Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
19/02/2021 - 08:27

Le Royaume-Uni va partager les excédents de vaccins avec les pays en développement, a déclaré M. Johnson au G7


Le Royaume-Uni et la France se préparent à s'aligner sur la Russie et la Chine dans la course à la "diplomatie du vaccin. Boris Johnson annoncera que le stock excédentaire de vaccin britannique contre les coronavirus sera partagé avec le monde en développement lorsqu'il accueillera un sommet des dirigeants internationaux des États du G7 à Londres.



Le Premier ministre dévoilera également un programme de production de vaccins contre de nouvelles maladies dans les 100 jours qui suivront la réunion, qui visera à établir un réseau mondial de sécurité pour contrer les futures pandémies.

Le partage des vaccins par la Grande-Bretagne se fera dans le cadre du programme Covax. M. Johnson a demandé à Sir Patrick Vallance, le directeur scientifique du Royaume-Uni, de conseiller le G7 sur l'accélération du processus de développement des vaccins dans le but de réduire de deux tiers le temps de fabrication.

M. Vallance travaillera sur ce projet avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), ainsi qu'avec des experts industriels et scientifiques. M. Johnson a déclaré : "Peut-être plus que jamais, les espoirs du monde reposent sur les épaules des scientifiques et au cours de l'année dernière, comme à d'innombrables reprises auparavant, ils ont relevé le défi.

"Le développement de vaccins viables contre les coronavirus offre la perspective alléchante d'un retour à la normale, mais nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers. En tant que dirigeants du G7, nous devons dire aujourd'hui : plus jamais ça. En exploitant notre ingéniosité collective, nous pouvons nous assurer que nous disposons des vaccins, des traitements et des tests nécessaires pour être prêts à affronter les futures menaces pour la santé, alors que nous battons le Covid-19 et que nous reconstruisons mieux ensemble".

Emmanuel Macron a également annoncé le partage des vaccins par la France, dont 5 % des stocks sont envoyés dans les pays les plus pauvres, notamment en Afrique. Des accusations ont été lancées selon lesquelles, alors que les États du G7 ont commandé plus de 1,5 milliard de vaccins, soit plus que ce dont leur population a besoin, la Russie et la Chine gagnent en influence grâce à la "diplomatie des vaccins" en approvisionnant les pays en développement, a déclaré M. Macron au Financial Times : "Nous laissons s'imposer l'idée que des centaines de millions de vaccins sont administrés dans les pays riches et que nous ne commençons pas dans les pays pauvres. C'est une accélération sans précédent de l'inégalité mondiale et c'est aussi politiquement insoutenable car cela ouvre la voie à une guerre d'influence sur les vaccins. Vous pouvez voir la stratégie chinoise et la stratégie russe. Le sommet virtuel, qui sera suivi d'un sommet en personne en juin en Cornouailles, se concentrera également sur le changement climatique, et les travaux à ce sujet seront menés lors de la conférence COP26, qui se tiendra également dans ce pays à l'automne. Mais la réunion examinera la façon dont la Grande-Bretagne se positionne sur la scène post-Brexit, car certains États de l'Union européenne craignent que le G7 ne soit utilisé pour établir une alliance anti-Chine.

L'Australie, l'Inde et la Corée du Sud, tous des pays qui se sont opposés à Pékin, ont été invités à la réunion de cette année, prélude, a-t-on affirmé, à sa transformation en un groupe d'États démocratiques du G10, ou D10. Une telle alliance pour contrer l'hégémonie chinoise a le soutien des États-Unis. Joe Biden, qui participe à son premier forum multilatéral depuis sa victoire à l'élection présidentielle américaine, a proposé la tenue d'un sommet des États démocratiques au cours de sa première année de mandat.

Le Royaume-Uni a également tout intérêt à entretenir des relations commerciales avec les trois pays invités après avoir quitté l'Union européenne. L'Inde devrait devenir la troisième économie mondiale d'ici 2030. La Corée du Sud et l'Australie, en plus d'être des marchés attrayants à part entière, sont membres de la grande alliance commerciale, le Partenariat Trans Pacifique (TPP), à laquelle le Royaume-Uni a demandé à adhérer.

La perception d'un format anti-Chine a cependant provoqué un malaise parmi certains pays participant au sommet, comme l'Italie, qui a des liens économiques croissants avec Pékin, ainsi que la France. L'Union européenne a récemment conclu un accord d'investissement avec la Chine, au grand dam des États-Unis.

Le gouvernement britannique nie que la réunion de cette année ait une teneur anti-Chine. Les responsables soulignent que les pays hôtes ont toujours eu la possibilité d'inviter des personnalités, et que pas moins de 15 pays ont été invités la dernière fois que le sommet s'est tenu en France.





Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb