Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Europe
02/06/2020 - 13:58

La police russe contre l’alcool au volant

L’alcool est l’une des premières causes de mortalité sur la route : il tue plus de 1000 personnes par an en France et près d’un tiers des accidents de la route pourraient être évités si tous les conducteurs respectaient les limites légales d’alcoolémie au volant.



La police russe contre l’alcool au volant
En Russie, l'alcool au volant est un fléau que la police tente d'endiguer. En 2019, près de 150 000 accidents de la route ont eu lieu dans ce pays et les plus meurtriers restent ceux dus à la conduite en état d'ivresse. Ce constat a poussé la police à prendre le problème à bras-le-corps. La tâche est immense, mais l'implication des brigades spécialisée donne des résultats.
L'alcool est à l'origine de plus de 30 % d'accidents mortels de la circulation et plus de 50 % la nuit. C'est la première cause de mortalité sur la route, devant la vitesse avec plus de 1 000 vies brisées, surtout chez les jeunes. Depuis le 1er juillet 2015, les conducteurs novices ne peuvent plus boire d'alcool et les sanctions se sont renforcées pour tous les conducteurs imprudents. La sécurité routière accentue ses campagnes de prévention pour montrer les conséquences de l'abus d'alcool. Alors adoptons une conduite responsable…
 « Boire ou conduire, il faut choisir ». Cette campagne de prévention a fait son temps, suivie de bien d'autres aussi percutantes, sans toutefois convaincre : aujourd'hui, 21 % des conducteurs russe déclarent avoir déjà conduit en ayant atteint ou dépassé le taux d'alcoolémie autorisé. Le plus bête est qu'il suffit d'une fête de famille, d'un pot entre amis, d'un repas bien arrosé pour qu'un conducteur occasionnel s'inscrive dans ce livre des records peu flatteur.
Avec 0,5g d'alcool par litre de sang, vous ne serez plus en mesure d'apprécier votre capacité à conduire. Normal, l'alcool provoque une surestimation de ces capacités. Pour autant, il a ses effets pervers qui vous exposent à la prise de risque : champ visuel rétréci, sensibilité à l'éblouissement, altération de l'appréciation des distances et des largeurs, diminution des réflexes. Bref, sous l'effet de l'alcool, votre comportement est dégradé. Malheureusement, 46 % des russes pensent encore qu'ils peuvent conduire après deux verres.
En Russie, il est désormais interdit de conduire avec une alcoolémie supérieure à 0,2g/l de sang pour les jeunes conducteurs et supérieure à 0,5g/l (taux légal ) pour les autres… Au-dessus, voici les sanctions encourues si vous êtes contrôlé ou si vous refusez de vous soumettre au dépistage :
Pour les jeunes conducteurs avec le taux limite dépassé, les sanctions partent d’un retrait de 6 points sur le permis de conduire ou perte totale du permis la 1ère année. Le conducteur novice doit repasser l'examen du permis de conduire (code de la route et conduite) ; d’une amende forfaitaire de 135 euros ; l'immobilisation du véhicule  et la suspension du permis (jusqu'à 3 ans).

Avec un taux égal ou supérieur à 0,8g/l ou un état d'ivresse manifeste, les sanctions encourues partent du retrait de 6 points sur le permis de conduire ; d’une amende pouvant aller de 4 500 euros jusqu'à 9 000 euros ; de l'immobilisation du véhicule, voire confiscation du véhicule ; d’une suspension (jusqu'à 3 ans), voire annulation du permis ; d’un stage obligatoire de sensibilisation à la sécurité routière aux frais du contrevenant et d’une peine de prison (jusqu'à 2 ans).
Vous pouvez faire dépistage à faire vous-même. Ne croyez surtout pas ceux qui vous disent qu'il suffit d'absorber un grain de café ou de souffler d'une certaine manière pour contourner le verdict d'un dépistage routier. À la peur du gendarme, préférez systématiquement votre sécurité et celle de vos passagers. Il existe aujourd'hui dans les grandes surfaces ou les magasins spécialisés des éthylotests chimiques ou électroniques. Le premier est à usage unique et peu cher. Le second a l'avantage d'être réutilisable mais son prix est plus élevé. Dans les deux cas, vérifiez sa date de validation, et s'il est homologué. Sinon, le mieux est de passer le volant ou d'empêcher un ami qui a bu de prendre le volant. Vous réduirez le risque d'accident pour vous et pour les usagers de la route.
Les forces de sécurité russe possèdent désormais des appareils équipé d'un laser pouvant détecter des vapeurs d'alcool à distance, a déclaré à l'AFP un porte-parole des concepteurs, Sergueï Laptev. «C'est un appareil qui n'a pas d'équivalent dans le monde», a-t-il souligné.
L'«Alcolaser», sensible à partir d'un seuil de consommation d'un petit verre de vodka, est efficace même à la vitesse de 120 km/h, et au travers de l'habitacle, selon M. Laptev. «Le rayon laser n'est dangereux ni pour les yeux du conducteur, ni pour l'organisme humain en général», a-t-il assuré.
Selon M. Laptev, la mise au point de l'«Alcolaser» et tous les essais prendront encore un an. De premiers appareils pourront être fournis à la police routière russe à partir de 2012, a-t-il précisé.
Depuis quelque temps, les conducteurs russes n'ont droit à aucune trace d'alcool dans le sang, une interdiction votée sur la demande du président russe Dmitri Medvedev

Klu Klu John








Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb


Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn