse s'est largement concentrée sur les partis politiques du pays, accusés de copinage, de corruption et de liens avec des groupes armés violents.

Selon Raid Fahmi, Secrétaire général du PCI, le parti est le seul à ne pas être traité avec le mépris total des manifestant.e.s.

"Les communistes sont là en tant qu'individus, ils font partie de différents groupes", a-t-il expliqué, s'adressant à Middle East Eye. "Nous respectons les règles générales du mouvement de protestation, mais ils savent qui sont les communistes, et qu'ils sont présents en leur sein, et ils acceptent les communistes. Les autres parties ne sont pas acceptées."

Perception athée

Il existe une perception répandue que les partis politiques irakiens sont en grande partie confessionnalistes et clientélistes - tous suivent un religieux ou un chef de tribu, ou représentent une minorité religieuse ou ethnique, et sont essentiellement considérés comme travaillant pour voir que leur groupe d'intérêt particulier ait accès aux services de l'État, emplois et fonds.

Le PCI se présente depuis longtemps comme le seul parti véritablement non sectaire du pays - même si à l'inverse cela coïncide également avec la perception que ses membres sont athées, un inconvénient dans un pays profondément religieux.

Visiblement enthousiasmé par les manifestations, Fahmi - l'un des députés du PCI qui a démissionné le 27 octobre - a déclaré que les autorités avaient "mal interprété" la situation en Irak et l'ampleur des manifestations. "Ils parient toujours sur sa fatigue ou qu'elle diminuera progressivement", a-t-il déclaré. "Ce qui est faux, car elles continuent de recevoir un nouvel élan, de nouvelles forces et de nouvelles formes et dans différentes provinces."

Fahmi a cité le recours aux grèves générales, qu'il a décrites comme "les plus efficaces depuis 1921, depuis la création de l'État irakien", et l'expansion des protestations dans la population étudiante, dans les classes moyennes, dans un large éventail d'Irakiens de la société civile, comme preuve de la force des manifestations.

Alliance controversée

Le PCI est, depuis 2018, en alliance politique avec le célèbre religieux chiite Muqtada al-Sadr avec une alliance électorale dans le "Saairun" (Forward), qui a remporté le plus grand nombre de sièges au Parlement, avec une campagne basé sur l'opposition à la corruption et à l'influence iranienne en Irak.

Bien qu'officialisée en 2018, il y a eu une coopération tacite entre les deux groupes depuis au moins 2015, qui a vu Bagdad et d'autres régions secouées par des protestations contre la corruption - mais pas à l'échelle observée en 2019.

L'alliance a été critiquée par certains des deux côtés, qui voient l'arrangement des communistes laïques avec les Sadristes religieusement conservateurs comme une vente à l'islamisme.

Le PCI a défendu cette décision en partant du principe que les deux groupes cherchent à représenter les groupes les plus pauvres et les plus marginalisés de la société.

En termes de programme économique, la plate-forme actuelle du PCI peut également surprendre ceux habitués à assimiler le communisme à la nationalisation de masse.

Faisant valoir que l'Irak est encore à un stade de "développement capitaliste", Fahmi a suggéré qu'un développement en économie mixte, opposée au marché libre, était la voie la plus raisonnable pour aller de l'avant, avec la construction d'institutions telles que les syndicats et la sécurité sociale.

"Les gens veulent la justice sociale, cela signifie qu'ils sont contre l'ultra-libéralisme - ceux qui appellent à une économie de marché libre veulent que la richesse reste aux mains des riches et veulent le maintient de la pauvreté", a-t-il expliqué.

De nombreuses demandes des manifestant.e.s correspondent à celles du PCI - la fin de la corruption, la fin de la répartition des positions gouvernementales sur une base sectaire et la mise en œuvre d'une gouvernance laïque. Le désir de justice sociale a également été au premier plan des revendications des manifestants, même s'il y a eu peu d'esquisse en termes de plan économique.

Mais Fahmi critique plusieurs autres positions - en particulier la demande répétée des militant.e.s pour la création d'un système présidentiel en Irak et la réduction du nombre de sièges au Parlement.

"Nous pensons qu'un système présidentiel en Irak n'est pas approprié", a-t-il dit. "Cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas examiner la façon dont vous redistribuez les pouvoirs entre la présidence et le Parlement, vous pouvez probablement apporter certaines sortes d'amendements, mais sans remettre en cause le système parlementaire."

