Quantcast
Sommaire
EditoWeb MagaZine
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub       
soyez-y!
France
18/03/2022 - 11:09

La liberté selon Eric Zemmour, Marine Le Pen et Emmanuel Macron


La manque de référence et de connaissance de l'histoire contemporaine crée bien des difficultés de compréhension chez les plus jeune sur la notion de liberté. Nous écrivons cet article dans le but d'aider les plus jeunes à mieux comprendre cette notion qui est aujourd'hui la résultante de bien des luttes. La liberté à la mode extrême droite c'est un peu comme une liberté sans libération



Liberté je chéris ton nom

Ceux qui ont suivi avec un peu d'attention la présidence Trump et en particulier, dans les mois de la pandémie, la campagne électorale qui a conduit à sa défaite, auront remarqué avec quelle insistance lui et ses partisans ont déclaré vouloir défendre la liberté des individus.

Liberté, liberty, est un mantra de l'histoire américaine, évoqué à certaines époques avec plus d'insistance, à d'autres avec moins de tension. Tout au long de la confrontation avec le communisme, par exemple, le mot liberté a été utilisé pour identifier tout ce que le communisme n'était pas. La liberté du marché avant tout, le contraire du dirigisme communiste. Le concept de liberté, que la Révolution française avait érigé en valeur suprême et en principe fondamental de la civilisation, s'est transformé dès le cours du XIXe siècle en un concept de liberté comme essence d'un certain ordre économique, d'une certaine configuration institutionnelle. Elle est passée d'une valeur qui donnait une identité à une classe, la classe bourgeoise, à une valeur qui donnait une identité au capital, tandis que les classes subalternes levaient la bannière où était écrit "solidarité".

Ce qui se passe aujourd'hui est encore différent, parce que l'idée de liberté que l'extrême droite met en avant et Trump appartient à l'espace de l'extrême droite doit pouvoir se traduire par un comportement reconnu par cette "multitude" sans connotation de classe, qui résulte à la fois de la fin de l'opposition entre le modèle de la démocratie occidentale et le modèle du régime communiste, devenue alors une opposition générique entre "droite" et "gauche", et de la dissolution de la classe moyenne et de la fragmentation et de l'éclatement de la classe ouvrière.

Elle ne doit plus être représentée d'emblée comme le synonyme d'un certain ordre social, économique et institutionnel, mais comme la substance biologique, "naturelle", d'une humanité en quête de pur bien-être. Ainsi, la liberté devient simplement le droit de l'individu de faire ce qu'il veut pour son propre bénéfice, non seulement en dehors de toute règle, ordre et principe institutionnel - Trump encore, à titre d'exemple - mais aussi en dehors de toute considération pour l'autre que lui-même : l'individu a le droit de faire ce qu'il veut, sans se soucier de savoir si son action peut être à l'avantage ou au détriment des autres. Parce que l'autre n'existe que s'il lui est opposé, en tant qu'égal, exerçant le même droit à son avantage. S'il n'est pas mon égal, je l'emporte ; s'il l'est, je le combats pour l'emporter. La régression est évidente : de la société de Locke, du contrat social de Rousseau et du libéralisme de Stuart Mills (l'exercice de ma liberté ne peut limiter celle des autres) à l'homo homini lupus de Hobbes et au darwinisme social intrinsèque à l'histoire des XIXe et XXe siècles du capitalisme colonialiste et néolibéral prévaricateur et raciste.

Voilà chers lecteurs et chères lectrices, nous espérons que cet article vous aura aider à comprendre que la liberté façon extrême droite, façon Le Pen ou Zemmour et de manière cachée façon Macron vous ménera juste à un état encore plus autoritaire.
 

Libre de quoi ? Libre de l'extrême droite

L'extrême droite à toujours existé et elle existera toujours. Méfiez vous d'une démocratie où tout le monde est d'accord les uns avec les autres.
Nous devons nous débarrasser des prototypes que nous avons toujours utilisés pour définir l'extrême droite, en particulier le prototype du nazisme ou du fascisme. Il faut parler aujourd'hui d'un "néo-nazisme sans Hitler", car le national-socialisme des années 30, tel que nous l'avons connu avant et après ses monstruosités, était tout sauf une idéologie individualiste ; au contraire, il était fondé sur l'idée de Volksgemeinschaft, de la communauté du peuple (bien sûr, du peuple "allemand"). Aujourd'hui, l'autoritarisme trumpien ou d'extrême droite se marie parfaitement avec l'individualisme : c'est l'individualisme dans sa projection globale, à l'apogée d'Internet, et comme l'univers virtuel du web est un univers d'individus sans contraintes institutionnelles, sans ordre institutionnel, sans autorité supérieure de régulation, il se prête à merveille comme espace dans lequel l'imaginaire de l'individu de la " multitude " moderne projette son comportement matériel. Dans l'espace virtuel du web, l'individu pense pouvoir faire ce qu'il veut, aucun gouvernement - ou institution, ou "corps intermédiaire" - ne peut lui dicter des règles, aucun pouvoir ne peut le discipliner où définir qui doit être protégé !

Même le capitalisme multinational, que nous pensions être le stade suprême de son évolution, est une vieille histoire. L'ordre imposé par les nouveaux géants du monde - Google, Amazon, Facebook et quelques autres comme eux, les Big Tech  constitue une nouvelle étape du développement capitaliste aux caractéristiques très différentes. L'une de ses caractéristiques est précisément la "démocratisation" de l'accès à la communication, la possibilité offerte à l'individu de communiquer avec le monde et, théoriquement, d'agir sur le marché. L'ancien modèle capitaliste des multinationales conservait le caractère ouvertement hiérarchique du commandement et maintenait le droit exclusif de l'entreprise d'accéder au marché. Le droit exclusif à la survie matérielle et économique de l'individu reste à l'entreprise, qui produit une main-d'œuvre dépendante et subordonnée. Aujourd'hui, la tendance naturelle à l'individualisme - en ce sens, le freelance est la figure symbolique de notre époque - est énormément renforcée par la conviction que l'accès au web peut devenir l'accès au marché et donc à la survie, sans la médiation d'aucune institution, sans la médiation du travail subordonné et du salaire. Les corps intermédiaires tels que les syndicats sont présentés par les entreprises et perçus par les individualistes comme des obstacles à la réalisation de soi.

Il est impératif de remonter aux racines sociales du comportement individualiste afin de comprendre sa prédisposition à accepter certaines idées de liberté.

Fonder son comportement sur la conviction que chacun a le droit de faire ce qu'il veut est la manière la plus radicale de nier toutes les valeurs sur lesquelles s'est construit le mouvement ouvrier, le socialisme, en un mot "la gauche", de nier la valeur du mutualisme, de la solidarité, de la communauté, valeurs sur lesquelles se sont construits le tissu social et les conflits sociaux. Des valeurs qui inspirent notre magazine, simplement, sans fioritures ni besoin d'explication.

L'idée que la liberté de l'individu de penser par lui-même et pour son propre compte est un savoir, et qui plus est un savoir supérieur à celui de supposés "techniciens" - identifiés comme des fonctionnaires ou des intermédiaires d'un pouvoir étatique ou comme des serviteurs de multinationales pharmaceutiques - revient à nier la valeur de la compétence, de la formation et de la recherche scientifique.

Cependant, il ne s'agit pas de revenir à l'idée du "bon sauvage" Russe, mais à la condition d'être à la merci du marché. Les individus qui se considèrent comme des entités indépendantes, qui n'ont besoin de personne, qui ne fondent pas leur existence sur des relations mais sur l'individualisme, sont précisément ceux qui perdent le plus leur liberté, notamment dans les relations de travail : en niant la solidarité, la communauté et le mutualisme, ils se présentent dans la condition d'être l'objet de l'exploitation la plus débridée, parce qu'ils se sont placés dans la condition de plus grande faiblesse contractuelle sur le marché, celle de l'individu.

Le défenseur fanatique de ses libertés individuelles, qui ne reconnaît aucune entité ou institution régulatrice, pas même l'État-providence, s'en remet entièrement et inconsciemment au marché, qui ne manquera pas de le broyer, le condamnant à une existence précaire de travailleur pauvre. Et se croire libre pour ensuite se retrouver faible face non pas à l'ancien maître, mais à des puissances sans visage et souvent sans nom pour lesquelles l'individu seul n'est rien, facilite la naissance des fantômes : non pas les dynamiques intrinsèques aux rapports de force concrets dans la société, mais d'obscures présences hostiles qui changent le monde autour de moi et qui, en effet, complotent " contre moi ". Je ne sais pas qui ils sont, mais je sais qu'ils sont là, car quelqu'un devra être responsable des dommages que je subis. L'entité supérieure la plus immédiatement reconnaissable, bien qu'insaisissable, est l'État. Mais c'est là que se déclenchent la méfiance, l'agressivité et la violence envers ceux qui sont différents de moi, et ce d'autant plus qu'ils sont proches physiquement, reconnaissables (par la couleur de leur peau, le style de leurs vêtements ou l'odeur de leur cuisine) et faibles socialement. 

Voilà chers lecteurs et chères lectrices, nous espérons que cet article vous aura aider à comprendre que la liberté façon extrême droite, façon Le Pen ou Zemmour et de manière cachée façon Macron vous ménera juste à un état encore plus autoritaire dans le but de protéger les libertés du plus petit nombre.



L'équipe Editoweb

Lu 223 fois





Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest