Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub       
Consultez nos voyants, marabouts, mediums
soyez-y!
Naturopathie et Medecine Naturelle
22/11/2021 - 16:54

Comment soutenir naturellement son système respiratoire avec la Naturopathie


Respirer. Le mécanisme le plus naturel du monde pour tous les êtres vivants. Et pourtant dans notre société moderne, il devient de plus en plus difficile de BIEN respirer.



La respiration, qu'est-ce que c'est ?
La respiration est un processus vital qui permet les échanges gazeux entre un organisme et son environnement. Chez l'Homme, comme chez tous les autres animaux, elle désigne l'absorption de dioxygène (O2) et le rejet de dioxyde de carbone (CO2). En effet, les différents organes de l'organisme ont besoin d'un réapprovisionnement en oxygène permanent pour leurs activités.
 
Afin de pouvoir respirer, l'organisme est doté de différents organes qui forment le système respiratoire, aussi nommé l'appareil respiratoire. Ce dernier se compose de nombreux organes.
 
Les voies respiratoires supérieures ou voies respiratoires hautes, correspondent aux organes extrathoraciques, c'est-à-dire le nez, les fosses nasales, la bouche et le pharynx.
 
Les voies respiratoires inférieures ou voies respiratoires basses, correspondent aux organes intrathoraciques, soit le larynx, la trachée, les bronches, les bronchioles et les alvéoles.
 
Comment fonctionne la respiration ?
Pour fonctionner, la respiration associe deux fonctions principales, la ventilation et l'échange des gaz entre l'air et le sang.
 
La ventilation correspond aux mouvements d'inspiration et d'expiration. Elle est assurée par la pompe respiratoire, qui se compose de la cage thoracique, de la colonne vertébrale et des muscles respiratoires. Le muscle respiratoire principal n'est autre que le diaphragme. Alors que l'expiration est passive, l'inspiration demande un effort musculaire. En effet, les poumons n'ont pas de mouvements propres et suivent simplement ceux de la cage thoracique, orchestrés par le gonflement et le relâchement du diaphragme, positionné juste en dessous les poumons.
 
L'inspiration fait donc pénétrer de l'air par le nez et la bouche, qui traverse alors la tranchée jusqu'aux poumons. Ce sont dans les poumons que se trouvent les alvéoles pulmonaires, de minuscules sacs entourés de petits vaisseaux sanguins où s'effectuent les échanges gazeux. La pression en O2, plus importante dans l'air inspiré qui se trouve dans les alvéoles, poussera l'oxygène à entrer dans le sang et à se lier à l'hémoglobine, prenant la place du CO2. La pression du dioxyde de carbone dans le sang veineux va alors à son tour augmenter, ce qui poussera ce dernier à quitter le sang pour entrer dans les alvéoles pulmonaires, afin d'être éliminé lors de l'expiration.
 
 
Le mucus, meilleur ami ou ennemi ?
Les voies respiratoires (ou voies aériennes) sont tapissées d'une muqueuse, dont les cellules produisent en permanence du mucus. Ce dernier est renouvelé et évacué constamment vers le haut à l'aide de microcils. Dans des conditions normales, le mucus est présent en fine couche et son rôle est très important. En effet, il permet d'évacuer les impuretés et les bactéries qui peuvent pénétrer dans les voies respiratoires. Il a donc avant tout un rôle de protection et de nettoyage.
 
Dans le cas d'une agression, l'organisme produit plus de mucus pour protéger les voies respiratoires et pour évacuer les agents perturbateurs, ce qui conduit à des écoulements nasaux plus importants et à des encombrements. Selon la nature de l'agresseur, les voies respiratoires supérieures et inférieures seront plus ou moins touchées.
 
Bien sûr, notre mode de vie et notre environnement vont également impacter nos voies respiratoires, qui seront plus ou moins surchargées.
 
Quand le mucus est trop important et qu'il a du mal à être évacué, il peut rendre la respiration plus difficile, pouvant amener à la sous-oxygénation.
 
 
Voici quelques conseils qui peuvent vous permettre de renforcer et soutenir votre système respiratoire :
 
Bien s'alimenter : L'alimentation est la base du bien-être. Une alimentation saine et équilibrée permet d'avoir un organisme qui fonctionne de manière optimale et qui possède des armes pour suffisamment bien se défendre. Mais un mode de vie sain permet également d'optimiser l'efficacité des solutions naturelles employées pour soutenir le système respiratoire. Un naturopathe pourra mettre en place un régime alimentaire qui répond aux besoins de l'organisme, lors d'un conseil complet et personnalisé. L'alimentation peut s'adapter à la saison, en tenant compte des besoins spécifiques de chacun.

De manière générale, on évite l'alimentation industrielle, les aliments transformés et raffinés. Le régime alimentaire méditerranéen, riche en légumes, en fruits et en poisson, est le plus recommandé. Ne pas oublier les oeufs, les oléagineux, les graines, les herbes et épices. La viande rouge, les céréales ou encore les produits laitiers devront être consommés avec modération.
 
Apprendre à bien respirer : Cela paraît bête, mais nous sommes nombreux à ne pas savoir comment bien respirer. Il s'agit pour commencer d'avoir le réflexe d'inspirer par le nez et d'expirer par la bouche. Cela permet en outre une première filtration par les muqueuses nasales et que l'air se réchauffe avant d'arriver dans les poumons.

Respirer un air de qualité : Vous vous en doutez, la qualité de l'air aura un impact non négligeable sur le bon fonctionnement du système respiratoire, mais aussi sur notre bien-être général. De nos jours, il n'est pas toujours évident d'avoir un air de qualité, surtout en ville. Pensez à aller vous aérer dans des milieux plus sains, en forêt, en montagne, en bord de mer, etc... Faites de grandes respirations et profitez d'un air plus pur. En intérieur, il est important de renouveler régulièrement l'air, même en hiver. Ouvrez les fenêtres minimum 10 minutes par jour. L'air ne doit pas être trop froid, mais pas trop chaud non plus pour ne pas dessécher les muqueuses, qui seront alors moins efficaces dans leur rôle de protection.

Arrêter de fumer : le tabagisme va rendre les microcils des muqueuses beaucoup moins efficaces, ce qui va poser problème pour l'évacuation du mucus. C'est d'ailleurs pour cela que les fumeurs toussent, seul moyen mécanique pour évacuer correctement le mucus qui s'accumule.

S'habiller chaudement en hiver : il est mieux d'adopter une tenue adéquate à la saison pour conserver la gorge et la cage thoracique au chaud.

Se tourner vers des solutions naturelles : il est possible à l'aide de compléments alimentaires et de plantes, de soutenir le système respiratoire. Il existe également d'autres méthodes de relaxation ou de gymnastiques respiratoires qui permettent d'améliorer sa capacité respiratoire.

Ces conseils ne dispensent en aucun cas d'un suivi médical régulier. Si vous suivez un traitement médical, parlez-en à votre médecin avant de consommer des compléments alimentaires.
 
N’hésitez pas à vous tourner vers un naturopathe qualifié.

Prenez soin de vous.

Quelques éléments complémentaire pour le système respiratoire pour vous aider dans vos recherches, rapprochez vous de votre Naturopathe ou de votre médecin AVANT d'envisager la prise d'un produit en AUTO Médication.:

Huile essentielle de saro
N-Acetylcystein
Quercétine

L’aromathérapie peut aussi venir à votre rescousse, en utilisant les huiles essentielles en diffusion, en application locale ou encore par voie orale. Vous pourrez les utiliser sous forme de gélules, de gouttes à prendre sur du miel, de sirops, de baumes pectoraux ou d’inhalation.
 
En diffusion, elles permettront de purifier l'air ambiant et donc, d'améliorer la qualité de l'air intérieur. Les meilleures huiles essentielles pour la diffusion sont l'huile essentielle de citron, de Ravintsara, de Tea tree, d'Eucalyptus radié ou encore de Lavande fine.
 
Localement en massage sur le thorax diluée dans une huile végétale (20% HE / 80% HV), en inhalation ou en diffusion dans l'air, l'Eucalyptus globulus contribue à optimiser le fonctionnement du système respiratoire et aider à se débarrasser des microorganismes. Il ne s'utilise JAMAIS par voie orale et n'est pas conseillé pour les enfants ou les femmes enceintes et allaitantes.
 
De nombreuses autres huiles essentielles peuvent aider à mieux respirer. Pour les connaître et les utiliser en toute sécurité, il est impératif de se rapprocher d'un professionnel. Avant d'utiliser des huiles essentielles, parlez-en à votre médecin.




Sources : La vie Naturelle


 







Le courrier des Lecteurs | Naturopathie et Medecine Naturelle