Sommaire
Asie & Extrême Orient
19/08/2020 - 15:45

Les manifestants Thaïlandais disent non à la monarchie

Bangkok, Thaïlande C'était un acte impensable en Thaïlande il y a quelques mois à peine - on estime à 10 000 le nombre de manifestants antigouvernementaux qui ont rempli dimanche 16 Aout 2020 alentours du Monument de la démocratie à Bangkok, dont certains réclamaient une réforme de la monarchie du pays.



Les manifestants Thaïlandais disent non à la monarchie

Cette manifestation était la plus grande manifestation anti-gouvernementale depuis la prise du pouvoir par l'armée il y a six ans, et a eu lieu après un mois de manifestations presque quotidiennes lancées par des étudiants de tout le pays, qui ont depuis attiré un large échantillon de la société.
La colère des jeunes désaffectés a commencé à bouillonner avant les élections de mars 2019, qui ont donné au général devenu premier ministre Prayut Chan-o-cha quatre années supplémentaires au pouvoir. Mais dimanche, jeunes et moins jeunes ont réclamé des réformes démocratiques, des changements à la constitution rédigée par l'armée et la dissolution du Parlement.
Un petit groupe, mais de plus en plus bruyant, appelle à la réforme de la monarchie - une idée radicale en Thaïlande, où la puissante institution royale est considérée par beaucoup comme une divinité. Le pays possède certaines des lois les plus strictes au monde en matière de lèse-majesté et diffamer le roi, la reine, l'héritier-apparent ou le régent peut entraîner une peine de 15 ans de prison.
La loi est de plus en plus utilisée comme un outil politique, car les citoyens thaïlandais ordinaires - ainsi que le gouvernement - peuvent porter des accusations au nom du roi.
Selon les experts, les demandes de réforme de la monarchie n'étaient auparavant formulées que par des groupes marginaux, et les manifestants changent la donne en parlant de ces questions de manière publique et ouverte.
Les observateurs disent que c'est un moment crucial pour la Thaïlande. Les appels à la réforme monarchique pourraient aliéner un grand nombre de manifestants, mais en poussant trop loin, on pourrait déclencher une violente réaction ou une répression militaire, ce qui pourrait finalement servir à attirer davantage de soutien au mouvement.
En juillet, le Premier ministre Prayut a déclaré qu'il était "inquiet et préoccupé par ce mouvement" et a mis en garde les manifestants contre toute violation de la monarchie.
"Je compatis avec nos enfants, nos jeunes et nos étudiants universitaires et je partage aussi les inquiétudes de leurs parents. Mais il faut être vigilant sur les violations, je pense que les gens ne le toléreront pas et permettront qu'un incident comme celui-ci se reproduise", a-t-il déclaré.
Bien qu'aucun manifestant n'ait encore été arrêté pour des accusations de lèse-majesté, au moins deux leaders de protestation -- Nampa et Parit Chiwarak, un des principaux leaders de l'Union des étudiants de Thaïlande -- ont été arrêtés pour d'autres accusations, avant d'être libérés.
Les protestations en Thaïlande sont historiques car c'est la première fois dans l'histoire de la Thaïlande que des manifestants urbains ont exigé de telles réformes

Frank Robin










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn