Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
Commerces et services
30/11/2017 - 14:53

Sport - Les sports nautiques au plus haut niveau

Nous continuons notre découverte du monde de la voile et de ses champions.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes

Des champions de voile à connaître et qui seront à la finale de la Stars Sailors League

  1. Loick Peyron FRA - Vainqueur de la route du Rhum
  2. Grael Torben BRA - Vainqueur de la Volvo Océan Race et champion olympique
  3. Robert Scheidt BRA - Champion Olympique
  4. Paul Cayard USA - Vainqueur de la Volvo Océan Race
  5. Freddy Loof SWE - Champion Olympique
  6. Francesco Bruni ITA - Vainqueur de la coupe Louis Vuiton
  7. Paul Goodison GBR - Champion Olympique et champion du monde 2017
​Nous ne parlons pas de tout le monde dans cet article, cependant suivez bien ce qui va venir avant et pendant la course.

​Avant de parler des champions continuons d'abord notre exploration des termes nautiques pour mieux comprendre la course le jour J

Virer de bord ?
Le virement de bord est une manœuvre par laquelle on vire l'étrave dans le vent lorsqu'un changement de cap exige de changer d'amure : passer de bâbord amures à tribord amures ou vice versa. Le bateau lofe (c'est-à-dire qu'il tourne vers le vent), jusqu'à ce qu'il soit face au vent. Puis, il abat (tourne pour s'éloigner du vent) dans la nouvelle direction.
Au milieu du virement, le voilier sera face au vent et là où les voiles vont battre au centre du voilier. A mesure que le virement se poursuit, les voiles vont passer de l'autre côté du bateau et, tandis que celui-ci sera sur sa nouvelle route, elles se gonfleront de vent. D'habitude, les voiliers virent d'une allure au près vers l'autre allure au près sur l'amure opposée. Le navigateur peut cependant commencer à virer lorsqu'il est près bon plein ou vent de travers. Dans tous les cas, il faut être certain que le bateau navigue à bonne vitesse avant de commencer à virer car, s'il se déplace trop lentement, il peut s'arrêter face au vent, il est alors « bout au vent ».
 
Opérer les mêmes manœuvres sur les gros ou les petits bateaux
 
La manière de virer est semblable quel que soit le type de bateau sur lequel on navigue.
Que ce soit:
  • Un petit solitaire avec une seule voile
  • Un dériveur
  • Un quillard de croisière de course.
Sur les plus gros bateaux, plusieurs personnes participent à la manœuvre et les plus grandes voiles exercent une tension davantage importante sur les écoutes, d'où utilisation de winchs. Cependant, les principes régissant, la manœuvre demeurent analogues.

 
Comment virer avec un solitaire ?
 
 
  1. Virer de bord : A mesure que le voilier vire à travers le vent, vous et votre équipier devez traverser le bateau, prêts à l'équilibrer lorsque les voiles se gonfleront sur la nouvelle amure.
  2. Surveiller la bôme : La bôme traverse le bateau pendant que celui-ci passe dans le vent obligeant à se pencher à son passage.
  3. Virer le foc : En se déplaçant vers l'autre côté, un équipier laisse aller l'ancienne écoute et borde la nouvelle sur le nouveau bord.
  4. Barrer : Le barreur maintient la barre de l'autre côté afin de continuer à virer jusqu'à ce que le bateau soit sur la nouvelle route. Puis, il ramène la barre au centre du voilier.
  5. Manœuvrer l'écoute de grand-voile : Tout en traversant le bateau, le barreur choque légèrement l'écoute de grand-voile et ne la fixe pas.
Vérifier, en regardant par-dessus l'épaule arrière qu'il n'y a pas d'autres bateaux ou d'obstacles. Pousser la barre vers l'extérieur et rester assis sur le plat-bord jusqu'à ce que l'extrémité de la bôme commence à se déplacer vers l'intérieur du voilier. A mesure que le bateau vire, choquer légèrement l'écoute de grand-voile et maintenir la barre poussée vers l'extérieur. Retirer le pied arrière de sous la sangle de rappel et déplacer-le vers l'autre côté du bateau afin d'être prêt à traverser. Quand le bateau tourne bout au vent, traverser en faisant passer la main qui tient la barre en premier. Ainsi, cette dernière se retrouve de l'autre côté avant vous. En traversant, penchez-vous pour passer sous la bôme. Si besoin, choquez l'écoute de grand-voile afin d'équilibrer le bateau à mesure que la voile commence à se gonfler. Passez le pied avant sous la sangle de rappel et asseyez-vous sur le plat-bord du nouveau côté. Continuer à barrer sur la nouvelle route en tenant le stick derrière le dos. Amener la main qui tient toujours l'écoute derrière vous pour qu'elle attrape le stick. Lâcher ce dernier de l'autre main (celle qui le tenait en premier) et saisir l'écoute de grand-voile avec cette main. La main qui tient la barre doit laisser aller l'écoute de grand-voile et ramener le stick devant soi.
 
Savoir quel est le bon moment pour se déplacer de l'autre côté du bateau pose souvent des problèmes aux débutants. Puisque votre poids est nécessaire pour maintenir le bateau droit lorsque les voiles se gonflent dans la nouvelle direction, il est essentiel de se déplacer au bon moment. Surveiller l'extrémité de la bôme et commencer à changer de côté lorsqu'elle amorce son mouvement vers l'axe central. Durant un virement, vous devez changer de mains entre l'écoute de grand-voile et la barre et vous mouvoir à travers le bateau. Vous devez aussi conserver la maîtrise de la barre et l'écoute de grand-voile. Comme l'exécution de cette manœuvre s'avère difficile, vous risquez, au début, de vous retrouver avec les bras, l'écoute et la barre emmêlés.
 
Virer de bord avec un double ?
 
Dans un dériveur pour 2, c'est le barreur qui décide du moment où il faut virer. Si vous barrez, vous devez vérifier que vous pouvez réaliser cette tâche et vous assurer que le co-équipier est prêt. Après avoir viré, vérifier que le voile est correctement bordée, inspecter aussi l'équilibre du bateau et le nouveau cap.

Si vous êtes l'équipier, relâchez l'écoute de foc, prendre la nouvelle écoute, traverser le bateau et border le foc sur la nouvelle amure lorsque le voilier a terminé de virer. Lorsque vous traversez le bateau, tournez-vous vers l'avant.
 
Tâches du barreur : Vérifiez que tout est clair dans le bateau, puis criez « Paré à virer » pour prévenir votre équipier. S'assurer que l'écoute de grand-voile n'est pas attachée.
Tâches de l'équipier : Contrôler que le virement est possible, puis criez « Prêt » et défaites l'écoute de foc sur le taquet.
Barreur : Criez : « Envoyez », puis poussez fermement la barre sous le vent pour amorcer le virement. Vous devriez la pousser d'environ 30° par rapport à l'axe central.

Pendant que le bateau tourne face au vent, maintenir la barre poussée vers l'extérieur. Commencer à traverser le bateau, tout en barrant avec la main qui tient la barre.
Équipier : Commencez à vous déplacer en prenant la nouvelle écoute du foc au moment où vous traversez le bateau.
Pendant que l'étrave passe face au vent, vous devez ensemble vous pencher sous la bôme au moment où celle-ci travers le voilier pour se diriger vers l'autre amure.
Quand le foc commence à se gonfler vers l'arrière, laisser aller l'ancienne écoute de foc, tirez sur la nouvelle pour amener le foc sur la nouvelle amure.
Asseyez-vous tous les 2 sur le nouveau côté au vent. Le barreur tient le stick derrière le dos. Il centre la barre quand le bateau se trouve au près dans la nouvelle direction. L'équipier borde la nouvelle écoute de foc afin de border la voile selon le nouveau cap. Il ajuste la dérive si nécessaire.
Le barreur change de mains sur l'écoute de grand-voile et le stick en amenant la main qui tient l'écoute de grand-voile sur le stick. Il lâche le stick de l'autre main et saisit l'écoute de grand-voile. Il règle la grand-voile à la nouvelle route. Les 2 équipiers se penchent vers l'extérieur afin de contrebalancer si nécessaire la force de gîte.
 
Le terme "abattre" en navigation
Les routes qui sont plus dos au vent que celles vent de travers sont dites routes sous le vent. La manœuvre qui consiste à virer dos au vent s'appelle : abattre.
Pour s'entraîner à abattre, il faut partir vent de travers car c'est l'allure la plus facile. Après, virer dos au vent et tirer la barre vers vous, ramener-la au centre lorsque le voilier a pris la nouvelle direction. Choquer l'écoute de grand-voile jusqu'à ce que les voiles soient correctement bordées par rapport au nouveau cap. Remonter la dérive ou la dérive sabre jusqu'à la position adéquate et soyez prêt à déplacer votre poids vers l'intérieur du bateau à mesure que la force de gîte diminue. Il faut coordonner les mouvements avec douceur afin de naviguer efficacement.
 
Le terme  "empanner" en navigation
L'empannage est une manœuvre délicate qui permet de changer d'amure en passant par le vent arrière. La grand-voile est gonflée à contre et passe d'un côté à l'autre en entraînant violemment la bôme.
Au cours d'un empannage, il faut abattre (virer dos au vent) jusqu'à ce que le bateau soit directement sous le vent. Le bateau continue de tourner jusqu'à ce que la grand-voile passe d'un coup sur l'autre côté. De ce fait, l'empannage est plus rapide et plus violent que le virement de bord classique. Au cours d'un virement, la voile bat librement au centre du bateau lorsque celui-ci est face au vent, mais, durant un empannage, les voiles sont toujours gonflées de vent. A mesure que le voilier s'éloigne de l'allure vent arrière, le vent se retrouve derrière la chute de la grand-voile, puis gonfle rapidement la voile sur l'autre amure.
 
Quelles sont les différences d'empannage entre les gros et les petits bateaux ?
 
La façon d'empanner varie légèrement entre les dériveurs, dont la charge des voiles est plus légère, et les plus gros bateaux, dont l'équipement est plus lourd et qui sont plus voilés.
Quand on empanne avec un dériveur ou un petit quillard, la bôme part dans un mouvement agressif d'un côté à l'autre, aux mouvements de la bôme durant la manœuvre.
Sur les gros bateaux, la voilure est trop importante et la bôme trop lourde pour qu'on les laisse se déplacer sans surveillance à travers le bateau. De plus, la stabilité de ces bateaux équipés de lourdes quilles fait qu'il est possible de mieux maîtriser la bôme durant l'empannage. Sur ces navires, l'écoute de grand-voile est bordée avant que l'on amorce l'empannage jusqu'à ce que la bôme se trouve au centre du bateau. Le voilier est ensuite légèrement tourné pour préparer la grand-voile à l'empannage et l'écoute de grand-voile est de nouveau choquée, sous surveillance.
 
Empanner avec un solitaire ?
 
Dans ce cas, il s'agit de vérifier la zone dans laquelle le bateau va virer est dégagée et barrez plein vent arrière. Veuillez à bien équilibrer le bateau. Orientez le stick afin qu'il pointe vers le côté opposé du bateau et poussez la barre au vent.
Lorsqu'on amorce l'empannage, il faut poser le pied arrière au centre du voilier. Surveiller le premier tiers de la chute de la voile. Quand la chute se met au vent, tirer rapidement sur l'écoute de grand-voile.

Traverser le bateau face à l'avant, se pencher sous la bôme lorsqu'elle passe de l'autre côté et remettre la barre au centre afin d'empêcher le bateau de continuer à tourner. S'asseoir sur le nouveau côté au vent en tenant le stick derrière le dos. S'assurer que la barre est au centre afin que le bateau ne continue pas à tourner. Avec la main qui retient l'écoute de grand-voile, saisir le stick en relâchant celui-ci de l'autre main. Attraper l'écoute de grand-voile avec cette main.

Barrer le nouveau cap et régler l'écoute de grand-voile selon les besoins. Ajuster si nécessaire, la dérive selon la nouvelle direction.
Durant un empannage, la grand-voile est gonflée à contre. Elle va passer d'un bord à l'autre en entraînant la bôme qui va traverser le bateau d'un mouvement violent. S'assurer que la dérive sabre n'est pas descendue à plus de son quart au cours d'un empannage.
L'empannage donne un résultat semblable que le virement de bord. Le bateau vire de façon que le vent souffle sur l'autre amure du bateau. Cependant, durant l'empannage, le bateau tourne sous le vent de sorte que l'arrière passe dans le vent.
 
Empanner avec un double ?
C'est le barreur qui décide du meilleur moment pour empanner. Il doit vérifier que la nouvelle route est libre et s'assurer que son partenaire est prêt, comme avant un virement de bord. L'équipier va utiliser son poids pour équilibrer le bateau pendant la manœuvre. Il doit aussi border le foc lors du changement de côté.

Lorsqu'on décide d'empanner, abatter jusqu'à ce que le foc tombe mollement derrière la grand-voile. Cela signifie que l'on est plein vent arrière. Lofez légèrement jusqu'à ce que le foc commence à se gonfler du même côté que la grand-voile.


En savoir plus et où voir le live :



Francesco Andreiuolo






Francesco Andreiuolo




Mobile
Sport: football


Partageons sur FacebooK



Petites annonces
Inscription à la newsletter