Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
20/03/2021 - 14:17

Ce village d'Espagne pourrait avoir été sauvé par la pandémie


Le château qui couronne la colline au-dessus du village de Gósol était autrefois l'un des plus imposants de la frontière entre l'Espagne et la France, avec des vues sur des fermes fertiles et des forêts riches en bois qui s'étendaient jusqu'aux sommets nuageux des montagnes.



Mais le château est aujourd'hui en ruines et, jusqu'à l'année dernière, Gósol avait connu des temps difficiles. Le recensement de la ville avait diminué dans presque tous les domaines depuis les années 1960. L'école était sur le point de fermer par manque d'élèves. Le maire s'est même rendu à la télévision pour lancer un appel à ses compatriotes : Venez à Gósol, a-t-il demandé, ou la ville disparaîtra.

Il a fallu une pandémie pour que les Espagnols entendent son appel.

Parmi ceux qui ont fait leurs valises, Gabriela Calvar, 37 ans, qui possédait un bar dans une ville balnéaire près de Barcelone, mais qui l'a vu sombrer pendant les fermetures de l'année dernière et qui a décampé vers la ville dans les montagnes pour prendre un nouveau départ. María Otero, une conceptrice de sites web qui a découvert qu'elle pouvait faire du télétravail, a amené son mari et ses trois enfants à Gósol, l'endroit où ses grands-parents étaient nés mais où elle n'avait passé que les étés à traire les vaches lors de visites.

C'était la rare lueur d'espoir d'une époque troublée : environ 20 ou 30 nouveaux arrivants dans une ville de 140 âmes en déclin, où même la minuscule école de la place de la ville a eu une seconde chance lorsque les parents ont commencé à y inscrire leurs enfants. Josep Puig, 67 ans, un facteur à la retraite qui a passé sa vie à regarder la jeune génération partir, déclare : "Sans Covid, l'école aurait fermé et si l'école avait fermé, la ville aurait peut-être aussi fermé." Gósol n'est guère le premier village du pays à être sur le point de disparaître. Depuis des décennies en Espagne, un paysage de villes fortifiées, de ponts de pierre et d'anciennes routes sinueuses est devenu pour l'essentiel abandonné, des générations de jeunes étant parties pour les villes. La España Vacía, ou "l'Espagne vide", est l'expression qui a été inventée pour décrire ce fléau.

Des retraités âgés errent dans des rues vides, avec peu de magasins et pas d'écoles. En 2005, un Britannique a acheté un village entier dans la région de Galice - l'un des quelque 3 000 villages abandonnés dans cette région - pour 45 000 € (39 000 £). Cette année, un parti politique local qui a fait de la défense de la province de Teruel, souvent oubliée, son seul objectif, a obtenu des sièges à l'assemblée législative nationale espagnole. Son nom : Teruel Exists.

Pourtant, le petit Gósol s'en est mieux sorti que beaucoup d'autres, selon les habitants. Elle se trouve dans la riche région autonome de Catalogne, dans une majestueuse vallée des Pyrénées qui attirait des touristes et des résidents à temps partiel pendant les mois d'été. Parmi les locataires notables figurait Pablo Picasso, qui est arrivé en 1906 alors que la population s'élevait à environ 745 personnes. L'artiste a peint une grande partie de sa célèbre "période rose" à Gósol, surfant sur la vague de ce qu'il a appelé une "épiphanie de l'inspiration". Mais cette révélation n'a pas suffi à le retenir. Il est parti avant la fin de l'année, comme beaucoup d'autres au cours des décennies suivantes.

En 2015, la situation était devenue critique. Le nombre de résidents permanents était de 120 et en baisse. Le maire est passé à la télévision pour avertir, entre autres, que l'école était sur le point de fermer parce qu'elle ne comptait plus que cinq élèves. Il a demandé que de jeunes familles venues d'ailleurs repeuplent la ville. Rafael López, un ancien entrepreneur dans le domaine des énergies renouvelables dont l'entreprise s'est effondrée lors de la crise financière espagnole de 2008, s'est montré intéressé après que sa mère ait vu le reportage télévisé.

Au fil des mois, des centaines de personnes sont venues à Gósol pour donner un coup de pied dans les pneus. Elles se sont dites impressionnées par les maisons pittoresques et le château en ruines. Il y avait la brise fraîche de la montagne et le tintement des cloches des vaches sur les flancs des collines.
Mais finalement, seuls López et deux autres familles ont emménagé.

López, qui dit avoir été attiré en partie parce qu'il "n'aime pas vraiment les gens", explique que cette nouvelle vie a aussi ses inconvénients. Les fiestas peuvent être bruyantes. L'année dernière, une tempête hivernale a coupé l'électricité et laissé de nombreuses personnes sans chauffage pendant deux jours. Les deux autres familles qui se sont portées volontaires pour déménager avec lui ont fini par partir.

Alors que le coronavirus commençait à se propager l'année dernière, l'Espagne est entrée dans une nouvelle crise économique plus importante que l'effondrement qui avait amené López.

Calvar est arrivé en septembre. Le lockdown avait décimé son bar de Castelldefels, une ville balnéaire au sud-ouest de Barcelone, et après l'annulation des vols, son autre emploi d'hôtesse de l'air pour une compagnie aérienne espagnole à bas prix ne lui a apporté aucun répit.

Elle raconte : "Je suis une mère célibataire avec deux enfants. J'ai dû me dire : "Nous allons nous poser la grande question de la vie maintenant : Qu'allons-nous faire ?"

La voie semblait claire lorsque, passant un jour par Gósol, Calvar a appris que le propriétaire de l'épicerie de la place cherchait à vendre son commerce.

Son arrivée était une grande nouvelle. Cela signifiait que l'épicier, âgé de 90 ans, pouvait enfin prendre sa retraite, que son commerce, l'un des deux seuls, restait ouvert et que Calvar inscrivait ses deux fils à l'école, qui compte désormais 16 élèves.





Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb