Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
26/01/2021 - 08:39

La Grèce et la Turquie reprennent les pourparlers


Après une réunion de trois heures à Istanbul, des sources indiquent que le deuxième cycle de dialogue aura lieu à Athènes.
Après une interruption de cinq ans marquée par des relations de plus en plus tendues, des rumeurs de sabre et un quasi-conflit, la Grèce et la Turquie ont fait un pas timide vers la réconciliation, en acceptant de reprendre les pourparlers afin d'éviter une nouvelle escalade militaire en mer Égée et en Méditerranée orientale.



Après une réunion de trois heures des délégations des deux parties à Istanbul lundi, des sources diplomatiques ont confirmé que les contacts à haut niveau se poursuivraient, avec un deuxième cycle de pourparlers à Athènes.

La nouvelle a été accueillie avec soulagement, le ministère allemand des affaires étrangères ayant exprimé l'espoir que cette décision permettrait aux ennemis historiques d'"établir à nouveau une confiance mutuelle" après les tensions prolongées qui les avaient poussés au bord de la guerre pour les droits d'exploitation de l'énergie offshore.

"Nous sommes heureux que les pourparlers directs ... reprennent aujourd'hui", a déclaré la porte-parole du ministère, Maria Adebahr. "Nous espérons qu'il sera possible d'établir à nouveau une confiance mutuelle entre les deux parties ... afin qu'une solution soit trouvée conjointement dans le cadre du droit international".

En amont des discussions, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a exprimé l'espoir que des progrès puissent être réalisés pour résoudre ce qu'Athènes considère comme la plus grande différence entre les voisins : la délimitation des frontières maritimes contestées.

"Nous y assisterons avec optimisme ... mais sans naïveté", a-t-il déclaré au Parlement alors que les députés ont voté la semaine dernière l'extension des eaux territoriales occidentales de la Grèce de six à douze milles nautiques au large de ses côtes, après un accord historique avec l'Italie.

Beaucoup reste à faire. Les pourparlers se déroulent dans un climat de méfiance mutuelle accrue, de rhétorique agressive et de course aux armements qui a incité la Grèce à se lancer dans une mise à niveau massive de ses capacités militaires face à la menace perçue d'une confrontation avec la Turquie.

Il est révélateur qu'au début des discussions, le ministre grec de la défense ait rencontré son homologue français à Athènes pour signer un accord de 2,5 milliards d'euros (2,2 milliards de livres sterling) pour l'acquisition de 18 avions de chasse Rafale de Paris dans le cadre de la révision.

"Beaucoup de choses dépendent de ces discussions", a déclaré le professeur Kostas Ifantis, politologue à l'université Panteion d'Athènes, spécialisé dans les affaires turques. "S'il n'y a pas de percée, nous reviendrons à un état de fait où le potentiel de violence est élevé, non seulement en raison des dangers posés par le manque de confiance mais aussi de la proximité dans une zone géographique si petite de matériel militaire si avancé".

Les discussions, qualifiées d'exploratoires plutôt qu'officielles, étaient la 61ème fois depuis 2002 que les diplomates grecs et turcs se rencontraient en séance privée.





Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb