Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub       
pour y être
Naturopathie et Medecine Naturelle
08/10/2021 - 14:30

Un poison mortel caché dans cet aliment “bon pour la santé”


Qui pourrait croire que cet aliment contient des niveaux dangereusement élevés d'un poison mortel pour l'homme.

Un poison si létal, qu'en prendre la valeur d'un petit pois vous tuerait. Et dont quelques microgrammes suffiraient à perturber presque toutes vos fonctions vitales.

En effet, même à faibles doses, il endommage vos organes.



 
Votre estomac et vos intestins l'absorbent facilement et une fois ingéré, ce poison peut se propager et agresser votre foie, vos reins, vos poumons, votre peau et plus encore.Ce poison mortel est difficile à détecter parce qu'il est inodore, insipide et presque incolore

Lents et insidieux, les dégâts qu'il provoque vous rendent de plus en plus malade, sans que votre médecin ne soupçonne rien. 

Et malheureusement, c'est quand votre empoisonnement est bien avancé, que vous-même ou votre praticien commencez à avoir des soupçons.

Ce poison est si discret, qu'au fil des siècles, il est devenu l'arme de prédilection des rois, des reines et des romanciers : un ingrédient très prisé des familles Borgia et Medicis pour éliminer leurs adversaires, mais aussi d'Agatha Christie, qui le mettait en scène dans ses romans.

Ce poison dont je vous parle est l'Arsenic.

Ce redoutable cancérogène se trouve désormais dans notre alimentation et plus particulièrement, dans des aliments réputés « bons pour la santé »

 

Un rapport publié en février 2020 par la Haute Autorité de Santé révèle que les riz produits et consommés dans toutes les régions du monde concentrent des teneurs d'arsenic élevées. 

Et de nombreuses études indiquent que les riz les plus pollués seraient consommés aux Etats-Unis, en Europe et particulièrement en France.

Et ce fléau concerne tous les riz, qu'ils soient haut ou bas de gamme. Si vous ne mangez jamais de riz, ne vous réjouissez pas trop vite : de nombreux produits comme les farines, les pâtes, les gâteaux, les sirops ou même la bière, contiennent des dérivés du riz.

 

Comment ce poison mortel a-t-il fini par se retrouver dans nos aliments ?

L’usage extensif des pesticides, des engrais, mais aussi les activités industrielles et minières, entraînent la pollution des sols et des nappes phréatiques. Il s'en dégage de l'arsenic minéral qui va imprégner les sols et être absorbé par les végétaux.

Malheureusement, les plants de riz boivent cet arsenic 20 fois plus que les autres céréales. Ce triste constat vaut aussi pour le riz que vous prenez soin d'acheter dans les enseignes biologiques !

Si vous optez pour le riz complet parce qu'il vous semble plus sain, c'est encore pire.

Une étude récente a calculé que le riz brun contenait environ 80 % d'arsenic en plus que le riz blanc. La raison en est que le poison se loge dans le son qui entoure les grains de riz brun.
 

Résultat : si vous consommez régulièrement du riz ou ses produits dérivés, l'arsenic va s'accumuler dans votre corps. 

D'après une inquiétante étude de l'université américaine Dartmouth College, l'organisme des femmes qui ne mangent qu'une demi-tasse de riz par jour, contient 53% d'arsenic en plus que celui des femmes qui n'en consomment pas.

Et l'ingestion répétée de doses même infimes d'arsenic, altère progressivement notre santé : inflammation, problèmes respiratoires, lésions cutanées, augmentation des risques d’hypertension et de surpoids, affaiblissement des cellules immunitaires. 

À la longue, ces problèmes peuvent dégénérer en diabète, en maladies cardiovasculaires, mais aussi en cancers du poumon, de la peau ou de la vessie.

 

Dans l'immédiat, que pouvons-nous faire ?

Tout d'abord, avant de faire cuire votre riz, veillez à le laver dans plusieurs bains de rinçage, comme les Asiatiques. 

Ou alors, faites le cuire comme les pâtes, dans une grande quantité d'eau, dont vous éliminerez le surplus. 

Il semble que ces méthodes éliminent jusqu'à 54 % d’arsenic dans le riz brun et 73 % dans le riz blanc, tout en conservant la majorité des nutriments.

Vous pouvez aussi décider de vous passer définitivement de riz. Sauf qu'à votre insu, de nombreux aliments en contiennent des dérivés.

La bonne nouvelle, c'est qu'il existe des solutions simples et sûres, capable d'éliminer en douceur l'arsenic de votre organisme. 

Cela peut aussi vous débarrasser d'autres toxines et métaux lourds tout aussi dangereux.


Parce que malheureusement, l'arsenic n'est pas le seul poison caché dans nos aliments. 

De nombreuses études révèlent la présence d’aluminium, de mercure, de plomb, de nickel, de cadmium, de dioxines, de PCB et autres DDT dans un grand nombre d'aliments courants.

Et ces intrus néfastes s'amassent chaque jour un peu plus dans notre corps.

Depuis des décennies, la contamination chimique de notre nourriture et de notre environnement est une réalité qui s'aggrave chaque année… 

Et nous devons nous rendre à cette évidence : nous sommes TOUS exposés à ces poisons.

Les études toxicologiques montrent que la dose ne fait plus le poison : ainsi, une petite dose peut s'avérer aussi dangereuse qu’une forte dose !

Alors si vous vous sentez constamment fatigué…

Si vous souffrez d'inflammation et de douleurs articulaires…

Et que vous êtes parfois en proie à des trous de mémoire et des moments de confusion…

Ne soyez pas surpris que cette contamination sournoise et permanente pourrait bien en être la raison...

Et l'origine cachée de vos problèmes de santé chroniques.

 

Votre corps n'a jamais été conçu pour gérer et éliminer autant de produits chimiques et de métaux lourds

Votre foie et vos reins ont d'énormes difficultés à les décomposer.

Et lorsque votre corps est confronté à des poisons qu'il ne sait pas éliminer, il les stocke dans votre foie ou dans vos tissus graisseux.

Tôt ou tard, vos adipocytes finissent par libérer ces dangereuses toxines, que votre circulation sanguine va alors diffuser dans votre cerveau, vos poumons, votre cœur, vos yeux, votre estomac, votre foie et vos organes sexuels.

Ces toxines et métaux lourds peuvent s'amasser dans vos articulations et vos tissus, déclenchant de l’inflammation et des douleurs. 

En s'accumulant dans votre cerveau, ils peuvent provoquer des pertes de mémoire, des migraines et un vieillissement prématuré. 

En envahissant votre coeur, ils peuvent entraîner des problèmes de tension artérielle.

Certains polluants sont capables d'imiter vos hormones naturelles et d'interférer avec votre système endocrinien, conduisant à un excès d'oestrogènes, une baisse de libido et des dysfonctionnements sexuels. 

En attaquant votre pancréas, ces polluants peuvent déséquilibrer votre glycémie et augmenter votre risque de diabète. 

Et en atteignant vos yeux, ils peuvent faire baisser votre vue.

Votre estomac peut aussi en faire les frais, vous faisant subir des indigestions, des nausées ou des vomissements.

Et comme votre organisme ignore comment s'en débarrasser, il emmagasine ces substances avec le temps

L'autre problème, c'est que même présents en doses infirmes, les polluants peuvent aussi interagir dangereusement entre eux.

 

Ces métaux lourds et ces toxines nous agressent sur tous les fronts

Présents dans l'eau du robinet ou en bouteille, ils abondent dans nos aliments, dans l'air que nous respirons et les produits chimiques que nous touchons. 

Ainsi, lorsque vous êtes exposés à 6 polluants différents, votre glycémie peut se dérégler. 

Et dégénérer en diabète, si trop de toxines circulent dans votre sang : une étude parue dans la revue américaine Diabetes Care, estime que des taux élevés de perturbateurs endocriniens dans le sang multiplie par 38 le risque de troubles glycémiques graves.

Mais rassurez-vous, vous pouvez vous protéger contre ces toxiques.

Parce qu'il existe une solution très efficace pour désintoxiquer votre corps. Elle ne nécessite pas de jeûner, ni de recourir à aucune injection ou cure fantaisiste. 

Voici les actifs naturels qui permettent de lutter contre ces intoxications :

la N-acétylcystéine également appelée « NAC » 


La NAC joue un rôle primordial dans le processus de détoxification de l'organisme parce qu'elle renforce la résistance du foie à la toxicité de certaines molécules chimiques. 

Elle contribue ainsi à prévenir les effets secondaires des médicaments et des toxines environnementales.

La supplémentation en N-acétylcystéine prévient les effets toxiques de l'arsenic dans le foie, qu'elle protège des dommages oxydatifs provoqués par ce poison.

L'autre super pouvoir de la N-acétylcystéine, consiste à aider votre corps à fabriquer le glutathion, un antioxydant essentiel au fonctionnement de votre foie : en effet, votre organisme va transformer la NAC en glutathion intercellulaire. Ce glutathion intercellulaire va soutenir votre système immunitaire et désintoxiquer votre foie, en le nettoyant des toxines et des métaux lourds. 

Il va se lier à ces poisons en formant un composé hydrosoluble, qui sera ensuite évacué dans votre urine ou votre bile.

Des études montrent qu’une carence en glutathion altère directement le fonctionnement du foie. Il en résulte une augmentation des quantités de toxines circulant dans l’organisme. Lors d'une intoxication, les réserves en glutathion de votre corps s'épuisent pour combattre le poison : la NAC permet d’en reconstituer le stock."

l’acide alpha-lipoïque
Contenu dans le brocoli il peut déloger en profondeur le mercure, l’arsenic, le cadmium ou le plomb et faciliter leur expulsion de l’organisme. 

Comme ses molécules sont à la fois très petites, solubles dans l'eau et dans la graisse, elles accèdent ainsi à tous les tissus du corps humain : l'acide alpha-lipoïque franchit même la barrière hématoencéphalique, pour extraire les métaux lourds logés dans le cerveau.

Le chardon-marie
Les médecines traditionnelles autant que la médecine moderne, exploitent ses vertus thérapeutiques pour traiter les intoxications du foie et les hépatites chroniques. 

Son fruit contient de la silychristine, de la silybine et de la silydianine : trois substances qui forment un complexe hépatoprotecteur appelé « silymarine ». 

Elle bloque l'inflammation et stimule la régénération du foie, en l’aidant à développer de nouvelles cellules hépatiques. 

Les molécules du chardon-marie complètent à merveille l'action chélatrice de la NAC et de l'acide alpha-lipoïque, en purifiant le foie et en soignant les lésions hépatiques provoquées par divers polluants tels que l'acétaminophène, l'arsenic, ou le tétrachlorure de carbone, un solvant contenu dans les vernis et les résines de bricolage.

Le Desmodium Adscendens

Parfait complément du chardon-marie, il prévient les effets hépatotoxiques des polluants. 

Le desmodium peut régénérer les cellules du foie de manière spectaculaire, tant en cas d’agression médicamenteuse que toxique. 

Tout comme le chardon-marie, le desmodium adscendens est utilisé en médecine pour protéger le foie en cas de traitement médicamenteux agressifs tels que chimiothérapie et antibiothérapie.

Et cette plante est si efficace, qu’elle fait merveille contre les pathologies chroniques ou aiguës, autant pour les prévenir que pour les guérir !

C’est ainsi qu’en 2006, l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation a officiellement reconnu les propriétés hépatoprotectrices et immunostimulantes du desmodium.

En résumé : En associant la puissance respective de la N-acétylcystéine, de l'acide alpha-lipoïque, du chardon-marie et du desmodium adscendens vous pourrez :
 

1/ Détoxifier votre foie et le débarrasser des polluants qui l’encombrent

2/ Régénérer vos cellules hépatiques, en stimulant leur renouvellement 

3/ Et renforcer vos fonctions hépatiques, en fournissant à votre foie les nutriments qui boostent son activité d’épuration et de métabolisation


Sources :

L.BOILEAU Explora santé

(1) futura-sciences.com/sante/dossiers/biologie-poisons-histoire-1676/page/11/

(2) cancer-environnement.fr/335-Arsenic.ce.aspx

(3) Haute Autorité de Santé : Argumentaire scientifique « Dépistage, prise en charge et suivi des personnes potentiellement surexposées à l’arsenic inorganique du fait de leur lieu de résidence » – février 2020
 

(4) futura-sciences.com/planete/actualites/rechauffement-climatique-rechauffement-climatique-deux-fois-plus-arsenic-riz-71409/
 

(5) consumerreports.org/cro/magazine/2015/01/how-much-arsenic-is-in-your-rice/index.htm

(6) news.dartmouth.edu/news/2011/12/dartmouth-researchers-evaluate-rice-source-fetal-arsenic-exposure
(7) 1/ Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Etude de l’alimentation totale 2 (EAT 2). Rapport d’expertise. 2011 2/European Food Safety Authority (Efsa). Dietary exposure to inorganic arsenic in the European population. Scientific report. EFSA Journal 2014; 12 (3): 3597

 

(8) science-et-vie.com/corps-et-sante/comment-bien-cuire-son-riz-pour-eliminer-toutes-traces-de-contamination-59717
 

(9) anses.fr/fr/content/les-%C3%A9tudes-de-lalimentation-totale-eat

(10) Children often more contaminated than their mothers, new WWF report shows - 06 octobre 2005 – Enquête WWF 2005 Panda.org
 

(11) reseau-environnement-sante.fr/wp-content/uploads/2020/07/INC-Artcle-60-_-PE2017.pdf

(12) urps-ml-paca.org/wp-content/uploads/2020/01/Guide-PE-Dossier-scientifique.pdf

(13) Source = INSERM : Alerte sur les mélanges de perturbateurs endocriniens pendant la grossesse - 13 SEPT. 2017 - https://presse.inserm.fr/alerte-sur-les-melanges-de-perturbateurs-endocriniens-pendant-la-grossesse/29138/
 

(14) 1/ Organisation Mondiale de la Santé : « Liste modèle des médicaments essentiels », 18ème liste avril 2013 2/ A Review on Various Uses of N-Acetyl Cysteine – avril/juin 2017 - ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5241507/
 

(15) Cysteine metabolism and metal toxicity – août 1998 - pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9727078/
 

(16) Evaluation of protective effect of N-acetyl cysteine on arsenic-induced hepatotoxicity

Juillet/Décembre 2013 - ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3783787/"
 

(17) N-acetylcysteine in the treatment of human arsenic poisoning – octobre à décembre 1990 - pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2248097/
 

(18) 1/Natural Standard (Ed). Foods, Herbs & Supplements – Alpha-lipoic acid, Nature Medicine Quality Standard - www.naturalstandard.com
 

(19) James P. K. Rooney, « The role of thiols, dithiols, nutritional factors and interacting ligands in the toxicology of mercury », Toxicology, vol. 234, no 3,‎ 20 mai 2007, p. 145-156 ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17408840
 

(20) Effect of α-lipoic acid on the removal of arsenic from arsenic-loaded isolated liver tissues of rat - March 2006 - https://www.researchgate.net/publication/26503655_Effect_of_a-lipoic_acid_on_the_removal_of_arsenic_from_arsenic-loaded_isolated_liver_tissues_of_rat
 

(21) Y.-J. Chen, M. A. Wallig, E. H. Jeffery. Dietary Broccoli Lessens Development of Fatty Liver and Liver Cancer in Mice Given Diethylnitrosamine and Fed a Western or Control Diet. Journal of Nutrition, 2016; 146 (3): 542 DOI: 10.3945/jn.115.228148
 

(22) futura-sciences.com/sante/questions-reponses/medecine-chardon-marie-mauvaise-herbe-vous-veut-bien-protege-votre-foie-10180/
 

(23) 1.Milk thistle in liver diseases : past, present, future – NCBI - pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20564545/

2.Milk Thistle : effects on liver diseases and cirrhosis and clinical adverse effects ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK11896/

3. pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17548793/
 

(24) Protective effect of silymarin against chemical-induced cardiotoxicity – septembre 2016 -.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5080420/
 

(25) 1/De Smet PAGM, Keller K, Hansel R, Frank Chandler R. Adverse Effects of Herbal Drugs. Germany: Springer; 1992:1-13 2/Wellington K, Jarvis B. Silymarin: a review of its clinical properties in the management of hepatic disorders. BioDrugs. 2001;15(7):465-89. doi: 10.2165/00063030- 200115070-00005
 

(26) Neha, Jaggi AS, Singh N. Silymarin and its role in chronic diseases. Adv Exp Med Biol. 2016;929:25-44.27771919 Milk Thistle. National Center for Complementary and Integrative Health. National Institutes of Health website. nccih.nih.gov/health/milkthistle/ataglance.htm
 

(27) documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/57914/HEGEL_2015_4_4.pdf








Le courrier des Lecteurs | Naturopathie et Medecine Naturelle