Il a mis en garde contre la "voie vers plus de centralisation au détriment de la liberté", ajoutant qu'il était important de maintenir le système fédéral du pays afin de refléter la "diversité de la société irakienne".

«Symboles de la révolution»

De nombreux étals jonchent la place Tahrir de Bagdad, qui est devenu le point central du soulèvement irakien. Beaucoup répondent à la culture, à la médecine, à la communication et à une foule d'autres questions entourant les manifestations qui durent des mois. Au centre, un stand affiche fièrement des photos et des citations de Karl Marx, Vladimir Lénine, Rosa Luxemburg et Nawal el-Saadawi (figure majeure du féminisme égyptien et arabe - ndlr).

Cette exposition déconcertée de héros communistes - et d'une auteure féministe égyptienne - n'a pas été organisée par le PCI, mais par le plus petit Parti communiste ouvrier d'Irak (WCPI). Adepte de Mansoor Hekmat, feu marxiste iranien, le parti se distingue par son affirmation selon laquelle ni l'Union soviétique ni la République populaire de Chine n'ont jamais été socialistes, ainsi que par son ultra-laïcité.

"Ce sont des symboles de la révolution, ce sont des symboles de la protestation sociale", a déclaré Aamar Sharif, membre du WCPI, faisant référence aux banderoles. Il a dit qu'il devait y avoir plus que des changements cosmétiques dans la société irakienne, ce qui nécessiterait plus qu'une simple réforme des lois électorales ou l'arrestation de quelques individus corrompus. "Le gouvernement devrait être remplacé par un gouvernement populaire, et non par un autre parlement corrompu", a-t-il expliqué.

Sharif a déclaré que la démocratie ne consistait pas à "choisir une personne tous les quatre ans" puis à rester à la maison. "Les gens doivent pratiquer leur règle tous les jours", a-t-il dit. En outre, a-t-il fait valoir, le besoin de laïcité était devenu plus apparent que jamais.

"Il n'y a pas de liberté sans laïcité - le système sectaire en Irak a commis tant de crimes contre les gens", a-t-il dit. "Maintenant, les gens rejettent même les religieux, ils ne veulent pas d'un gouvernement religieux".

"C'est pourquoi nous soutenons le système laïc en Irak, afin que tout le monde, religieux ou non religieux, puisse vivre également dans le pays."

Nouvelle opportunité

Hekmat, l'un des fondateurs du WCPI, est maintenant enterré au cimetière de Highgate, au nord de Londres, à quelques mètres de l'énorme buste de la tombe de Karl Marx.

À ses côtés se trouvent de nombreux autres communistes irakiens, tels que Saad Saadi Adi et Jamil Munir Abdul-Hamid - victimes de décennies de répression par divers monarchistes, baasistes et islamistes.

Autrefois une force puissante en Irak, l'histoire de la gauche depuis les années 1970 a été en grande partie celle de l'exil, de l'arrestation, du meurtre et, pire encore, de la non-pertinence. Le renversement de leur ennemi de longue date Saddam Hussein en 2003 n'a que marginalement amélioré leur sort.

Pendant si longtemps, du fait de la guerre et du sectarisme, l'espace de discussion sur le changement social et les préoccupations matérielles du peuple irakien a été sévèrement limité. En ce sens, les dernières manifestations représentent une nouvelle opportunité et, selon Fahmi, rendent "certaines choses possibles qui n'étaient pas possibles auparavant".

"Nous pensons que le mouvement de contestation, qui est devenu une sorte de soulèvement, doit maintenir l'initiative et, pour maintenir l'initiative, il aura besoin progressivement d'une sorte de leadership - et ce leadership doit venir de l'intérieur."

Il a déclaré que, même s'il était peu probable que les protestations s'apaisent, la question du changement social et économique devra finalement être mise en avant et à côté de la question du changement politique.

"[Les manifestants] disent que nous avons besoin de justice sociale, nous avons besoin de services publics, nous voyons que l'éducation et la santé sont plus ou moins inaccessibles aux gens ordinaires", a-t-il expliqué.

"Ce sont donc des demandes - quel système fournira une réponse à ces demandes, quelle est la priorité, quel est le rôle de l'État? Ces questions doivent être débattues."

Alex MacDonald
Reporter à Middle East Eye

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération des Bouches Rhône (13) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Boques del Roine (13) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile