Quantcast
Sommaire
Nouvelles de la Faim et de la Mort!
08/04/2022 - 18:57

Le Non-Fungible Token (NFT) et le capital fictif

Si vous lorgnez sur les crypto-monnaies sans savoir comment vous y prendre, lisez cet article de James Meechan, un jeune communiste écossais (YCL) qui plonge dans le monde de la crypto-monnaie et de son dernier subordonné, les NFT, traduit par Nico Maury.

Fongible/ non fongible: Sont nommées fongibles les choses de genre qui se définissent par le genre auquel elles appartiennent. Elles peuvent sans inconvénient être remplacées les unes par les autres. Elles sont interchangeables (les billets de banque). Les choses non fongibles sont des corps certains qui se définissent par leur caractéristique propre. Les choses non fongibles ne sont interchangeables (une œuvre d'art).

Plus d'infos sur les NFT:
Ils sont inutiles
promouvoir l’adoption des NFT en 2022



Vous avez sans doute déjà entendu parler des NFT et de la crypto-monnaie. Nos flux de médias sociaux ont été saturés d'histoires sur des singes de dessins animés, des sprites 8 bits ou des lions béants vendus pour des sommes ridicules en crypto-monnaies. Le simple fait d'enquêter sur ce sujet pour cet article a généré un tas de publicités ciblées sur mon navigateur, à partir d'échanges de crypto-monnaie et de plates-formes «d'investissement social». Il est tentant de considérer l'ensemble du phénomène NFT comme le dernier passe-temps bourgeois, une forme numérisée d'art/d'antiquités/de philatélie. Cette comparaison paresseuse, cependant, dément la perspective totalement psychotique des NFT.

Qu'est-ce que la crypto ? Pourquoi les NFT, dont nous n'avions jamais entendu parler jusqu'à l'année dernière, valent-ils soudainement une fortune ? Est-ce l'avenir de la collection d'art ? La croissance des transactions blockchain représente-t-elle une « révolution », comme certains le prétendent ? Comment cette technologie fonctionne-t-elle ? Commençons par un peu de contexte. Passons en revue quelques notes sur la finance spéculative.

Nous savons que la bourgeoisie est obligée de rechercher des capitaux de plus en plus importants. Il ne suffit pas d'extraire le surplus de travail d'une main-d'œuvre et d'accumuler du capital selon le cycle de production de marchandises. La richesse ne peut pas servir de capital si elle stagne dans un coffre-fort ; pour agir comme capital, l'argent doit recirculer, il doit réemployer la force de travail.

Ainsi, les capitalistes utilisent plutôt le service des banques. En y investissant de l'argent, les capitalistes obtiennent essentiellement des droits sur le capital (leur solde bancaire), mais la banque peut désormais également agir en tant que «fournisseur» de capital. Si chaque unité de capital émise par une banque sous forme de prêts, d'obligations, de titres, etc. était adossée à une unité « réelle » de capital déposée sur les comptes des capitalistes, les banques stagneraient, trouvant un équilibre en tant que médiateurs de la grande bourgeoisie. Mais nous savons que leur rôle dans le système capitaliste est bien plus important.

Marx a été le premier à décrire ce qui se passe ensuite. Voici la version courte : à mesure que la masse de capital dans une société augmente, la sous-classe des banquiers et des financiers augmente également, menant un commerce rentable de produits monétaires qui promettent une croissance du capital investi en eux. Les produits financiers qu'ils vendent (actions, obligations, titres) fonctionnent sur une prémisse commune : ce sont des créances sur le capital, avec des valeurs de marché changeantes. Leur valeur provient de la spéculation sur les dividendes futurs à réclamer par les propriétaires. Tous ceux qui jouent au jeu boursier font des paris sur la hausse ou la baisse du prix d'un produit financier particulier. C'est une alchimie pour la bourgeoisie : transmuter une fortune en une plus grande fortune.

Cette spéculation est clairement une illusion. Le capital réclamé par ces produits représente plusieurs enjeux simultanés pour exactement le même capital réel qui a été « encaissé ». En d'autres termes, la valeur « réelle » du surtravail extraite par les capitalistes et laissée aux soins des banques finit par avoir plusieurs fois sa propre valeur de capital « réclamée » contre elle. Cette tromperie ténue est ce que Marx a décrit comme du capital fictif, et lorsque le taux de profit commence à baisser, lorsque le capital réel commence à stagner, un effondrement économique se produit et le capital fictif est anéanti, permettant au processus de redémarrer, avec comme conséquence une paupérisation effarante pour la classe ouvrière.

Le capital fictif de ces produits financiers est d'un ordre de grandeur supérieur à tout capital réel auquel les produits sont liés. Cela cultive une situation irrationnelle dans laquelle les banques sont incitées à vendre autant d'actions et d'obligations, etc. que possible, au détriment du capital réel.

À titre d'exemple, le krach financier de 2008 s'est produit lorsque les banques vendant des obligations adossées au remboursement de leurs prêts hypothécaires ont commencé à émettre autant de prêts que possible pour vendre plus d'obligations. Étant donné que les ventes d'obligations offraient plus de rentabilité que les remboursements hypothécaires sur 30 ans, les banques ont approuvé des prêts qu'elles savaient ne jamais pouvoir être remboursés. Lorsqu'il est devenu clair que les banques ne seraient pas en mesure de recouvrer leurs dettes, lorsque le capital réel des remboursements hypothécaires était sans équivoque condamné, la bulle fictive a éclaté de manière spectaculaire. La valeur des obligations s'est effondrée, le système financier mondial a été submergé par les fonds publics et des milliers de personnes ont fini par se faire reprendre leur maison.

Si tout cela semblait imprudent et absurde, alors vous comprenez la stupidité bébête au cœur de la spéculation. Ce sera un thème courant dans cet article, en fait : si quelque chose ressemble à une idée terrible, c'est parce que c'est le cas.

Les spéculateurs ont fait un travail fantastique en créant un sophisme impénétrable dans le jargon autour de cette habitude de jeu explosive, en éliminant des positions d'expertise précieuse pour eux-mêmes. Même la crypto-monnaie a sa propre marque de charlatans technologues qui ont développé toute une idéologie autour de quelques schémas pyramidaux informatisés - hystériquement ésotériques quand on considère à quel point le concept de base peut être expliqué simplement.

Lorsque nous utilisons normalement des cartes de débit pour payer des choses, la banque vérifie que nous avons suffisamment de fonds sur notre compte et retire la somme sur le compte du détaillant. La banque vérifie le solde en conservant un registre de chaque transaction avec un compte, et lorsque vous payez, une nouvelle entrée est faite dans le dossier pour débiter le montant X, ou le jour de la paie, un enregistrement est fait pour créditer le montant X sur votre compte.

Les crypto-monnaies comme Bitcoin et Ether sont des "moyens d'échange décentralisés". Lorsqu'une crypto particulière est échangée, aucune écriture personnelle n'est effectuée par une banque. Au lieu de cela, il existe un historique public mondial contenant chaque transaction, inlassablement entretenu par un réseau peer-to-peer d'ordinateurs « miniers ». Au lieu de noms et de comptes bancaires traçables, ils enregistrent les transactions entre les portefeuilles numériques avec des propriétaires anonymes.

C'est ce qu'est une blockchain : une feuille de calcul omnisciente en annexe uniquement de chaque échange effectué avec une crypto-monnaie particulière, administrée par un travail d'équipe informatique similaire que vous utiliseriez pour torrent un film.

La blockchain est gérée par consensus : les ordinateurs qui maintiennent la blockchain doivent être d'accord pour qu'une transaction soit approuvée. Si un ordinateur malhonnête du réseau essaie de modifier les entrées sur, par exemple, Ethereum (chaîne de blocs Ether) pour prétendre qu'Alan a payé Bob de X ETH (et donc modifier la quantité d'Ether dans les portefeuilles numériques d'Alan et Bob par X), les milliers d'ordinateurs vont vérifier immédiatement le dossier de l'ordinateur malhonnête par rapport au sien et rejeter cette version frauduleuse de la blockchain. Ce système sans confiance rend impossible tout type d'escroquerie par un intermédiaire, un fait salué par les fondamentalistes de la cryptographie.

Ces mêmes défenseurs négligeront bien sûr l'énorme potentiel de fraude impunissable que crée le monde anonyme et totalement non réglementé de la crypto-monnaie. Il y a un schadenfreude irrésistible lorsque nous entendons parler de crétins avides d'être dupés via des groupes de pompage et de vidage Discord (dans lesquels le `` dépotoir '' pense à tort qu'ils sont la `` pompe '') ou des crypto-monnaies d'escroquerie flagrantes basées sur des modes culturelles qui escroquent des millions d'investissements . Mais ce cadeau absolu aux criminels est de plus en plus tourné vers des travailleurs ou des services publics inconscients avec des ordinateurs vulnérables aux logiciels malveillants (attaque de ransomware NHS en 2017) au lieu de simples idiots à la recherche de richesses cryptographiques.

Ce consensus est plus une mesure de la puissance de calcul, plutôt qu'une commune anarcho squat. La base d'un consensus, et donc la base de toute entrée dans la blockchain, est la preuve de travail : en gros, un ordinateur qui exploite une blockchain doit démontrer qu'il a dépensé beaucoup d'efforts de traitement pour résoudre une équation mathématique qui est générée du nouveau bloc ajouté. Ces problèmes mathématiques exigent des quantités proportionnellement importantes de puissance de calcul pour les mineurs à résoudre, mais nécessitent une quantité relativement infime de puissance à vérifier.

Maintenant, ajoutez le fait qu'être le premier à produire un PoW entraîne des frais de transaction pour le nouveau bloc plus une somme forfaitaire de crypto fraîchement frappée, et vous finissez par engendrer une industrie démoniaque où des parasites technologiques concurrents remplissent les entrepôts de quantités industrielles de matériel courir sans arrêt dans une course à répétition pour être le premier à terminer le PoW suivant pour chaque bloc.

Le capitalisme excelle à créer de l'inefficacité. Un arrangement économique qui oppose des dizaines de travailleurs les uns aux autres pour fabriquer des produits identiques comme le « cola », la « confiture de fraises » ou les « fèves au lard » n'est pas une utilisation optimale du travail humain. L'économie de l'exploitation minière cryptographique compose cette inefficacité à 11 : elle est littéralement conçue pour gaspiller de l'énergie grâce au PoW et à la nature de l'exploitation minière qui prend tout le gagnant.

Une seule transaction bitcoin consomme 1 173 kWh d'électricité. C'est à peu près la quantité d'énergie consommée par un ménage britannique moyen pendant trois mois. On estime que l'extraction de crypto-monnaie prend environ 0,5% de l'énergie mondiale. À titre de comparaison, le procédé Haber-Bosch qui produit de l'ammoniac, une matière première essentielle dans l'industrie des engrais, et donc vital pour les rendements agricoles pouvant soutenir une population mondiale de 8 milliards de personnes, consomme 1 % d'énergie.

Ne vous y trompez pas : la crypto-monnaie ne peut tout simplement pas exister dans une société qui s'est engagée à prévenir une catastrophe climatique. Les gouvernements occidentaux, qui ont transformé la conférence sur le climat COP26 de l'année dernière en une tirade farfelue anti-chinoise, ont accueilli les mineurs de crypto quittant la RPC alors que le pays commence à interdire la crypto-monnaie pour respecter ses engagements de neutralité carbone . Les sentiments flatteurs des médias libéraux sur le potentiel de la crypto "verte" passent complètement à côté de l'essentiel, comme prévu. Les systèmes de paiement utilisés par des milliards de personnes consomment plusieurs ordres de grandeur moins d'électricité que même la crypto « verte », car ils ne reposent pas sur l' exigence de gaspiller de l'énergie pour fonctionner.

Je ne saurais trop insister là-dessus : notre planète est en train d'être détruite - en partie - pour un marché d'un milliard de dollars en pièces Internet inventées.

Définir ce que sont ces pièces est un défi. "Quelque chose à échanger sur une blockchain" n'est pas assez substantiel, mais il est difficile de trouver autre chose à dire au-delà de cela. La comparaison avec la monnaie réelle que l'homonyme implique est délibérément trompeuse. Comme l'a décrit Marx, l'argent - qu'il s'agisse de lingots ou de cartes bancaires - est un type particulier de marchandise, dont l'utilité est de remplacer la valeur et de payer des biens ou des services qui répondent aux désirs et aux besoins humains.

Il n'y a pas de cas réel d'utilisation de la crypto-monnaie comme moyen d'échange alternatif, en dehors de projets de vanité libertaire ou de trafic de drogue illégal. Google toute forme de crypto-monnaie et vous verrez un zig-zag erratique, oscillant par milliers de dollars au fil des semaines, des jours voire des heures . La volatilité inhérente, qui attire la spéculation en premier lieu, rend la crypto totalement peu fiable pour fixer les prix dans le monde réel. Dans une expérience intergalactique stupide, l'autoproclamé « empereur d'El Salvador », Nayib Bukele, a gaspillé environ 600 millions de dollars de la richesse du pays sur Bitcoin, ce qui en fait le premier État à le reconnaître comme monnaie légale.

La classe ouvrière et la paysannerie salvadoriennes - dont la plupart n'ont même pas de smartphone pour accéder à leurs salaires versés dans des portefeuilles Bitcoin ! - ont reçu le changement de manière extrêmement négative . Pourquoi ne le feraient-ils pas ? ! Les salaires et les économies d'une vie qui fluctuent en pouvoir d'achat de ± 10% par heure et pourraient être rendus totalement sans valeur à tout moment, sont une recette pour un désastre économique complet. Ajoutez à cela le fait que le simple achat d'un Kit-Kat avec bitcoin prend non seulement beaucoup plus de temps à traiter, mais consomme environ 208 $ d'électricité (1 173 kWh × 0,178 $ US par kWh d'électricité pour les entreprises au Salvador), et vous réalisez la folie apocalyptique de la crypto-monnaie.

Même les capitaines du néolibéralisme, qui sont certainement positifs à l'égard de la finance spéculative, ne feront jamais la promotion de la crypto des jetons de casino glorifiés à une monnaie intégrale du commerce mondial. Pouvez-vous imaginer l'horreur apoplectique du FMI s'il accordait un prêt à un pays en développement en Dogecoins - dont le prix prendrait des décennies à rembourser - uniquement pour que sa valeur s'effondre mille fois juste avant le début du remboursement, en raison d'un tweet d'Elon Musk ?

Peut-être devrions-nous plutôt comparer la crypto-monnaie aux matières premières. Après tout, vous pouvez acheter pour 100 £ de fer, de farine, de lin ou même de crypto. Le problème avec cette comparaison est que les marchandises ont une valeur d'usage : soit elles répondent à un désir/besoin humain, soit elles peuvent être utilisées par le travail pour produire une autre marchandise qui le fait. Vous pouvez faire de l'acier avec du fer, du pain avec de la farine, un manteau avec du lin. Vous ne pouvez rien faire avec la crypto (cela se concentre simplement sur ce que vous pouvez faire légalement avec la crypto. Des sites comme Silk Road sont irréalisables de nos jours et insignifiants pour les gens normaux.) en plus d'acheter des NFT (qui ne sont pas non plus des marchandises, voir plus loin) ou vendez-le pour - vous l'espérez - plus que ce que vous avez payé, à quelqu'un d'autre qui a le même espoir de rencontrer un "plus grand imbécile".

Aucun nouvel argent n'est "créé" par la crypto. Le prix d'une pièce donnée est basé sur le prix auquel les gens peuvent la vendre. Ainsi, il n'est vraiment possible d'en "faire un profit" que si plus d'argent est dépensé dans la crypto-monnaie par rapport au moment où vous l'avez achetée. L'utilité de la crypto est d'être mise en scène pour des bulles spéculatives complètement non réglementées, alimentées par le battage médiatique, qui ne font en fait que déplacer de l'argent.

Même comparer la cryptographie à l'ancien style de spéculation est un peu malhonnête. Sans leur donner l'impression d'être sur la défensive, les produits financiers traditionnels sont au moins basés sur des créances sur le capital réel qui a été extrait des travailleurs ; les dividendes futurs rendus aux propriétaires sont ce qui permet de spéculer dessus. Crypto n'offre rien de tout cela. Le simple fait de conserver votre crypto, une chose raisonnable à faire dans le cas des actions et des titres, ne vous récompensera de rien. La crypto représente quelque chose qui, à mon avis, est encore plus irrationnel que la spéculation traditionnelle. Il n'y a pas d'"entreprise" émettant la crypto-monnaie pour l'investissement, il n'y a pas le moindre lien avec le capital réel renforçant le fictif. C'est un ouroboros de capitaux fictifs : un écosystème perpétuellement instable d'achats et de ventes, en plein essor et en chute libre,

Donc, si nous avons renoncé à toutes ces catégorisations possibles pour la crypto-monnaie, comment pouvons- nous la définir ? Eh bien, la définition la plus succincte serait "la fumée idéologique pour un con". Comme mentionné précédemment, les premiers investisseurs achètent à bas prix, font grimper le prix en le faisant, observent un tapis roulant de personnes convaincues qu'elles gagneront également gros et `` surferont sur la vague '', gonflant encore le prix, puis revendront leur ancienne crypto à nouveau investisseurs. Ce faisant, l'argent passe des investisseurs ultérieurs aux investisseurs antérieurs, tout comme un système pyramidal classique.

Maintenant, il est généralement répréhensible de commercialiser une arnaque aussi flagrante auprès des gens, et pas assez de gens sont aussi crédules pour faire fonctionner la crypto pendant longtemps. Il est plus sûr de convaincre les gens qu'ils ne perpétuent pas, en fait, un système pyramidal fonctionnel, mais qu'ils adoptent un système économique alternatif.

Ainsi, au lieu de cela, les premiers établissements de la cryptographie, des membres largement libertaires de ce que l'on pourrait appeler la faction "TechBro" de la bourgeoisie - le genre de gars qui sont devenus millionnaires en inventant la publicité pop-up - ont confectionné un récit sucré sur "la révolution crypto". ', comment les blockchains résoudront comme par magie tous les maux sociaux. Avec une couverture suffisante de journalistes tech, leurs idées sont devenues légitimées. Les ermites adjacents à Incel bousculant le bitcoin sont devenus une « contre-culture », au point que même des sections du mouvement anarchiste occidental moribond adoptent ce concept manifestement hyper-capitaliste.

Il y a peut-être quelque chose de révolutionnaire dans la crypto-monnaie. Après tout, il s'agit de retirer le contrôle de l'argent aux banques et de le distribuer démocratiquement entre les utilisateurs de monnaie eux-mêmes. Oui, il reproduit les modèles actuels de monnaie conventionnelle et est en fait "hautement centralisé" en ce qui concerne la répartition réelle de la richesse - 1% des détenteurs de Bitcoin contrôlent 27% de l'offre, par exemple - mais cela peut être négligé si l'on considère comment le la technologie nous libère de la tyrannie des banques !

Cependant, la crypto-économie a déjà accepté des sociétés privées telles que Tether Ltd pour remplir les rôles de banques centrales. Ces "banques non centrales" émettent des "pièces stables" indexées sur la monnaie réelle comme le dollar américain en échange d'argent réel (donc 1 Tether = 1 $). Les pièces stables peuvent être acceptées sur les chaînes de blocs pour échanger contre des cryptos plus volatiles et initier des jeux de hasard. La société privée émettrice de Tether prétend soutenir chaque unité de la crypto-monnaie avec un capital réel.

Il y a maintenant 69 milliards de Tether en circulation, ce qui donne à Tether Ltd. une capitalisation boursière équivalente de 69 milliards de dollars, ce qui la classerait quelque part parmi les 50 plus grandes banques américaines. Comme on pouvait s'y attendre, la société hongkongaise enregistrée dans les îles Vierges a gardé schtum sous la surveillance croissante des médias quant à la manière dont la start-up pourrait éventuellement posséder une somme aussi gargantuesque de capital réel pour sauvegarder tous les jetons.

Tether Ltd. achète même de la crypto pour limiter le volume en circulation et donc « pompe » les prix de la crypto pendant les périodes de ralentissement, reflétant la façon dont les banques centrales limiteront les devises pour augmenter leur valeur. L'ironie selon laquelle cette bombe à retardement de capital fictif est presque identique aux pratiques bancaires qui provoquent des krachs financiers est un tabou pour les fondamentalistes de la cryptographie.

Les appels aux sympathies libertaires autour de la monnaie décentralisée ne peuvent que vous donner autant de rubis prêts à verser leurs économies dans la gueule crypto. Vous avez besoin de plus de croissance ; vous devez attiser encore plus le battage médiatique des consommateurs.

Entrez les NFT.

Les blockchains peuvent enregistrer plus que de simples transactions. Des blocs de données arbitraires, tels que des liens vers des images statiques, des applications entières, des documents, peuvent être écrits dans la blockchain. Les fondamentalistes de la crypto saluent cela comme une histoire publique immuable et omnisciente de toutes les informations, « symbolisant » tout sur Internet comme un actif financier.

Lorsque vous achetez une maison, vous aurez des documents de l'agent immobilier, de la banque, etc. auxquels vous pourrez vous référer si on vous demande de prouver que vous êtes propriétaire de cette maison. Même chose si vous avez acheté une peinture de Van Gogh ou Lowry aux enchères, vous avez les dossiers pour prouver que vous avez acheté la chose chère. Maintenant, les NFT sont fondamentalement cela, mais vous payez pour une entrée de blockchain unique comme enregistrement de propriété. L'acronyme signifie « jeton non fongible », c'est-à-dire une donnée informatique unique en son genre.

Ce ne sont pas que des jpegs de singes. C'est une idée fausse que même les gens qui dépensent des milliers de dollars pour cette merde perpétuent. Lorsque vous voyez un rapport de CryptoPunk 9998 se vendant pour l'équivalent d'un demi-milliard de dollars, ils ont acheté le NFT correspondant de cette image particulière, la donnée unique qui leur donne la "propriété" de l'image numérique - techniquement unique.

Soyons clairs : personne n'achète des NFT pour leur valeur artistique innée. Ils sont un autre plus grand atout à la recherche d'imbéciles, tout comme la cryptographie. Cela ne veut pas dire que les actifs liés aux NFT ne sont «pas de l'art» (je suis enclin à être d'accord avec des personnes plus qualifiées sur ce sujet, tout ce qui peut être vendu sur le mérite esthétique peut être appelé art). Il est vrai que de nombreux artistes numériques se sont réchauffés à l'idée initiale de vendre leur travail en tant que NFT : revenus passifs générés par les ventes secondaires, transparence sur la blockchain qui reconnaîtrait l'artiste d'origine.

Le problème est que peu de personnes impliquées ont même compris comment le modèle NFT pour la vente d'art est censé fonctionner. Le NFT pour une œuvre d'art n'est pas le fichier jpeg de l'art, c'est trop de données pour tenir dans une entrée de blockchain, mais plutôt un lien URL vers une charge de métadonnées, qui contient un autre lien URL vers la page avec l'image de l'art. La page hébergeant votre œuvre d'art inestimable sera hébergée aussi longtemps que la start-up peu propice qui l'héberge n'oublie pas de renouveler le domaine et d'éviter la faillite. Pourtant, au moins les artistes originaux peuvent conserver une part de la valeur d'achat, en supposant que c'est l'artiste original qui frappe le NFT de leur travail.

Il n'y a absolument aucune obligation pour l'artiste original de consentir à symboliser son travail. Cela a déjà créé une ruée vers l'or pour que les prospecteurs en ligne commencent à arnaquer l'art, à créer un NFT pour cela et à le revendre sans même que l'artiste en soit informé en premier lieu. Le profit contraire à l'éthique de l'art original s'est tellement répandu que DeviantArt a même mis en place des robots pour analyser les marchés NFT et informer les utilisateurs du site des jetons non autorisés de la vente de leur travail, envoyant plus de 80 000 alertes pour violation NFT sur 4 mois.

Comme nous le savons, la blockchain est un document public, mais elle est complètement en proie à la fraude car elle permet un secret total de l'identité et des comptes "sockpuppeting" appartenant à la même personne. Le résultat est une technique encore plus sophistiquée pour les artistes escrocs, qui n'ont aucun recours pour protéger leur travail contre la transformation en jetons spéculatifs.

Après la financiarisation du travail des artistes humains, vint ensuite l'automatisation : l'art vide généré par ordinateur devint la nouvelle source de jetons. Bored Apes, Lazy Lions, Rockin Tuna et même CryptoPunks ont vendu l'équivalent virtuel des funko pops comme symboles de statut tragique. Mais cette bulle spéculative ne se limitait pas aux images.

Des terres qui sont vraisemblablement de propriété publique ou privée dans la vie réelle sont découpées en morceaux d'un kilomètre carré et vendues en tant que NFT à de nouveaux propriétaires « virtuels » qui possèdent la représentation « virtuelle » de cette terre. Les articles de jeux vidéo dans les MMO sont échangés ou même loués en tant que NFT. Des actifs numériques culturellement "significatifs" comme le tout premier tweet de Jack Dorsey, des séquences de matchs de basket, des photographies d'Afghans trouvant des loisirs au milieu de l'invasion américaine, sont achetés et vendus comme des NFT lucratifs. Toute justification pour faire de quelque chose un jeton peut être et sera utilisée : dans la volonté irrationnelle de maintenir la croissance des bulles spéculatives, tout est un jeu équitable à financiariser et à parier.

Le capitalisme se caractérise par des taux de profit tendant à baisser avec le temps. Une façon de compenser cela peut être l'enfermement, c'est-à-dire la privatisation de ce qui appartenait auparavant à l'État, non seulement pour placer les ressources sous le contrôle de la bourgeoisie, mais pour offrir davantage de possibilités d'investissement et de spéculation. L'introduction de plus de terres ou de pétrole sur le marché donne plus de choses à acheter et à vendre, et donc plus de profit à réaliser. Mais nous sommes en 2022, le capital a eu 200 ans pour le faire et commence à gratter le fond de ce baril. Les NFT sont les derniers, en particulier le grattage putride. Pourquoi se contenter d'une seule forme de propriété, alors qu'il est possible d'avoir une seconde forme de propriété, numérique et « décentralisée » ? Il a le potentiel de faire de n'importe quoi un actif spéculatif ! Effroyable? Absolument! Une inculpation de folie capitaliste ? Absolument!

Imaginez un monde dans lequel votre CV, vos diplômes, vos bulletins de salaire, votre acte de naissance, chaque document vous concernant qui est conservé quelque part en ligne peut non seulement être trouvé dans une blockchain, mais est symbolisé, pour être joué. Imaginez maintenant que quelqu'un vous explique comment ce n'est pas une dystopie cauchemardesque dans laquelle votre existence même alimente une orgie dissolue de corpulence, mais - il s'arrête pour vapoter - cela représente une "révolution" car, contrairement au statu quo dans lequel les monopoles technologiques comme Google ou Facebook marchandisent nos données personnelles, n'importe quel crétin sur son téléphone pourrait parier sur vos dossiers dentaires.

Il y a une raison pour laquelle nous entendons autant parler des NFT et de la cryptographie aujourd'hui qu'il y a à peine cinq ans. Il y a une raison pour laquelle les célébrités et les influenceurs utilisent les médias sociaux pour se vanter de leur portefeuille d'investissement. Il y a une raison pour laquelle des millions de livres sont investis dans la publicité des services d'échange de crypto auprès du public. Cette bulle spéculative doit s'imposer au grand public culturel, convaincre de plus en plus de gens qu'ils peuvent décrocher le jackpot et gagner de l'argent avec l'argent. Il s'agit d'une avalanche tonitruante de schémas numériques de pompage et de vidage, dévalant la montagne, rassemblant une plus grande masse au fur et à mesure, inégalement répartie sur la vague, mais unies dans la trajectoire : vers le bas, écrasant tout le monde sur son passage.

Bien sûr, les NFT ne représentent rien de valeur réelle ! Pensez-vous qu'un adulte sain d'esprit achète des «Floydies» - des NFT inspirés par George Floyd - par un profond sentiment de besoin ou de désir, au lieu d'un investissement cynique pour son propre bien? Pendant la majeure partie de son existence, la crypto a été une "solution" à un problème que presque personne ne pensait avoir. Une société meilleure pour les masses ne sera pas créée par la technologie seule, et certainement pas par une technologie qui innove en matière de jeu et de vente en gros de LSD. De toute évidence, la prolifération massive des NFT est l'expédient pour généraliser l'adoption de la crypto-monnaie et le jour de paie ultime pour les premiers investisseurs, la minorité qui contrôle la plupart des fournitures de crypto-monnaie.

Dans une société socialiste, la technologie derrière les blockchains serait un sujet d'étude pour comprendre comment elle pourrait bénéficier à la société dans son ensemble. Actuellement, il aide notre planète à brûler un peu plus vite. Pour rester même vaguement fonctionnelle, l'industrie de la crypto-monnaie imite presque parfaitement les pratiques des banques « centralisées », tout en introduisant des problèmes complètement nouveaux.

Avec les actions et les actions, je ne m'opposerai pas à ce que les travailleurs, même les autres communistes, s'en mêlent. Pourquoi ne pas essayer de jouer avec le système ? Pourquoi ne pas en mettre cent dans GameStop pour troller les Chads de Wall Street ? Mais j'ai posé mon pied avec la crypto et les NFT. Il n'y a pas de « prends l'argent du diable, fais l'œuvre du Seigneur » : l'argent, c'est le diable. Le coût de l'électricité pour ce qui revient à échanger de simples bits de données est ridiculement ignoble. Même si vous n'étiez pas assuré de perdre une énorme somme d'argent à ce sujet, vous ne pouvez pas justifier d'utiliser la même quantité d'électricité qu'un lotissement pour une mauvaise habitude de jeu.

Il est temps de devenir réel. Il y a un gouffre de différence entre essayer d'atteindre des objectifs réalistes, essayer d'améliorer votre vie et puis la psychose limite que les haricots magiques numériques feront de vous un millionnaire. La communauté NFT utilise l'acronyme WAGMI comme signifiant et signature dans les publications sur les réseaux sociaux. Cela signifie «nous allons y arriver» et est emblématique de la déconnexion idéaliste du monde extérieur qui est nécessaire pour croire sincèrement que les NFT sont un investissement rationnel. Cela engendre des attitudes sectaires - chaque escroquerie flagrante est une chance de "réussir", chaque opposant n'est qu'un troll amer qui "n'y arrivera pas".

Voici la vérité crue : il n'y a pas d'"agitation", pas de "stratégie NFT", pas d'astuces dans un subreddit crypto qui vont vous élever à l'apothéose bourgeoise ; les hôtels particuliers, les Bugatti, les îles privées. Au lieu de cela, tout ce qui vous attend si vous essayez de gravir l'échelle graissée vers le ciel est une dette écrasante et un marécage de désespoir. Puisque les règles de la classe dirigeante fonctionnent contre nous, nous formulons nos propres tactiques pour défendre nos intérêts de classe, pas pour jouer à des jeux truqués.

En tant que communistes, nous savons qu'il n'y a pas de stratégie individualiste pour une vie meilleure pour nous et notre classe. Le marxisme-léninisme offre le fondement théorique et la classe ouvrière en progression a la force de créer une société au service des travailleurs. Je vous garantis; le syndicalisme militant offre de meilleures récompenses que les derniers shitcoins de pompe et de décharge. Qu'est-ce que tu attends?! Améliorez votre grindset.

James Meechan, est membre de la branche de Glasgow de la Ligue des Jeunes Communistes (YCL)
Challenge Magazine

Nico Maury










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest