Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Océanie
19/02/2021 - 09:05

L'Australie ne sera pas intimidée par l'absence d'amis sur Facebook, déclare le Premier Ministre

Le gouvernement appelle l'interdiction d'information sur le conflit législatif "agression contre une nation souveraine". Le premier ministre australien, Scott Morrison, s'en est pris à Facebook pour avoir tenté de "désamilier" son pays avec une interdiction inattendue de diffusion de nouvelles.



Le géant américain de la technologie a empêché les utilisateurs australiens de partager des informations sur sa plateforme dans un acte de représailles étonnant contre les mesures prises par le gouvernement pour faire payer la société pour le journalisme australien.

M. Morrison a déclaré que son gouvernement ne serait pas "intimidé" pour changer sa position dans le conflit législatif sur le contenu.

"Les mesures prises par Facebook pour retirer l'Australie de ses amis aujourd'hui, en coupant les services d'information essentiels sur la santé et les services d'urgence, étaient aussi arrogantes que décevantes", a déclaré le Premier ministre, qui a ajouté sur sa propre page Facebook : "Nous ne serons pas intimidés par les grandes technologies qui cherchent à faire pression sur notre Parlement". Les utilisateurs australiens de Facebook qui ont essayé de partager des articles existants ont reçu des notifications les empêchant de le faire.

Les ministres australiens ont immédiatement condamné cette décision, qui a également empêché le partage de certaines communications gouvernementales - y compris les messages sur les services d'urgence - ainsi que certaines pages commerciales. M. Morrison a déclaré que les actions de la société "ne feront que confirmer les préoccupations qu'un nombre croissant de pays expriment sur le comportement des grandes entreprises technologiques qui pensent être plus importantes que les gouvernements". Le Premier ministre a ajouté : "Ils peuvent changer le monde, mais cela ne signifie pas qu'ils le dirigent".

Le ministre australien de la santé, Greg Hunt, a déclaré au Parlement que c'était "une attaque contre une nation souveraine", ajoutant : "C'est un abus total du pouvoir de marché des grandes technologies et de leur contrôle sur la technologie."

Facebook et Google ont tous deux menacé de représailles si l'Australie créait une nouvelle loi visant à garantir que les entreprises de médias reçoivent une rémunération équitable pour leur journalisme lié à ces plateformes. Les géants du numérique ne seraient pas autorisés à abuser de leur position dominante dans les négociations en faisant des offres de paiement à prendre ou à laisser aux entreprises de presse, selon les propositions. Si une entreprise de presse refuse de bouger, un panel d'arbitrage rendra une décision contraignante sur l'offre gagnante. Facebook a déclaré que la proposition de loi australienne "méconnaît fondamentalement la relation entre notre plateforme et les éditeurs qui l'utilisent".

Cependant, la décision de l'entreprise de bloquer le contenu en Australie a été condamnée au niveau international.

Julian Knight, président de la commission britannique du numérique, de la culture, des médias et du sport, a déclaré qu'il s'agissait d'une tentative incroyablement irresponsable d'intimider une démocratie et que cela renforcerait la détermination des législateurs du monde entier à se montrer durs avec les géants de la technologie.

Il a déclaré à Reuters : "Cette action - cette action de "bully boy" - qu'ils ont entreprise en Australie va, je pense, enflammer le désir d'aller plus loin parmi les législateurs du monde entier.

"Nous représentons les gens et je suis désolé mais vous ne pouvez pas passer au bulldozer sur ce sujet - et si Facebook pense qu'il le fera, il sera confronté à la même colère à long terme que les grandes compagnies pétrolières et de tabac".

Le trésorier australien Josh Frydenberg a déclaré qu'il avait informé le directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg, que le pays restait déterminé à mettre en œuvre la loi sur le paiement des médias lors de la poursuite des discussions vendredi matin.

Il a ajouté dans un tweet : Nous avons discuté des questions en suspens et avons convenu que nos équipes respectives s'en occuperaient immédiatement". Nous en reparlerons au cours du week-end".

Le Canada s'est engagé à faire payer Facebook pour les contenus d'information, cherchant des alliés dans la bataille médiatique avec les géants de la technologie et promettant de ne pas reculer si la plateforme de médias sociaux coupe l'information du pays comme cela a été le cas en Australie.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest