Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
02/02/2021 - 13:12

Inquiétante mutation détectée dans des échantillons du variant britannique


Mutation connue sous le nom de E484K détectée dans 11 séquences de la variante britannique, suscitant des craintes: le virus évolue encore. Les scientifiques craignent que le variant du coronavirus trouvé pour la première fois en Grande-Bretagne ne subisse d'autres mutations pour acquérir les mêmes caractéristiques que celles observées dans les versions sud-africaine et brésilienne.



Les analyses de la Santé publique anglaise (PHE) ont montré que la mutation connue sous le nom de E484K a été observée dans 11 séquences du variant britannique, nommé B.1.1.7.

Cette mutation particulière modifie la forme de la protéine de pointe du virus - qui est responsable de l'entrée dans les cellules humaines - d'une manière qui la rend moins reconnaissable pour le système immunitaire de l'organisme et plus résistante à la génération actuelle de vaccins Covid.

Les variantes sud-africaine et brésilienne ont toutes deux obtenu cette mutation très préoccupante, et le séquençage du génome a maintenant permis d'identifier des occurrences naturelles de E484K dans B.1.1.7.

"La mutation la plus préoccupante, que nous appelons E484K, s'est également produite spontanément dans la nouvelle souche du Kent dans certaines régions du pays", a déclaré le professeur Calum Semple, membre du groupe consultatif scientifique pour les urgences du gouvernement, lors de l'émission "Today" sur BBC Radio 4. 

Les 11 cas ont été détectés parmi un ensemble de données de 214 159 génomes séquencés, a déclaré le professeur lors d'un récent briefing scientifique. Il n'a pas précisé la prévalence de la mutation parmi les cas britanniques, mais a déclaré que "les informations préliminaires suggèrent plus d'un événement d'acquisition".

"L'acquisition [de la mutation E484K] peut être due à une recombinaison avec un des virus variant sud-africain/brésilien qui peut avoir co-infecté la même cellule - comme nous le voyons avec différents virus de la grippe - mais c'est plus rare avec les coronavirus", a-t-il expliqué.

"Si cette mutation E484K est acquise par la plupart des variants B.1.1.7 du Royaume-Uni - les assurances données par des études récentes montrant que les vaccins à ARNm offriront toujours une protection optimale contre le variant britannique original - pourraient ne plus s'appliquer".

Le professeur Lawrence Young, virologiste à l'université de Warwick, a déclaré que la présence de E484K signifiait que "le virus s'adaptera très probablement à notre réponse immunitaire".

Les recherches ont montré que la variante britannique sous sa forme actuelle, que l'on pense être plus transmissible et plus mortelle que le virus original, peut être neutralisée par les vaccins Covid-19.

Quatre des cinq principaux vaccins se sont révélés efficaces pour neutraliser B.1.1.7, et l'université d'Oxford évalue actuellement comment son propre candidat est affecté par cette variante.

Cependant, des études ont montré que le variant sud-africain, connu sous le nom de 501Y.V2, est capable d'échapper à certaines parties de la réponse immunitaire induite par une infection naturelle ou une vaccination.

De ce fait, on pense que l'efficacité des vaccins est diminuée par le 501Y.V2 - bien que l'on pense que les injections restent capables de prévenir une maladie grave, l'hospitalisation et la mort chez les personnes exposées au virus.

Simon Clarke, professeur associé en microbiologie cellulaire à l'université de Reading, a expliqué que "les mutations apparaissent spontanément et se développent si elles apportent un avantage au virus".

"Dans les études de laboratoire, cette mutation [E484K] signifie que les anticorps sont moins à même de se lier à la protéine de pointe du virus afin de l'empêcher de débloquer les cellules humaines pour y entrer", a-t-il ajouté.  "Les essais cliniques de Novavax et Johnson & Johnson ont montré que leurs nouveaux vaccins étaient moins efficaces en Afrique du Sud, par rapport au Royaume-Uni ou aux États-Unis, et on présume que c'est à cause du niveau élevé de virus porteurs de cette mutation E484K".

On ne sait pas encore si les vaccins seront capables de neutraliser efficacement la variante brésilienne, qui partage de nombreuses mutations avec le 501Y.V2.

Le professeur Sir Mark Walport, ancien conseiller scientifique en chef du gouvernement, a déclaré qu'il était "plus inquiet" au sujet de la variante brésilienne que celle qui est apparue pour la première fois en Afrique du Sud.

"Je suis préoccupé par le variant sud-africain - Il est plus transmissible et il est prouvé que le vaccin protège un peu moins bien contre lui - mais la réponse est que le vaccin actuel fonctionne encore assez bien contre ce variant", a-t-il déclaré à Times Radio.

"La variante sud-africaine est un exemple de ceux qui apparaissent dans le monde entier et ce qui, je pense, devrait nous inquiéter le plus est celui qui est apparu en Amérique du Sud".





Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb

Les commentaires d'actualité