Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Humeurs - Rumeurs
28/03/2006 - 13:23

A quoi servent les amis ?

Nos liens amicaux seraient-ils moins intéressés qu'ils n'en ont l'air ?

On ne choisit pas sa famille, mais on choisit ses amis. Le lien amical apporte une confirmation de soi. Il nous permet de combler nos besoins contradictoires, d'être nous-même dans toute notre complexité en étant différents avec chacun.



A quoi servent les amis ?

L'ami symbiotique.
C'est celui qui rompt ma solitude. Dans l'union étroite avec un autre être, mais hors des tourments de l'amour, nous recherchons un rempart contre notre solitude existentielle. L'ami symbiotique est mon double, mon miroir. Le monde semble moins dangereux si nous sommes deux à l'affronter.

L'ami confident.
C'est celui avec qui je peux être moi-même. L'amitié offre la possibilité précieuse de ne pas être irréprochable, de pouvoir se montrer sans fard. Le véritable ami est celui à qui l'on dévoile ses doutes, ses insuffisances.

L'ami tradition.
C'est celui qui me rappelle mes racines. Il est souvent un ami d'enfance avec lequel on peut ressasser des souvenirs, redevir un peu l'enfant que l'on était. Nous avons tous besoin de ce témoin du passé qui nous permet de mesurer le chemin parcouru au cours de la vie.

L'ami compensation.
C'est celui qui me donne ce qui me manque. Il me permet de rejouer des scénarios de l'enfance mais allégés de la jalousie qui caractérise souvent les relations entre frères et soeurs. Le risque, c'est de faire payer des souffrances à cet ami qui n'en est pas responsable.

L'ami ouverture.
C'est celui qui m'ouvre sur le monde. Il peut être un intellectuel, celui avec qui je vais éveiller mon intelligence, explorer de nouveaux continents. Ami initiatique, il me montre une autre voie, à condition que nos différences restent sources d'enrichisements et non d'incompréhension.



Cédric Lopez